Un Peter MacLeod «en liberté»

Un Peter MacLeod «en liberté»  - Claudia Collard : Culture

Peter MacLeaod présentait son spectacle Libre, le 19 mai à la Salle Montignac.

La 38e saison du Comité culturel Mégantic s’est clôturée dans une atmosphère de fébrilité le 19 mai, avec Peter MacLeod à guichets fermés. En pays de connaissance, l’humoriste originaire de Lac-Drolet a salué personnellement certains spectateurs, adressé quelques bons mots à l’endroit de la nouvelle Salle Montignac, puis a enchaîné les blagues durant 90 minutes sans entracte. Son 5e one man show s’intitule Libre. Une liberté qui ne fait pas référence au célibat.

Libre, l’est-on vraiment à l’ère des réseaux sociaux? Combien vaut un like? 10 like? 100 like? 1000 like? Même réponse pour chaque question: absolument rien. Cette course aux amis Facebook (qui deviennent soudainement moins nombreux lorsqu’on a besoin d’aide pour déménager fera remarquer l’humoriste), n’est-elle pas un carcan qui nous emprisonne? Qu’est-ce que la liberté à l’ère où une batterie de cellulaire déchargée prend des allures de fin du monde?

C’est beaucoup sur cette tendance aux contacts de plus en plus virtuels que s’attardera Peter Mac-Leod, dans le style coloré qu’on lui connaît. Selon lui, la communication par textos est un net recul, aux antipodes du progrès. «Ça aurait dû être inventé avant le téléphone, pas après! C’est comme si on venait de sortir la tv noir et blanc; aye as-tu vu ça, une tv pas de couleur; juste du noir pis du blanc. Un écran de 15 pouces avec des lampes dedans. Pis faut que tu te lève pour changer de poste… avec une roulette!»

Son segment sur le mensonge traduit aussi cette non-liberté, qui prône la jeunesse éternelle. Après tout, dira-t-il, un facelift n’est qu’une face lisse avec un vieux cou. Quelques réflexions aussi sur sa réalité de célibataire de 49 ans et son découragement face aux attentes de jeunes conquêtes dans la vingtaine. Découragement aussi face à l’indisponibilité des femmes de sa génération. Le tout évidemment abordé sous le ton de la légèreté et déclenchant à plusieurs reprises l’hilarité.

Bien que ce ne soit pas le but de l’exercice, le passage de MacLeod laisse derrière lui une invitation à décrocher du monde virtuel et goûter à la vraie vie. Parce que c’est quelque part par là que se situe la liberté. Cliché peut-être, mais vrai comme jamais.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Reprise prudente dans le commerce de détail
    Actualités Économie

    Reprise prudente dans le commerce de détail

    Rémi Tremblay / 27 janvier 2022
  • Saint-Évariste dans le giron du Granit?
    Actualités Municipalité

    Saint-Évariste dans le giron du Granit?

    Rémi Tremblay / 27 janvier 2022
  • Un nouvel atelier de confection pour Attraction
    Actualités Économie

    Un nouvel atelier de confection pour Attraction

    Claudia Collard / 26 janvier 2022
  • Rassembler plutôt que diviser, partage l’abbé Francis Morency
    Actualités Société

    Rassembler plutôt que diviser, partage l’abbé Francis Morency

    Claudia Collard / 25 janvier 2022
  • Garage commercial incendié à Lambton
    Actualités

    Garage commercial incendié à Lambton

    Rémi Tremblay / 24 janvier 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Reprise prudente dans le commerce de détail
  2. Saint-Évariste dans le giron du Granit?
  3. Un nouvel atelier de confection pour Attraction
  4. Spectacles reportés
  5. Rassembler plutôt que diviser, partage l’abbé Francis Morency
  6. Garage commercial incendié à Lambton
  7. Poste de commandement à Saint-Robert
Nécessaire le couvre-feu?
King Dave: quand la souffrance devient rage
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. CHEF DE DIVISION CULTURE, TOURISME ET COMMUNAUTÉ
    Lac-Mégantic
  2. COORDONNATEUR(TRICE) AUX COMMUNICATIONS
    Lac-Mégantic
  3. Inspecteur/inspectrice municipal(e)
    Marston
  4. Conseiller-responsable du point de service
    Lac-Mégantic
  5. Commerce à vendre
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises