BANQ

Adèle tourne pour Francis Leclerc

Adèle tourne pour Francis Leclerc - Rémi Tremblay : Culture

Adèle St-Jacques en compagnie de la comédienne Catherine Sénart, sur le plateau du film Pieds nus dans l’aube.

Après avoir surtout défendu des rôles de figuration pour la télé et la publicité et tenu un rôle secondaire dans le téléroman Au secours de Béatrice à TVA aux côtés de Sophie Lorain, la jeune comédienne Adèle St-Jacques vient de vivre, au cours des dernières semaines, sa plus belle expérience cinématographique «à vie» en faisant partie de la distribution du film de Francis Leclerc, Pieds nus dans l’aube.

Côtoyer sur le plateau les Roy Dupuis, Claude Legault, Catherine Sénart, Robert Lepage et Marianne Fortier comme un membre à part entière de la famille Leclerc, rien de stressant! «J’observe, je regarde tous ces professionnels travailler et j’apprends!»

Rejointe à l’école, à la veille de son départ vers Chambly pour un dernier jour de tournage, Adèle est fébrile. «Les gens sont si gentils !» Le film Pieds nus dans l’aube est basé sur le roman écrit par Félix Leclerc à la fin des années 40. Le défi de son fils, le réalisateur Francis Leclerc, était de se détacher du lien familial, tout en rendant hommage à l’œuvre du célèbre chansonnier.

L’histoire se passe chez les Leclerc de l’enfance de Félix, dans les années 20. Le Village d’antan de Drummondville était tout désigné pour recréer les bâtiments d’époque. Adèle y campe le rôle de Thérèse, la sœur de Félix. Un rôle secondaire, sans texte à apprendre, ce qui permet à la comédienne d’apprécier pleinement le jeu des personnages principaux. «Je joue la plupart des scènes avec Catherine Sénart, à l’intérieur de la maison. Catherine est vraiment quelqu’un de sympathique.» Et Roy Dupuis? «Impressionnant à voir travailler!»

C’est Fred Pellerin qui signe le scénario du film, qui devrait sortir en salle le 17 décembre 2017. «Un film sur l’amitié, sur l’enfance, sur l’amour, sur la vie et sur la mort», annonce-t-on sur le site officiel. Le réalisateur a saisi l’occasion de faire valoir une dizaine de jeunes talents, attachés ou non à des agences artistiques.

Sur les quelque 700 vidéos reçues le printemps dernier pour les rôles secondaires, la directrice artistique n’en a retenues que quelques-unes. Celle envoyée par Adèle faisait partie du lot sélectionné. Fin juillet, début août, une belle surprise l’attendait. Une invitation à une audition. «Je n’avais pas de texte à apprendre», dit-elle. Tout était dans l’attitude au jeu. La dernière audition, pour le match de famille, a scellé le sort d’Adèle. Pour la jeune comédienne de 16 ans, la plus longue période de travail depuis qu’elle a débuté le métier, en 2011, pour un rôle muet dans Cris du cœur à Canal Vie.

«Adèle est une demoiselle posée avec qui il est agréable d’échanger. C’est une force tranquille. Elle fait preuve d’une grande maturité, elle est vive d’esprit et passionnée! Elle adore jouer et ça se reflète dans son attitude sur les plateaux de tournage. Elle est reconnaissante et agréable avec tous les membres de l’équipe, témoigne l’agente d’artistes Marie-Hélène Amyot. Adèle a toujours le sourire aux lèvres, même lors des moments de pause, alors que la caméra est éteinte. Elle a soif d’apprendre et sa curiosité fait en sorte qu’elle s’enrichit de l’expérience des comédiens chevronnés qu’elle côtoie dans le cadre du tournage du film Pieds nus dans l’aube. De plus, Adèle a la chance de faire partie d’une famille unie qui la supporte dans ses projets, ce qui est essentiel pour se développer de façon saine dans ce métier.»

À sa dernière année de secondaire à la polyvalente Montignac, Adèle est plus disponible que jamais pour cette passion qui l’anime depuis toujours. «À l’école, ils sont vraiment conciliants. Il faut que je travaille fort, mais ils me laissent du temps pour étudier.» Son diplôme secondaire en main, elle envisage l’option théâtre. Ou le cinéma!

Son père, Patrick St-Jacques, est derrière elle, tout comme sa mère, Lily Cloutier. «Les gens pensent que tout ça coule de source, que c’est facile. Adèle passe en moyenne une dizaine d’auditions par année à Montréal. Elle se retrouve presque toujours finaliste. Elle croit en ses chances et ne désespère pas, même si elle sait que ça peut être sa dernière audition, son dernier contrat à vie. Tous les refus forgent son caractère, mais surtout son humilité.»

Retour sur sa carrière: en 2011, un 3e rôle muet pour Cris du cœur sur Canal Vie et une pub pour Aquafresh. L’année suivante, des pubs pour Tim Hortons et Capital One. En 2013, une figuration pour La Marraine, une émission pour la télévision et en 2014, Subito Texto, encore là pour la télévision. En 2014, un rôle dans Au secours de Béatrice.

L’attente fait partie du métier. «Apprendre les scènes, parfois longues, deux à trois jours avant l’audition. Se préparer à l’audition la veille, avec son coach de Montréal, Jean-Robert Quirion. Se fait juger par l’équipe du projet qui analysera son talent, mais aussi si elle correspond parfaitement au casting recherché, pour finalement se faire souvent dire non ! Faire l’aller-retour Lac-Mégantic/Montréal pour, parfois, sept minutes d’audition reste dans le plaisir de jouer sans se prendre la tête !»

La plus grosse déception, raconte son père, c’est lorsqu’elle s’est rendue en finale pour le rôle de Romy dans Nouvelle Adresse à Radio-Canada. «Elle avait travaillé avec Macha Grenon. Et c’est la directrice de casting qui a dû trancher en choisissant l’autre jeune et bonne comédienne. Adèle est arrivée deuxième !»
Après sa dernière année du secondaire qu’elle complète à Montignac, peut-être bien un cours en cinéma. Qui sait ? Son rêve de petite fille prend forme peu à peu, sans qu’elle laisse de côté d’autres talents, en improvisation et en animation, théâtre amateur et sport scolaire. Un avenir artistique entre les mains de l’Agence Linda Cadieux.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Lucie Blais. perron

    Beau parcours! Elle va aller loin cette belle jeune fille!

    Répondre 2016-09-28
    1. Le parc de Frontenac ouvert aux baigneurs
    2. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
    3. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    4. Nouvelles mesures à la plage
    5. Sept ans après: un devoir de mémoire
    6. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
    7. Début de l’autocueillette
    Docile ou non?
    Festival virtuel pour Songe d’été en musique
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. Préposée aux bénéficiaires
      Lac-Mégantic
    2. Préposée au service
      Lac-Mégantic
    3. Plusieurs postes disponibles
      Lac-Mégantic
    4. Technicien en traitement des eaux usées
      Lac-Mégantic
    5. Conseiller en vente spécialisée (chasse et pêche)
      Thetford Mines
    Répertoire des entreprises