Recyc-Québec

La future voie ferroviaire n’appartiendra pas à CMQ

La future voie ferroviaire n’appartiendra pas à CMQ - Rémi Tremblay : Actualités

Le député Ghislain Bolduc, la mairesse Colette Roy Laroche et le gestionnaire d’Aecom consultant, Jean-Stéphane Bédard.

La Ville de Lac-Mégantic a renouvelé sa confiance dans l’expertise de la firme Aecom consultant, déjà impliquée dans le dossier de la réhabilitation du centre-ville, en lui octroyant le contrat d’une étude de faisabilité d’une voie de contournement ferroviaire, pour un montant de 965 764,10$.

Dans l’évaluation des dossiers des sept soumissionnaires ayant répondu à l’appel d’offres, Aecom a obtenu le meilleur pointage, devançant ainsi des firmes telles SNC-Lavallin et Roche Groupe conseil. En conférence de presse vendredi matin, la mairesse Colette Roy Laroche a précisé que le contrat était conditionnel à l’admissibilité de cette dépense aux programmes d’aide financière du Gouvernement du Québec et de Développement économique Canada, les deux seuls bailleurs de fonds dans un partage 50-50. Le nouvel exploitant du rail, la compagnie de chemin de fer Central Maine & Quebec, ne participera pas financièrement à l’étude, mais son président John Giles a déjà offert, l’an dernier, les services techniques de ses ingénieurs.

S’il est réalisé un jour, à qui appartiendra le nouveau tronçon long de 13 à 15 km, à construire entre les municipalités de Nantes et Frontenac? «Je ne peux pas vous dire à qui il appartiendra, mais je peux vous dire à qui il n’appartiendra pas. Il n’appartiendra pas à la CMQ», d’affirmer catégoriquement la mairesse.

Long chemin vers la réalisation

L’étude, divisée en trois étapes, pourrait prendre de deux à trois ans avant le dépôt du rapport final, d’informer le directeur général de la Ville, Gilles Bertrand. «Il y aura une réflexion qui se fera entre chacune des étapes», a-t-il indiqué en séance extraordinaire, tenue au Bistro du Centre sportif Mégantic à 8h00 le matin, peu avant la conférence de presse convoquée pour 8h30.

Jean-Stéphane Bédard, gestionnaire du secteur Affaires et Transport pour l’est du Canada, a souligné que la première étape consisterait à recueillir les données déjà existantes pour établir un profil d’opportunité, un volet qui pourrait être complété dès cet automne, avec des résultats connus dès le début de l’année 2016. «Nos équipes sont prêtes», a-t-il assuré. Les deux autres étapes visent l’avant-projet, si les conditions sont toujours favorables. De calibre mondial avec ses 45 000 employés répartis dans une centaine de pays, Aecom se targue d’être un leader dans le génie ferroviaire au Québec.

Depuis la tragédie du 6 juillet 2013, les citoyens et les membres du conseil municipal réclament d’une même voix que les trains ne passent plus dans le centre-ville. «Les élus sont conscients que cette démarche a été longue, mais je peux vous assurer que la voie de contournement est toujours jugée prioritaire», a rappelé la mairesse Roy Laroche, ajoutant à l’endroit du représentant d’Aecom que les «aspects humains» devaient être pris en compte.

«Des discussions de longue durée, mais on y est arrivé», mentionnait le député Bolduc, celui qui préside le comité interministériel sur le dossier de Lac-Mégantic.

De concert avec son comité stratégique, la Ville de Lac-Mégantic va nommer un chargé de projet pour veiller à ses intérêts au cours de l’étude, la Ville, rappelons-le, agissant à titre de maître d’œuvre de ce projet.

L’idée d’un droit de passage à charger à l’exploitant du chemin de fer qui devra utiliser ce tronçon pour relier Sherbrooke vers Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, n’est pas écartée.

Les municipalités de Frontenac et Nantes ont demandé à leur voisine de participer à l’étude, le futur tronçon de voie ferrée devant traverser une partie de leur territoire respectif, avec tous les impacts envisagés en terme d’achat de terrain et d’expropriation le long du tracé qui sera éventuellement retenu.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises