La pleine conscience, pour libérer l’espace à de nouveaux apprentissages

La pleine conscience, pour libérer  l’espace à de nouveaux apprentissages - Claudia Collard : Actualités
La pleine conscience, pour libérer  l’espace à de nouveaux apprentissages - Claudia Collard : Actualités
À gauche, Tristan, Benjamin et Raphaël. À droite, les enseignantes Chantal Lessard et Heather Gordon.

Dans la classe d’anglais de Heather Gordon, la première minute de cours est consacrée à la pleine conscience. Loin d’être un concept à connotation religieuse ou sectaire, ce temps est uniquement consacré au moment présent. À réduire le stress, à libérer cet espace mental qui rend mieux disponible aux nouveaux apprentissages. Et les résultats sont probants, témoignent trois élèves de secondaire IV de la polyvalente Montignac.

Tristan connaissait déjà cette technique pour l’avoir expérimentée un an et demi plus tôt. «Je souhaitais justement qu’on puisse l’appliquer à l’école; c’est super bon pour les élèves, qui ont un niveau de stress très élevé. Il est important de se libérer de ses pensées pour se concentrer sur le présent. Ça permet de voir clair au lieu d’avoir l’esprit embrouillé. On est tout le temps en train de penser au futur, aux examens qui s’en viennent. C’est bon d’apprendre à gérer tes émotions pour prendre des décisions éclairées, pas juste à l’école mais à n’importe quel moment. C’est utile tout au long de ta vie.»

La technique est simple. «Durant une minute, j’invite les élèves à avoir une posture positive, confortable, pieds sur le plancher, plus disposée aux apprentissages. Je leur demande d’être conscients qu’ils sont présents. Présents à eux-mêmes, ici et maintenant», explique Heather Gordon, qui enseigne l’anglais.
Grâce à cette minute de pleine conscience, Raphaël a pu voir des changements sur sa concentration en classe. «Je vois une grande différence, surtout lors des gros stress que procurent les examens. Ce petit moment de détente prépare notre esprit au travail qui s’en vient. Ça éclaircit les idées, ce qui aide beaucoup, par exemple lorsqu’il faut faire une composition en anglais.»

Adepte d’activité physique, Benjamin est bien placé pour comprendre le lien entre la force du corps et celle de l’esprit. «Si tu veux performer dans un sport, tu dois toujours être centré sur le moment présent. Il faut que tu sois complètement là dans tout ce que tu fais. J’applique aussi cette technique avant chaque cour. Durant une minute j’entre dans ma bulle. Ça me permet de ne pas être pris par le reste de la journée, par les examens qui s’en viennent. Je fais juste relaxer et j’apprends à me connaître.»

Lors de la journée pédagogique de lundi, une dizaine d’enseignants de la polyvalente Montignac complétaient une formation de six heures sur la pleine conscience. La résultante d’une initiative de l’enseignante en éducation physique Chantal Lessard, également responsable de la période d’apprentissage passion (PAP) Gestion du stress et connaissance de soi, qui comprend notamment des notions de yoga, méditation, cahier créatif et visualisation. «Cette année j’ai voulu intégrer la pleine conscience à mon PAP et j’ai trouvé cette formation.» Pour Heather, qui offrait déjà l’expérience à ses élèves, cette opportunité s’est avérée une occasion d’en apprendre davantage sur le sujet. En fait, l’intérêt a été tel chez les enseignants qui ont suivi la formation que d’autres ont manifesté le désir d’y adhérer l’an prochain.

L’intérêt des enseignants se répercutera-t-il sur l’ensemble des élèves? Jusqu’à maintenant, même si des améliorations sont notables, force est de constater qu’il importe de persévérer. «En pratiquant la technique à chaque cours, on diffuse le message petit à petit. Je souhaite partager cet outil parce qu’il est tellement bénéfique! Libre à chacun de l’utiliser. Pour ceux qui sont plus réticents, juste l’adoption d’une posture positive peut faire une différence. «Je me dis que je sème une graine. Et ça, c’est déjà le début de quelque chose», renchérit Chantal.

En bout de piste, être présent ici et maintenant vise à être plus heureux. À contrer cette anxiété qu’engendre l’importance accordée aux résultats académiques, une réalité de plus en plus manifeste, témoignent les enseignantes et élèves interrogés. On oublie trop souvent que l’école est avant tout un lieu d’apprentissage et non un endroit où «faire du temps» pour décrocher les meilleures notes. «J’aime justement l’école parce que je veux apprendre le plus de choses possible», partage Tristan. «Ce ne sont pas tes notes qui font que tu vas être heureux», ajoute Benjamin sur le ton de l’évidence.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Fromagerie La Chaudière: achat de 10,5 M$ d’équipements pour améliorer le rendement
    Actualités Économie

    Fromagerie La Chaudière: achat de 10,5 M$ d’équipements pour améliorer le rendement

    Rémi Tremblay / 29 février 2024
  • Démolition du chalet de pierre à la Station Baie-des-Sables
    Actualités

    Démolition du chalet de pierre à la Station Baie-des-Sables

    Claudia Collard / 27 février 2024
  • Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»
    Culture Humour

    Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»

    Claudia Collard / 26 février 2024
  • Feu de résidence rue Champlain
    Actualités Faits divers

    Feu de résidence rue Champlain

    Rémi Tremblay / 22 février 2024
  • L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie
    Actualités Société

    L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie

    Claudia Collard / 21 février 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Fromagerie La Chaudière: achat de 10,5 M$ d’équipements pour améliorer le rendement
  2. Le Nœud, une joute verbale épique
  3. Hommage à L’Écho à la Chambre des communes
  4. Démolition du chalet de pierre à la Station Baie-des-Sables
  5. Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»
  6. Feu de résidence rue Champlain
  7. L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie
Virage numérique sans déraper
Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. EMPLOYÉ DE TRAVAUX PUBLICS
    Frontenac
  2. conseiller.ère aux entreprises
    Lac-Mégantic
  3. Employé de voirie et des travaux publics
    Marston
  4. Agent à l’environnement (escouade verte)
    Nantes
  5. Animateur pour le service d’animation estivale de Nantes
    Nantes
Répertoire des entreprises