BANQ

La protection du lac Mégantic: actions concertées depuis 35 ans

La protection du lac Mégantic: actions concertées depuis 35 ans - Rémi Tremblay : Actualités

Trois des présidents qui ont fait de la protection du lac Mégantic leur principal cheval de bataille : Jean Perreault, le fondateur, André Veilleux, durant une vingtaine d’années et Robert Mercier qui a pris la relève de Jean Roy.

De formation glaciaire, le lac Mégantic s’acclimate plutôt bien au développement des activités humaines tout autour sur son bassin versant, ces trois derniers siècles. Mais depuis 35 ans, c’est au travail bénévole des membres de l’Association pour la protection du lac Mégantic que la santé du lac et de ses tributaires doit beaucoup. On y met les efforts nécessaires pour repousser les différents envahisseurs.

«L’Association pour la protection du lac et son bassin versant poursuit depuis 35 ans sa mission grâce à l’implication soutenue de ses membres, des acteurs du milieu et de la population», insistait son président Robert Mercier, lors du lancement de la nouvelle saison, le 9 avril, au chalet de la Baie-des-Sables, en présence de quelques-uns des pionniers de l’organisme.

Le premier à sonner l’alerte sur les menaces aux eaux du lac, Jean Perreault, alors greffier de la Ville de Lac-Mégantic, s’en souvient comme si c’était hier. «Il y avait eu des poussées d’algues dès l’été 1983, venant surtout de la rivière Arnold. J’avais fait un appel à tous pour former une association. À la première rencontre, la fin de semaine du 1er juillet 1984, nous étions à peine cinq ou six personnes. Nous avions remis l’assemblée de fondation en septembre.»

Rapidement les algues étaient devenues une menace pour le système d’entrée d’eau potable de la municipalité et la situation réclamait des actions immédiates.

L’effort collectif en a valu la peine, constate-t-il, une trentaine d’années plus tard. «Combien il s’est dépensé d’argent en immobilisations autour du lac Mégantic ? C’est difficile à dire, mais ce sont sûrement des dizaines et des dizaines de millions de dollars (en valeurs foncières) et le lac est encore très beau.»

André Veilleux a occupé la présidence pendant une vingtaine d’années, avant l’arrivée de Robert Mercier. Chaque été, des actions ont été engagées en collaboration avec la MRC du Granit et les municipalités du bassin versant du lac Mégantic, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le Regroupement des Associations pour la protection de l’Environnement des lacs et des bassins versants (le RAPPEL) et le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC).

Isabelle Laplante, la représentante du député fédéral Luc Berthold, a salué ces visionnaires. «L’activité humaine a des répercussions majeures sur l’économie et l’environnement. Votre travail et votre vigilance ont permis de conserver une qualité d’eau exceptionnelle.»

Au nom du député de Mégantic François Jacques, l’attachée politique Priscille Gélinas a annoncé une subvention de 1000$ du programme Soutien à l’engagement bénévole.

«Plusieurs progrès ont été réalisés et font en sorte que le lac Mégantic jouit d’une santé enviable parmi les lacs du Sud du Québec», constate aujourd’hui Robert Mercier. Mais la vigilance reste de mise, puisqu’une nouvelle espèce envahissante a fait son apparition récemment, le myriophylle à épi. Une nouvelle bataille débutée l’été dernier pour contrôler la plante indésirable va se poursuivre cet été, avec le support de différents organismes et des municipalités riveraines.

Coordonnateur à la gestion des cours d’eau à la MRC du Granit, Rémi Morin se dit fier du rôle d’accompagnateur que joue la MRC depuis toutes ces années. «Nous travaillons actuellement sur un projet de stations de lavage de bateaux. Une mesure qui sera obligatoire pour les embarcations au moment de la mise à l’eau», a-t-il annoncé, insistant sur l’importance d’une volonté politique de protéger le lac et la qualité de son eau.

Le maire de Piopolis, Peter Manning, est bien placé pour témoigner du soutien des conseils municipaux à cette bataille commune pour la protection du plan d’eau. «Je suis arrivé en région en 2007, la première année de la Traversée internationale du lac Mégantic. Nos nageurs viennent ici pour la qualité de l’eau. Alors, quand on a dépisté la présence du myriophylle à épi, les quatre municipalités de la bande riveraine ont réagi. Il faut éviter que les valeurs foncières, et donc nos revenus de taxes, diminuent. Si on travaille ensemble, nous pourrons préserver la valeur économique de notre environnement», a-t-il insisté. Piopolis s’est engagée à fermer le quai de Woburn et à condamner la descente de bateaux qui s’y trouve, afin de diriger les propriétaires d’embarcations vers des stations mieux outillées pour éviter la propagation des menaces venues d’ailleurs.

Parmi les autres mesures qui doivent être poursuivies ou mises en place, la sensibilisation des populations et des usagers des plans d’eau avec la remise à niveau du programme Quiétude sur l’eau, le suivi de la qualité de l’eau et la conservation de milieux prioritaires, tel le Marais du lac Mégantic, déjà protégé à 71%, la sédimentation et la pollution près des bandes riveraines. Plusieurs demandes de financement ont d’ailleurs été préparées, en collaboration avec la MRC et les municipalités riveraines, dont une concernant un programme de communication et d’éducation populaire.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Construction résidentielle encore au ralenti
    Actualités

    Construction résidentielle encore au ralenti

    Rémi Tremblay / 29 septembre 2020
  • Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
    Actualités

    Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
    Actualités

    Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Territoire huron-wendat:  les municipalités devront faire avec!
    Actualités

    Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Un mois de culture à Lac-Mégantic
    Culture

    Un mois de culture à Lac-Mégantic

    Claudia Collard / 24 septembre 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Construction résidentielle encore au ralenti
  2. Une portion du rang 10 en chantier
  3. Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
  4. Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
  5. Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!
  6. Un mois de culture à Lac-Mégantic
  7. Des racines au mouvement des Incroyables comestibles
«Notre magnifique territoire»
Un mois de culture à Lac-Mégantic
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Appariteur concierge au Centre sportif Mégantic (2 postes)
    Lac-Mégantic
  2. Collaborateur(trice) juridique
    Lac-Mégantic
  3. Hygiéniste dentaire
    Lac-Mégantic
  4. Manoeuvre/agent d’entretien de la voie - Lac-Mégantic
    Lac-Mégantic
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises