Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité

Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité  - Claudia Collard : Culture Théâtre

Les comédiens Sébastien René (Chelsea) et Stéphane Brulotte (Max). (Photo Yanick Macdonald)

Bradley Manning qui devient Chelsea Manning. Dans l’ordre et le désordre, on assiste aux étapes de la vie de cette figure médiatisée; son enfance, son passage dans l’armée, son séjour en prison, son présent de conférencière… Des rencontres où le réel et l’inventé cohabitent dans un décor ingénieux, où l’économie de mouvement met de l’avant la force des mots.

La pièce Becoming Chelsea, production du Théâtre des 2 Mondes écrite par Sébastien Harrison et mise en scène par Eric Jean, présentée le 24 novembre à la Salle Montignac, ouvre un espace sur les perceptions. Celle que le personnage principal a de lui-même et celles des spectateurs, le décor créant jeux d’ombre et de miroirs, alternant entre transparence et opacité. C’est déroutant et on aime ça. 

«J’aime beaucoup les cassures de rythme, les ruptures de ton, quand ça déstabilise, quand c’est découpé comme un vidéoclip, avec une certaine nervosité», a partagé le metteur en scène Eric Jean, lors d’une rencontre avec les spectateurs au terme de la pièce.

Conçu sur mesure pour Sébastien René (Chelsea Manning), le récit permet de constater l’immense polyvalence du comédien. Modulations dans la voix et la gestuelle, rapidité de changement de costume, il passe d’une facette de son personnage à l’autre avec une instantanéité époustouflante.

Dans le décor évoquant une cage d’ascenseur, évoluent aussi Max (Stéphane Brulotte), en mission commandée, sa copine Fiona (Émilie Gilbert), demeurée à Londres et Namir (Charbel Hachem), le photographe de Reuters tué en Afghanistan. Les deux premiers sont fictifs mais c’est le troisième, qui a réellement existé, qui revêt l’aspect le plus éthéré. Malgré les déplacements limités sur la scène, le public voyage sans problème entre les époques et les pays.

«Un ascenseur c’est comme une boite et le théâtre est une boite. Le concept de la boîte avec trois segments et des portes coulissantes, permet d’apparaitre et disparaitre en une fraction de seconde, de jouer sur les perceptions des spectateurs. C’était important de créer ces moments de magie», partage Eric Jean.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • L’église de Woburn toujours sur le marché
    Actualités Immobilier

    L’église de Woburn toujours sur le marché

    Rémi Tremblay / 16 mai 2024
  • Retour en terres intérieures
    Culture Théâtre

    Retour en terres intérieures

    Claudia Collard / 15 mai 2024
  • Inquiétudes à l'approche de la 31e saison des A's
    Sports Baseball

    Inquiétudes à l'approche de la 31e saison des A's

    Rémi Tremblay / 14 mai 2024
  • Pour 50 000$ de sourires: un succès collectif
    Actualités Communauté

    Pour 50 000$ de sourires: un succès collectif

    Claudia Collard / 14 mai 2024
  • Des choix individuels et collectifs à faire
    Actualités Environnement

    Des choix individuels et collectifs à faire

    Rémi Tremblay / 13 mai 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. L’église de Woburn toujours sur le marché
  2. Retour en terres intérieures
  3. Inquiétudes à l'approche de la 31e saison des A's
  4. Pour 50 000$ de sourires: un succès collectif
  5. En marge du texte
  6. Des choix individuels et collectifs à faire
  7. Le cœur gros comme la Terre
Virage numérique sans déraper
Retour en terres intérieures
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Coordonnateur aux pièces
    Lac-Mégantic
  2. Directeur.trice du Service récréatif, de la culture et de la vie active
    Lac-Mégantic
  3. Adjoint.e administratif.ive
    Lac-Mégantic
  4. Coordonnateur.trice en bâtiments écoénergiques
    Lac-Mégantic
  5. Directeur.trice Service Incendie
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises