Recyc-Québec

La série Mégantic?

Comment peut-on romancer une tragédie d’une telle ampleur et donner un juste résumé de cette nuit atroce? Leur viendrait-il à l’idée d’écrire une série romancée sur la pandémie actuelle, sur la COVID-19 et romancer que des milliers de personnes ont dû mourir seules, loin des personnes qu’ils aiment le plus au monde? C’est un non-sens plus qu’évident! La série romancée qui est en préparation depuis trois ans, dans le plus grand des secrets, est tant qu’à moi une erreur monumentale.

Lors de la tragédie ferroviaire, Mme Colette Roy Laroche n’a pas tardé à faire appel aux deux paliers de gouvernement pour exiger une voie de contournement de la voie ferrée, de façon à maintenir le service et soutenir l’économie de la ville. Par la suite, elle mentionnait que c’était une nécessité pour, disait-elle, guérir la santé mentale des gens de Lac-Mégantic, ce que Mme Julie Morin a continué de recommander lorsqu’elle est devenue mairesse. Toujours le même but: guérir la santé mentale des Méganticois.

Mais il y a un mais… La population est-elle au courant qu’en 2014, un an après la tragédie, un comité a vu le jour? Celui-ci proposait une démarche en vue d’amener la ville de Lac-Mégantic à revoir son orientation relativement à l’élaboration de son plan d’urbanisme lequel incluait entre autre un cinéma de style IMAX. Leur intention était de projeter une version 3D des événements de 2013 à Lac-Mégantic. Tout ça dans le but d’attirer les touristes et rentabiliser cet atroce drame. C’est un peu beaucoup ! L’argent, toujours l’argent ! Faire de l’argent sur le dos des victimes, c’est tout simplement indécent, ça manque de respect et de considération. Quand nos dirigeants pourront-ils penser avec compassion, en étant sensibilisés à la détresse des familles des victimes, y mettre un peu de cœur, de bon sens et oublier le signe de piastre? 

Ben laissez-moi vous dire que ça ne va pas ensemble ! «Arrêter d’entendre siffler le train pour guérir» et laisser la population entendre les cris de détresse et toute l’horreur qui entoure les événements de cette nuit tragique ! Je ne pense pas que ce serait la bonne médication pour permettre la guérison des personnes touchées.

«Coup donc! Y’a t’y quequn qui est tombé su’a tête ?» C’est d’une totale inacceptabilité sociale et humaine ! Y’a vraiment quelque chose qui ne va pas ! Ce comité a subi beaucoup de pression, ce qui a eu comme effet de ralentir leur enthousiasme. Donc, IMAX n’ayant pas été retenu, le projet de la série Mégantic devient-elle une belle opportunité de remplacement pour présenter ces images difficiles à supporter ? Encore une fois, on travaille dans le plus grand secret avec l’espérance que, cette fois-ci, il n’y ait pas d’entraves à sa réalisation.

De par son manque de transparence, c’est un projet immoral, indigne, inhumain et cruel faisant preuve d’un manque total d’éthique et de respect ! La semaine dernière, je prenais connaissance d’une entrevue donnée par Mme Julie Morin au journal La Tribune où elle précise avoir entendu parler de ce projet qu’une seule fois en 2018, avant que les producteurs l’avisent, au début d’avril, qu’ils avaient obtenu leur financement et qu’ils préparaient une annonce officielle. «C’était une rencontre informelle d’une quinzaine de minutes», précisait-elle, en ajoutant : «On peut parler d’une rencontre de courtoisie.» C’était, selon elle, une idée embryonnaire. Elle disait aussi : «C’est sûr que ce projet-là a une ampleur particulière par le fait que c’est fictif !» Selon le dictionnaire Larousse, «fictif» signifie «qui n’a rien de réel, qui n’existe que par convention.»

Comment peut-on approuver et laisser aller une série de huit épisodes d’une heure chacune et ainsi disposer de l’histoire de personnes encore perturbées, après une simple rencontre de courtoisie de 15 minutes ? Où est la responsabilité d’une dirigeante, mairesse, qui doit sensément travailler au bien de sa collectivité lorsqu’elle donne le feu vert, sans savoir vraiment le sort réservé à l’histoire qu’ils en feront? 

Mme Morin, dans son entrevue réalisée le 8 avril 2021 au 107,7, une émission animée par Steve Roy, mentionne : «On sent un grand respect de l’ensemble de l’équipe, dans la façon d’avoir consulté, rencontré les familles et dans la façon de vouloir le présenter au public.» Elle mentionne aussi : «On est en droit de s’attendre à du respect venant de ces gens-là.» Comment a-t-elle pu en arriver à tout ça avec 15 minutes de rencontre? Beaucoup, beaucoup de détails, tout ça, je le répète, en 15 minutes d’une rencontre courtoise… Difficilement concevable!

Dans le journal La Tribune du 21 avril 2021, il est dit par Mme Sophie Lorain : «Évidemment, on n’a pas appelé toute la ville, et je pense que les gens en sont peut-être choqués, mais un moment donné ça devient impossible. Ils sont 6000.» Quel sarcasme ! Est-ce faire preuve de respect que d’émettre un tel commentaire ? Entre rencontrer toutes les familles des victimes et 6000 personnes, y’a une marge!

Il y a des drames qui ne peuvent pas être romancés, justement à cause des souffrances à long terme qu’ils ont créées. Quoique fait avec le plus grand respect, si ce ne sont pas les faits réels (parce qu’on parle de fiction) qui y sont exposés à titre de travail de mémoire, ce sera plus que difficile à accueillir et cette série servira plutôt à faire remonter à la surface, cet horrible cauchemar et à rouvrir cette plaie béante qui peine déjà à guérir…

Peut-être me dira-t-on : «Tu n’as qu’à ne pas la regarder !» Oui, c’est un peu vrai, mais c’est quand même de notre histoire dont il est question. Ça nous incite à vouloir la visionner pour savoir jusqu’où ont-ils pu aller pour romancer une impasse semblable à ce que nous avons vécu et qui est encore présente à fleur de peau!

Mais, si éventuellement il y a une série qui est tournée sur Mégantic, la production en charge devrait avoir la décence d’en informer toutes les familles et offrir la possibilité d’une rencontre à toutes celles qui voudront en connaître le contenu et participer, en donnant leur avis sur les faits et les circonstances, en racontant ce qu’ils ont vécu lors de ce drame.

Ce n’est pas avec le récit de quelques familles que l’on peut raconter l’ensemble de faits aussi sanglants vécus par les familles des 47 victimes. Notre histoire ne peut être ignorée, c’est certain, mais elle doit être écrite avec justesse, respect, bienveillance et sobriété afin que les générations à naître puissent connaître la véritable histoire de Lac-Mégantic et de sa désormais tristement célèbre tragédie ferroviaire.

L’idée n’est pas d’être contre cette série, mais plutôt de s’opposer à la façon actuelle de vouloir la raconter. Un devoir de mémoire se doit d’être fait, au su et au vu de toutes les personnes impliquées dans le sujet, ces personnes qui ont souffert et souffrent encore de cet accident ferroviaire. Ainsi, on pourra dire que c’est un mémoire collectif et non pas sélectif, comme on se prépare à le faire actuellement. Il y a eu 47 victimes, voire même 48 suite à ce drame et non pas seulement quelques-unes. Donc, moi je proposerais que la production actuelle fasse une pause, réfléchisse sur une autre manière de présenter cette série et refaire ses devoirs d’humanité. À ce moment et seulement à ce moment, la grogne qui règne présentement pourrait peut-être diminuer énormément.

L’histoire de l’ensemble des familles racontée d’une façon véridique et respectueuse pourrait être acceptable, pour que les générations futures connaissent les événements vraiment vécus par leurs ascendants, car pour ce qui est de la génération actuelle, on n’a pas besoin d’une série pour ne pas oublier. Voilà pourquoi il faut que cette série soit fidèle à la réalité, sinon la série Mégantic n’a pas sa raison d’être.

Yolande Boulanger Grand-mère de Frédéric Boutin, victime

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Nouvelle campagne pour la Fondation Maison La Cinquième Saison
    Actualités

    Nouvelle campagne pour la Fondation Maison La Cinquième Saison

    Rémi Tremblay / 20 octobre 2021
  • Image de marque bonifiée pour la Route des Sommets
    Actualités

    Image de marque bonifiée pour la Route des Sommets

    Claudia Collard / 20 octobre 2021
  • Un projet rassembleur de 500 kilomètres
    Actualités Société

    Un projet rassembleur de 500 kilomètres

    Claudia Collard / 19 octobre 2021
  • Placage Mégantic et Seatply, un partenariat d’avenir
    Actualités Économie

    Placage Mégantic et Seatply, un partenariat d’avenir

    Rémi Tremblay / 18 octobre 2021
  • Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
    Culture Humour

    Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»

    Claudia Collard / 18 octobre 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Nouvelle campagne pour la Fondation Maison La Cinquième Saison
  2. Image de marque bonifiée pour la Route des Sommets
  3. Lambton: Yves Carmel convoite un poste de conseiller
  4. Un projet rassembleur de 500 kilomètres
  5. Avis de recherche
  6. Placage Mégantic et Seatply, un partenariat d’avenir
  7. Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
Discriminés encore!
Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Agent(e) services aux membres
    Lac-Mégantic
  2. Coordonnatrice, coordonnateur à l’intervention
    Lac-Mégantic
  3. Directeur(trice) général(e) et secrétaire-trésorier
    Marston
  4. Responsable de la patinoire extérieure
    Marston
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises