oscar Brochu

Transition vers le Centre de services scolaires des Hauts-Cantons

Transition vers le Centre de services scolaires des Hauts-Cantons - Rémi Tremblay : Actualités Éducation

«L’adaptation, c’est l’une des valeurs de notre plan vers la réussite scolaire», insiste le directeur général de l’organisation, Martial Gaudreau.

Le couperet sur les commissions scolaires tombera officiellement le 15 juin. Puis, longue vie au Centre de services scolaires des Hauts-Cantons qui complètera la formation des membres de son conseil d’administration au plus tard le 15 octobre. Si la pandémie a causé un report dans le déroulement des étapes prévues à la Loi 40 et bouleversé le calendrier scolaire dans son ensemble, la machine roule et suit son cours: «L’adaptation, c’est l’une des valeurs de notre plan vers la réussite scolaire», insiste le directeur général de l’organisation, Martial Gaudreau. 

Lors de son adoption en février dernier, la Loi 40 prévoyait que le directeur général de la commission scolaire assumerait les fonctions et les pouvoirs du conseil des commissaires et du conseil exécutif jusqu’au 15 juin. Puis qu’un conseil d’administration formé de représentants des parents, des membres du personnel et du milieu communautaire prendrait la relève.

Ces derniers mois, Martial Gaudreau reconnaît que les résolutions adoptées lors des séances mensuelles de mars, avril et mai, tenues à huis clos en raison des consignes gouvernementales et en présence des commissaires continuant de siéger dans un rôle consultatif jusqu’au 30 juin, ont été fidèles au plan de match de la commission scolaire.

«On n’a pas initié de nouveaux projets, on poursuit la mise en œuvre d’un plan qui a été travaillé par les commissaires, avec les mesures décentralisées dans les écoles. Je le dis, 100% des mesures dédiées aux écoles vont aller aux écoles. On sait exactement les chiffres qui vont à chaque école du territoire.» 

En entrevue à l’Écho, le directeur général a souligné le mot «transparence». «Pour être très honnête, on avait chez nous un plan d’engagement vers la réussite qui était assez clair sur les orientations et sur les choix de l’organisation. Un plan qui avait été fait en consultant chacun des employés, les parents et les membres des communautés. Tout le monde est au clair avec là où on veut aller. On s’était donné un plan de match qui tenait fort bien la route, qui était partagé, de sorte que présentement, j’ai eu à prendre des décisions sur un plan de match qui était déjà connu. Il n’y a pas eu d’improvisation, il n’y a pas eu de nouvelles positions à prendre.»

M. Gaudreau a fait le choix personnel d’assumer ses fonctions sous le regard du public. «La rencontre de février s’est faite avec des personnes présentes dans la salle, même si ce n’était pas une obligation dans la loi. Nous allons garder le même processus pour les séances prévues le 25 août et le 22 septembre. En juin, ça se fera encore à huis clos, à moins que le gouvernement accorde le droit à une rencontre publique.» 

Au conseil d’administration

La formation du conseil d’administration se fera en trois étapes. Le processus du choix de cinq parents, un par district, est déjà connu. «Habituellement, les assemblées générales des parents se font au plus tard le 30 septembre. En raison de la situation actuelle, cette date a été devancée au 18 septembre. Les parents vont choisir leurs représentants au conseil d’établissement et désigner parmi ceux-ci qui représentera leur école sur le comité de parents. La première rencontre se fera à la fin de septembre. Les membres du comité vont désigner entre eux une personne par district, donc cinq parents qui vont siéger au conseil d’administration.»

Pour les membres du personnel, Martial Gaudreau va produire un processus de désignation établi parmi les pairs qui siègent sur les conseils d’établissements. «Là encore, en septembre les employés vont devoir déterminer leurs représentants dans chacune des écoles et parmi les représentants qui siégeront sur les conseils d’établissements, parmi eux il y aura une période de mise en candidature puis une élection électronique, question de garder le processus très transparent.»

Pour les cinq membres de la communauté appelés à occuper un siège sur le conseil d’administration, voilà comment M. Gaudreau compte procéder : «Au 1er septembre, on va publiciser dans tous nos journaux locaux et sur les réseaux sociaux une mise en candidature pour les cinq sièges à ouvrir. Les gens qui ont de l’intérêt vont devoir me faire parvenir leur candidature, que je vais soumettre aux dix autres membres du conseil d’administration, lors d’une rencontre le 6 octobre.»

Pas de confusion

Malgré les critiques qu’essuie le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, Martial Gaudreau pilote son navire en se servant du gros bon sens comme balises. «Lorsqu’on a su pour le retour à l’école des élèves au primaire, j’entendais des commentaires chez mon personnel à l’effet que ça allait être impossible ! Et là, ça va faire quatre semaines que les élèves sont revenus et ça se passe vraiment bien. J’ai du personnel qui fait un boulot remarquable, des gens qui ont à cœur leurs élèves, qui ont trouvé du sens dans ce qu’ils faisaient et ont fait en sorte que ça devienne possible. Est-ce facile ? Assurément pas ! Est-ce qu’on est parfait ? Assurément pas, mais je pense qu’on a rendu ça réalisable. Et toujours avec un seul et même objectif, le bien-être et la réussite de nos élèves.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
    Culture Humour

    Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»

    Claudia Collard / 18 octobre 2021
  • Le «réel» quartier artisan prend vie
    Actualités

    Le «réel» quartier artisan prend vie

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
  • Autre saison de golf bien remplie
    Sports Golf

    Autre saison de golf bien remplie

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
    Sports Les Béliers

    Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Route rurale, une histoire en trois tomes
    Culture Littérature

    Route rurale, une histoire en trois tomes

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
  2. Le «réel» quartier artisan prend vie
  3. Autre saison de golf bien remplie
  4. Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
  5. Le gardien du Dynamik résiste aux assauts du Sauro
  6. Route rurale, une histoire en trois tomes
  7. Et soudain, la panne!
Discriminés encore!
Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Agent(e) services aux membres
    Lac-Mégantic
  2. Coordonnatrice, coordonnateur à l’intervention
    Lac-Mégantic
  3. Directeur(trice) général(e) et secrétaire-trésorier
    Marston
  4. Responsable de la patinoire extérieure
    Marston
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises