Centre-ville des années '60... ou la dictature des chars

Enlever un trottoir large et une piste cyclable allant au cœur du centre-ville pour remettre des espaces de stationnement déjà prévus autour des nouveaux bâtiments?

Cette décision est incompréhensible. Dans la publication elle-même, il est dit que ces mesures s'inscrivent dans un plan de développement durable. Ce plan a lui-même été appuyé par la démarche citoyenne de Réinventer la ville, rassemblant des citoyens et citoyennes engagé(e)s qui ont à cœur le renouvellement du centre-ville à l'avant-garde au niveau environnemental.

Cette décision est sans motivation tangible: y a-t-il une preuve qu'il y a un manque de stationnements dans le nouveau centre-ville par rapport à l'ancien? En motivant cette décision par le simple fait d'avoir pris connaissance «de réticences de citoyens» par rapport à cette configuration, le conseil municipal fait fi de l'engagement des citoyens de «Réinventer ta ville» qui ont investi énergie et temps afin de discuter ensemble d'une vision d'avenir du centre-ville lorsque TOUS les citoyens étaient invités à se prononcer.

Cette décision est fondée sur une base très instable démocratiquement vu la démarche citoyenne effectuée. De plus, le conseil municipal énonce sans équivoque son désengagement par rapport aux décisions de développement durable ayant déjà été prises. Le transport actif et l'espace vert sont relayés à «l'éventualité» plutôt qu'à une «priorité» du nouveau centre-ville. Le conseil municipal semble croire que le cyclisme se résume au tour du lac, au championnat canadien et aux escapades touristiques des visiteurs du camping Baie-des-Sables.

En ayant une piste cyclable directement sur la rue Frontenac, on protège le cycliste de l'automobile, on lui offre un axe direct pour passer de Fatima à Ste-Agnès et le tout affirme une reconnaissance du vélo comme moyen de transport.

En ayant une piste cyclable sur le boulevard des Vétérans seulement, on diminue la sécurité des cyclistes voulant circuler de façon rapide sur la rue Frontenac, on relègue le cyclisme à une activité touristique et on réaffirme la légitimité de la dictature automobile sur les moyens de transport. Oui, «il sera toujours possible de se rendre au centre-ville à vélo», mais à quels risques? Et à quels désagréments pour les automobilistes et les piétons de devoir céder de son espace de circulation?

Écrivant ce texte, j'ai l'impression d'avoir à reprendre tout le processus de discussions déjà entamé l'année dernière sur les décisions d'urbanisme qui ont été prises par rapport au nouveau centre-ville.
Cela dit, nous voyons clairement les priorités du nouveau conseil municipal. Tout cela venant d'un conseil municipal voulant baisser les taxes municipales et au passage faire payer 70 000$ pour changer des plans. D'ailleurs, ces éventuels nouveaux plans n'ont aucune garantie quant aux possibles subventions du Fonds municipal vert. Cela pourrait faire en sorte que le centre-ville coûte plus cher et, une fois terminé, il sera déjà dépassé? J'y reviens: manque-t-il vraiment de stationnements?

Je suis fier du travail et du progrès accomplis par l'ensemble des citoyens de Lac-Mégantic. Cette dernière décision vient mettre de l'ombre sur cette fierté et risque d'entacher la fenêtre d'avant-gardisme qui s'offre à Lac-Mégantic, au Québec et au Canada en ces temps de COP21 et d'accords sur les changements climatiques.

Un centre-ville des années 60 faisant l'envie du 10-30 ou un centre-ville moderne admiré pour ses décisions avant-gardistes? Le conseil municipal semble avoir choisi.

J'encourage de tout cœur les citoyen(ne)s partageant mon indignation, particulièrement ceux qui ont participé à la démarche citoyenne, à faire connaître leur mécontentement à leurs élu(e)s afin que leurs efforts pour faire du centre-ville de Lac-Mégantic un monde meilleur n'aient été vains.

Jean-Philippe Labbé

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Des éloges pour Gino Chouinard
    Actualités

    Des éloges pour Gino Chouinard

    Rémi Tremblay / 24 juillet 2024
  • L’Acadie à Piopolis
    Culture Musique

    L’Acadie à Piopolis

    Rémi Tremblay / 24 juillet 2024
  • Brocanteur à la recherche d’une relève
    Actualités

    Brocanteur à la recherche d’une relève

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
    Actualités

    Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Le plein d’art à Piopolis cet été
    Culture

    Le plein d’art à Piopolis cet été

    Claudia Collard / 18 juillet 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Des éloges pour Gino Chouinard
  2. Impact rue Salaberry
  3. L’Acadie à Piopolis
  4. Jeffrey Marcus en concert
  5. Soirée vivifiante avec Génération Rock
  6. Brocanteur à la recherche d’une relève
  7. Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
La lumière jaune
Le plein d’art à Piopolis cet été
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Journalier, chauffeur et opérateur en voirie
    Nantes
  2. Ébouteur
    Woburn
  3. Chauffeur Classe 1 ou 3
    Lac-Mégantic
  4. EMPLOYÉ AUX TRAVAUX PUBLICS
    Frontenac
  5. EMPLOYÉ À L’ENTRETIEN DES PARCS, DES INFRASTRUCTURES ET DES BÂTIMENTS
    Frontenac
Répertoire des entreprises