Accord sur le bois d’oeuvre: incertitude pour les scieries frontalières

Accord sur le bois d’oeuvre:  incertitude pour les scieries frontalières - Claudia Collard : Actualités

Le député Luc Berthold et Nicolas Fontaine de la scierie Fontaine de Woburn, représentant de la Quebec Border Mill, qui regroupe neuf scieries frontalières.

Les scieries frontalières bénéficieront-elles encore d’un statut particulier lors du renouvellement de l’Accord sur le bois résineux en octobre prochain? Les neuf propriétaires de la Quebec Border Mill (QBM) craignent que non. Une telle situation aurait des impacts importants pour le développement de ces entreprises, dont les ventes du côté américain correspondent à 65% de leur production. Leur représentant, Nicolas Fontaine de la scierie Fontaine de Woburn, et le député de Mégantic-L’Érable Luc Berthold pressent les gouvernements canadien et américain d’exclure les entreprises concernées de toute contrainte à l’exportation.

Même si du côté américain on prétend le contraire, M. Fontaine signale que les pratiques commerciales des scieries frontalières n’ont pas changé depuis l’accord conclu en 2006. «Nos usines s’approvisionnent presqu’exclusivement des deux côtés des lignes sur des terres privées. Le bois est donc exclu de toute subvention». Par «subvention», le gouvernement américain fait référence au prix fixé par les autorités gouvernementales canadiennes pour les usines s’approvisionnant en terres publiques, ce qui n’est pas le cas en terres privées, où le principe de libre marché s’applique, à l’instar des États-Unis.

Durant une période d’un an qui prendra fin le 11 octobre prochain, les scieries bénéficient d’un libre échange sur le bois d’oeuvre. Passé ce délai, la QBM craint de se voir imposer des droits compensatoires, qui s’élèveraient à 27%. «On ne peut pas avoir une taxe de cette ampleur et penser qu’on peut être compétitif dans le contexte mondial d’aujourd’hui. Le bois qui va aux États-Unis ne provient pas seulement du Canada. On est en compétition avec la Russie, la Scandinavie, l’Allemagne…», décrit Nicolas Fontaine, signalant que ce contexte d’incertitude représente un frein aux projets d’expansion de son entreprise, qui emploie actuellement 65 personnes.

Sans compter que les scieries québécoises situées le long de la frontière canado-américaine s’approvisionnent majoritairement en territoire américain, soit dans une proportion de 65% précise Nicolas Fontaine. Une réalité qui assure aux propriétaires de forêts du Maine, du New Hampshire, du Vermont, de l’état de New York et du Massachusetts un marché plus compétitif, fait valoir Luc Berthold.

Selon ce dernier, le conflit tient ses origines d’une mauvaise perception de la gestion des forêts. « Il faut que le Canada en arrive rapidement à une entente globale sur le bois d’œuvre, sans négliger les scieries de la QBM. On doit s’assurer de tout mettre en œuvre afin qu’aucune limite ni droit de contingence ne s’applique pour les scieries frontalières. Nous demandons que les ententes à venir continuent d’exclure les scieries faisant parties de la QBM. L’industrie forestière est une part importante de notre économie québécoise. On doit en préserver la compétitivité», conclut le député de Mégantic-L’Érable.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Dialogue difficile avec le ministre Alghabra en dehors de Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    Dialogue difficile avec le ministre Alghabra en dehors de Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 30 janvier 2023
  • QW4RTZ: toute une performance!
    Culture Musique

    QW4RTZ: toute une performance!

    Claudia Collard / 30 janvier 2023
  • La Ferme Vieux Village rafle les honneurs à Toronto
    Actualités Agriculture

    La Ferme Vieux Village rafle les honneurs à Toronto

    Rémi Tremblay / 30 janvier 2023
  • Deux événements majeurs dans la région cet été
    Actualités Événements

    Deux événements majeurs dans la région cet été

    Claudia Collard / 26 janvier 2023
  • Une touche de richesse signée Aziz Farouk
    Culture Arts visuels

    Une touche de richesse signée Aziz Farouk

    Claudia Collard / 25 janvier 2023
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Dialogue difficile avec le ministre Alghabra en dehors de Lac-Mégantic
  2. QW4RTZ: toute une performance!
  3. La Ferme Vieux Village rafle les honneurs à Toronto
  4. Deux événements majeurs dans la région cet été
  5. Une touche de richesse signée Aziz Farouk
  6. Une année 2023 effervescente pour la construction
  7. Lac gelé sur un hiver doux
Notre monde perdu
QW4RTZ: toute une performance!
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. ouvrier agricole
    St-Sébastien
  2. Gestionnaire de la salle de quilles
    Lac-Mégantic
  3. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  4. Camionneur
    Woburn
  5. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
Répertoire des entreprises