Recyc-Québec

Énergex cesse la production jusqu’en février

Énergex cesse la production jusqu’en février - Rémi Tremblay : Actualités

Le plus important producteur de granules de bois en Amérique du Nord, Granules combustibles Énergex, a dû fermer les portes de son usine de Lac-Mégantic, dimanche dernier, affectant ainsi une quarantaine de travailleurs. «C’est la première fois qu’on ferme en hiver», a admis son directeur, Max Béraud, confirmant que les opérations pourraient reprendre dans le courant de février 2010.

Alors que la cour était vide en octobre et que l’usine peinait à suffire à la demande, Énergex, qui produit annuellement 120 000 tonnes de granules, se retrouve deux mois plus tard avec un inventaire de 13 000 tonnes ensachées et de 3 000 autres tonnes en vrac. «Un très grand inventaire», reconnaît M. Béraud.

Un premier groupe de sept travailleurs a été mis à pied le 21 décembre, avec la fermeture du département d’ensachage, alors que la production a été arrêtée au complet six jours plus tard, affectant 29 autres travailleurs.

La situation actuelle est très préoccupante au Canada, avoue le directeur de l’usine, conscient qu’au même moment, en Europe, la demande est en croissance de 20% par année. «Ici aussi, la granule comme énergie verte à émission de carbone neutre est très porteuse d’avenir».

L’administration Obama a choisi de subventionner la biomasse pour les énergies renouvelables à raison de 45$ US la tonne avant la transformation», ce qui a eu pour conséquence, dit-il, de rendre non compétitifs les produits canadiens. Le prix de vente de la granule américaine devrait chuter de 30%, un revirement qui a placé les transformateurs de biomasse canadiens dans un sérieux dilemme. «Ça va nous fermer le marché américain», prévoit Max Béraud, la production de l’usine de Lac-Mégantic étant principalement destinée à ce marché. Jusqu’en octobre, les ventes se sont révélées très bonnes. «Il s’est créé comme une bulle artificielle; tout le monde a produit davantage et accéléré la cadence.»

La direction de l’usine méganticoise a obtenu une rencontre localement avec la députée de Mégantic-Compton, Johanne Gonthier, afin de lui faire part de la situation. «Mais la réponse se situe plus au niveau fédéral que provincial», reconnaît d’emblée M. Béraud. C’est l’ensemble des producteurs de bioénergie au Canada qui risque de souffrir des décisions américaines.

«Le critère que l’on s’est donné pour la reprise, c’est d’abord de voir en janvier à quelle vitesse va se vider la cour et quel volume de vrac va sortir à l’exportation vers l’Europe. Chose certaine, c’est pas très rose pour l’avenir de la granule au Québec», doit-il en conclure.

Seule bonne nouvelle ici, les propriétaires qui chauffaient leur maison avec un poêle aux granules n’auront pas de difficulté à trouver leur combustible «vert». Les quatre entreprises au Québec, dont Énergex, sont en mesure de répondre à la demande du marché et toutes ont des tonnes en surplus. De plus, les prix sont bas. Et le temps froid va revenir!

Et dire qu’ailleurs…
La biomasse solide a un fort potentiel de développement autant en Amérique du Nord, qu’en Europe et en Asie, alors que de grandes centrales électriques et des consommateurs résidentiels se tournent vers les granules de bois comme solution de rechange au charbon, au mazout, au gaz ou à l’électricité pour chauffer les maisons. On a aussi de plus en plus recours à ce combustible dans les applications industrielles comme des installations de cogénération de chauffage centrales, des serres, des cimenteries et des alumineries. Les granules de bois ont un cycle de carbone neutre. Elles ne contribuent pas au réchauffement de la planète puisqu’il s’agit du combustible qui produit le moins de gaz à effet de serre lorsqu’il est brûlé. L’utilisation des granules de bois permet une réduction des missions de dioxyde de carbone de 90% en comparaison aux énergies fossiles. On considère la granule de bois comme l’une des sources d’énergie renouvelable les plus propres de la planète.

Le Canada compte 29 usines de granules de bois, avec une capacité de production d’environ 2,2 millions de tonnes. La majeure partie d’entre elles se situe en Colombie-Britannique et en Alberta. En comparaison, l’Europe dénombrait, en 2008, 440 usines pour une production annuelle de 7,5 millions de tonnes.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises