Abonnement

À défaut d'un statu quo amélioré, le tracé alternatif de Frontenac, sinon...

À défaut d'un statu quo amélioré, le tracé alternatif de Frontenac, sinon... - Rémi Tremblay : Actualités

Le maire Jean-Denis Cloutier a invité ses citoyens à s’exprimer lors des audiences publiques, dès lundi soir, au Centre sportif Mégantic.

S’il n’en tenait qu’à eux, les citoyens de Frontenac prioriseraient l’option du «statu quo amélioré» davantage qu’une voie de contournement pour accroître le sentiment de sécurité de leurs voisins méganticois en regard du passage des trains à travers la ville. La solution aussi la moins coûteuse, mais ils en sont bien conscients: si le projet de voie de contournement doit se réaliser, aussi bien offrir un tracé alternatif au corridor numéro 1, actuellement privilégié par les autorités plutôt que de voir ses résidents forcés à l’expropriation d’une partie de leurs terres.

Prônant la transparence pour sa population, le maire Jean-Denis Cloutier a permis, mardi soir, aux citoyens qui le désiraient, de mieux saisir les enjeux du dossier et de se préparer, à la veille de l’arrivée du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement à Lac-Mégantic, lundi soir.

Devant près d’une cinquantaine de personnes, parmi elles le maire de Nantes, Jacques Breton, et la préfet de la MRC du Granit, Marielle Fecteau, le maire Cloutier a d’abord résumé la situation et présenté le tracé 1 «amélioré pour le secteur Frontenac» que le conseil municipal entend proposer aux décideurs.
«Le tracé 1 (tel qu’il apparaît dans le document du BAPE) a le désavantage de couper en deux certaines propriétés et pourrait créer des enclaves, soumet-il. Mais il y a aussi d’autres questionnements: les ponceaux à installer, les traverses à niveaux, la responsabilité civile pour chaque propriétaire, l’obligation de clôturer pour la protection des animaux, l’entretien des clôtures… Bref, la nouvelle voie de contournement ne doit pas créer d’autres problèmes!»

Le tracé 1 «alternatif» tel que proposé, encore à l’étape embryonnaire, suivrait la ligne extérieure des lots agricoles, en ligne droite, à des coûts d’acquisition moindres. L’attitude conciliatrice du maire Jean-Denis Cloutier part du principe que si les villages autour ont besoin de Lac-Mégantic, la Ville elle-même doit pouvoir compter sur les villages. «Si le tracé se fait, attendons-nous à un boum économique. Frontenac va en bénéficier si on travaille tous ensemble.» Par contre, la voix de Frontenac doit être entendue, dit-il avec fermeté. «Si notre proposition n’est pas retenue, nous allons nous opposer et prioriser le statu quo avec un renforcement de la sécurité.»

Dans la salle, des résidents ne se sentent pas moins menacés par l’arrivée probable du train dans leur environnement immédiat. «Nous sommes partis de Lac-Mégantic parce que le train nous empêchait de dormir la nuit», dit cette résidente, maintenant confrontée à la possibilité que le train revienne la hanter à quelques centaines de mètres de sa nouvelle demeure.

D’autres, comme ces propriétaires installés dans le Développement Roy, aux abords de la 204, entre le village de Frontenac et les limites de la ville, craignent de subir l’impact causé par le bruit. Le maire Cloutier se montre rassurant. «Le train longerait un canal de 30 pieds (de profondeur) sous la 204, sans aucun impact négatif.»

Certains participants questionnent le principe même d’une voie de contournement. «Si on fait ça à Mégantic, est-ce qu’ils vont faire ça partout ?» Il existerait 500 municipalités traversées par une voie de chemin de fer à travers le pays. Pour un autre citoyen, si Transports Canada améliorait l’inspection et la sécurité sur le tracé existant, cela ferait économiser des millions. Appui du maire qui reconnaît que «le ministère (fédéral) des Transports a été beaucoup trop permissif! S’il y avait eu plus de sécurité, on ne serait pas ici pour parler de ce projet aujourd’hui !»

Intervention d’un avocat à la retraite: «C’est le gouvernement fédéral qui gère les compagnies de chemin de fer. Quelle sera la portée d’un BAPE, surtout si le fédéral paie 80% des coûts?» Un autre se montre curieux de savoir le point de vue des Méganticois : «Combien de personnes à Lac-Mégantic veulent voir partir la track? Quelques personnes?» «Qu’ils sécurisent leur voie, ils vont régler le problème!»
Le conseiller Gaby Gendron se montre pragmatique: «Le tracé dans Lac-Mégantic est fait. L’autre bout (à partir de la 204), ils peuvent nous l’imposer n’importe quand!» Le souvenir des bâtiments encore debout dans le centre-ville de Lac-Mégantic et dont les propriétaires ont été expropriés par le gouvernement provincial sonne comme un sort qui pourrait menacer à leur tour des propriétaires de Frontenac.

Avec un impact négatif sur le rôle d’évaluation de la municipalité. Le maire en est bien conscient : «La municipalité va se ramasser avec un manque à gagner, s’il y a une dévalorisation des terrains.»

Au terme de la rencontre, une quinzaine de citoyens ont exprimé leur intention de présenter leurs doléances par un mémoire qu’ils comptent déposer devant le BAPE. La municipalité de Frontenac est conseillée dans ce dossier par l’avocate Bernadette Doyon du cabinet Monty Sylvestre, spécialisée en droit municipal et de l’environnement. L’ex-déléguée régionale en Estrie pour le ministère des Affaires municipales du Québec connaît bien la région pour avoir été impliquée dans différents dossiers dans les années 80 et 90. Le conseil municipal compte aussi une personne-ressource, Nadia Vallée, pour aider les citoyens qui le désirent à exprimer leurs commentaires en prévision des audiences publiques.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Le début d’une nouvelle saison ce weekend
    Sports

    Le début d’une nouvelle saison ce weekend

    Anne-Julie Hallée / 1 octobre 2020
  • Le coach des Béliers savoure l’automne
    Sports

    Le coach des Béliers savoure l’automne

    Rémi Tremblay / 1 octobre 2020
  • Construction résidentielle encore au ralenti
    Actualités

    Construction résidentielle encore au ralenti

    Rémi Tremblay / 29 septembre 2020
  • Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
    Actualités

    Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
    Actualités

    Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Le début d’une nouvelle saison ce weekend
  2. Le coach des Béliers savoure l’automne
  3. Construction résidentielle encore au ralenti
  4. Une portion du rang 10 en chantier
  5. Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
  6. Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
  7. Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!
«Notre magnifique territoire»
Un mois de culture à Lac-Mégantic
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Appariteur concierge au Centre sportif Mégantic (2 postes)
    Lac-Mégantic
  2. Collaborateur(trice) juridique
    Lac-Mégantic
  3. Hygiéniste dentaire
    Lac-Mégantic
  4. Manoeuvre/agent d’entretien de la voie - Lac-Mégantic
    Lac-Mégantic
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises