Chapelle du rang 1

Revers de culture?

Il fallait s’y attendre, le changement de garde à l’hôtel de ville de Lac-Mégantic bouscule les plans des partisans de la démarche citoyenne Réinventer la ville, l’instrument démocratique par excellence qui a inspiré et surtout cautionné la vision des urbanistes pour un centre-ville à reconstruire.

La rue Frontenac à redessiner représente un peu ce champ de bataille entre deux cultures qui s’entrechoquent, un peu vulgairement identifiées à celle du char et à celle du vélo. Les tenants d’une rue large et accommodante versus les visionnaires, ceux qui prônent une voie urbaine moderne où le char ne conserve sa place que dans la mesure où il la partage en toute sécurité avec les transports à deux roues, pas de moteur.

Sous l’administration précédente, les visionnaires sortaient victorieux. Le plan particulier d’urbanisme définissait les nouvelles règles du jeu. Tant pis pour les mécontents qui devaient faire un trait sur le passé. Que des souvenirs à ranger dans une vieille boîte à chaussures! Une seule «main» comme avant? Non, plutôt deux, ont dit et répété plusieurs fois les urbanistes aux plus nostalgiques! Le nouveau Papineau et le futur Frontenac allaient être les voies jumelles, avec chacune 50% du trafic à absorber. Calcul simple… sur papier!

Les mécontents d’hier ont été entendus par les élus d’aujourd’hui. La pilule a été difficile à avaler par ceux qui, à l’intérieur de l’hôtel de ville, portaient le projet vert et durable sur leurs épaules. Et vice-versa: les contents d’hier se sont sentis abandonnés par les élus d’aujourd’hui. Sur les réseaux sociaux, on a vu apparaître un début de mobilisation pour revenir au plan d’urbanisme qui avait été adopté dans la foulée de Réinventer la ville. Ces gens qui s’opposent au retour d’un centre-ville à l’ancienne, développé sur plus d’un siècle d’histoire, gardent espoir de faire entendre raison à l’administration Cloutier. Le temps presse. Les travaux pour installer toute l’infrastructure de rue vont débuter au printemps. Accommodation raisonnable recherchée entre ceux qui veulent reprendre possession de l’artère principale et les autres qui tiennent à sortir le char de nos concepts urbains réfléchis pour les générations futures qui, qu’on le veuille ou non, s’empresseront de se déplacer en auto dès qu’elles auront l’âge d’obtenir leur permis de conduire.

Il est bien que ce dernier remue-méninges se fasse maintenant, alors que tout est encore permis. L’arrivée de nouveaux élus a fait en sorte de décadenasser ce qui avait été planifié. De permettre à l’autre voix de s’exprimer. Après, les jeux seront faits. Aucune place aux regrets. Il faudra se ranger derrière le consensus obtenu, d’un côté comme de l’autre. Après, il faudra vivre avec les décisions et s’approprier ensemble le nouveau centre-ville.

Mais, si on connaît le flot de véhicules automobiles qui circulaient sur Frontenac avant la tragédie, que savons-nous du nombre de vélos qui circulaient ou qui circuleront dans le centre-ville, quand l’artère sera rouverte? Des dizaines? Des centaines? Pendant combien de mois, combien de semaines, chaque année? Sur quelles études s’appuyer? Et d’abord, en existe-t-il?

La culture du vélo roule depuis des lustres à Lac-Mégantic. Le vélo de compétition, le vélo de récréation; on le répète à chaque grand événement sportif, Lac-Mégantic est complètement vélo! Au cours des 24 dernières années, l’aventure du Grand Tour du lac Mégantic a confirmé l’engouement des Québécois pour cette pratique cycliste en famille. Les responsables du Grand Tour ont d’ailleurs versé pas moins d’une centaine de milliers de dollars pour doter la ville et la région de voies cyclables. Plus qu’une simple carte postale touristique, le vélo fait partie de la génétique méganticoise, et cela, même si plus des trois-quarts des participants du Grand Tour proviennent de l’extérieur de la région! Oui, le vélo a sa place dans le futur de la ville, mais, de grâce, soyons réalistes! Les activités commerciales, l’hôtel, les boutiques, les restaurants, les habitations du futur centre-ville créeront un nouvel achalandage important en terme de véhicules à moteur. Juste à penser aux camions de livraison qui feront la queue pour alimenter l’hôtel! Aux clients de l’hôtel qui arriveront et qui devront prendre le temps de s’enregistrer avant de s’engouffrer dans le stationnement intérieur. Un va-et-vient constant qui s’ajoutera tout naturellement aux véhicules de passage. Ce trafic-là peut être chiffré, peut être prévisible; pas le nombre de vélos!

La vision très «montréalaise» d’un petit centre-ville de campagne à faire sortir de terre presque clé en main a peut-être tout pour plaire, mais qu’on laisse la rue Frontenac jouer son véritable rôle, celui qui correspond à la réalité, pas au monde des rêves. Une rue attrayante, accueillante et accommodante… douze mois par année! Pas un goulot d’étranglement!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises