Grand chef Metacom

Mes lectures de vacances m’ont amené à plonger au tout début de la colonisation des Amériques et celle de la Nouvelle-France en particulier, grâce au livre Le Nouveau Monde oublié de l’auteur québécois Marco Wingender. Fascinant ce retour en arrière où les Premières Nations peuplaient le continent, du nord au sud, avant l’arrivée des colonisateurs européens. En paix relative, certains groupes profitant toutefois de la moindre insulte d’un groupe voisin pour lui déclarer la guerre! Que voulez-vous, pas de Netflix, pas d’internet, des fois le temps est long et les esprits s’échauffent. Alors on danse, on crie, on se peinture le corps et on part en gang régler des comptes, espérant ramener quelques prisonniers au retour à la maison. Belle époque où les communications même les plus stratégiques se propageaient par signaux de fumée. Souvent, des messages alarmants annonciateurs d’une menace et qui se partageaient d’un horizon à l’autre sous les nuages.

J’ai lu qu’un chef de la nation Wampanoag, dans la région de la Nouvelle-Angleterre, s’appelait… Metacom! Un nom prédestiné à un brillant avenir! Hélas, presque 400 ans plus tard, l’esprit de Meta fait des siennes. À peine de retour au bureau, le fameux Meta du 21e siècle réservait une surprise aux lecteurs de l’Écho qui captaient jusqu’à maintenant nos signaux de fumée à l’écran de Facebook.

Alors désolé! Nous, qui avons cru à tort qu’un petit journal local, déjà en mode survie et qui risque fort de ne pas souffler ses 100 bougies, était à l’abri de la nouvelle crise qui frappe les médias canadiens, nous voilà interdit de partage de contenu par ce fameux Meta qui récite comme une prière sa profonde croyance en l’avenir de la communication dans le métavers. Ce monde du futur voué à l’intelligence artificielle et aux nouvelles technologies de l’information dont le grand manitou Mark Zuckerberg aimerait bien exclure les médias. Et il en est capable, assurément! Dans un contexte de désinformation accélérée, le village global autant que le village local ont plus que jamais besoins de sources d’information fiables , pour savoir ce qui se passe autour d’eux, et être en mesure d’exprimer leurs opinions.

Face à l’univers du métavers, nous sommes un grain de sable dans le désert, une minuscule planète parmi des milliards de galaxies, mais pour nos lecteurs, pour vous, une source d’information importante et toujours pertinente. Le virage numérique et la perte d’annonceurs ont eu raison du papier dans de nombreux journaux. La Presse, entre autres, mais aussi des journaux régionaux jadis publication quotidienne, dont La Tribune, transformés en Coop de l’information, avec publication papier le weekend seulement

Survivre à la crise, l’une après l’autre, c’est la réalité que nous vivons à l’Écho. Faire un peu de ménage dans les filières m’ont permis de sortir un «vieux» numéro des années 90 (juste vieux de 30 ans, tout de même) alors qu’on publiait deux ou même trois cahiers d’une même édition. Les revenus publicitaires étaient au rendez-vous. Tout n’est pas de la faute de Meta, bien sûr, mais la décision du géant du web retranche du temps qu’on ne contrôle plus à notre disparition annoncée.

Métro Média vient de le faire, le 11 août dernier, avec les 17 publications du groupe. Des journaux locaux distribués par Publi-Sac et un hebdomadaire distribué gratuitement dans le réseau de transport de Montréal.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sortie de placard divertissante
    Culture Théâtre

    Sortie de placard divertissante

    Claudia Collard / 12 juin 2024
  • Science et fiction à la recherche de l’origine de la vie
    Culture Littérature

    Science et fiction à la recherche de l’origine de la vie

    Rémi Tremblay / 11 juin 2024
  • Aux grands maux...
    Clin d'oeil

    Aux grands maux...

    Rémi Tremblay / 10 juin 2024
  • Saint-Sébastien: travaux majeurs sur la rue Principale
    Actualités

    Saint-Sébastien: travaux majeurs sur la rue Principale

    Rémi Tremblay / 10 juin 2024
  • Voie de contournement: Québec financera 40% d’un «montant maximal»
    Actualités Environnement

    Voie de contournement: Québec financera 40% d’un «montant maximal»

    Rémi Tremblay / 10 juin 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Sortie de placard divertissante
  2. Deux jeunes roboticiens de Montignac invités à Puerto Rico!
  3. Science et fiction à la recherche de l’origine de la vie
  4. Saint-Sébastien: travaux majeurs sur la rue Principale
  5. Voie de contournement: Québec financera 40% d’un «montant maximal»
  6. Les bolides seront en ville le 9 juin
  7. Marie-Denise Pelletier en spectacle à Piopolis
Virage numérique sans déraper
Sortie de placard divertissante
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Opérateur(trice journalier(ère) et préposé(e) au traitement des eaux
    Stratford
  2. Adjoint-e administratif-ive
    Lac-Mégantic
  3. Conseiller-ère en communication
    Lac-Mégantic
  4. Agent.e aair recherché.e
    Lac-Mégantic
  5. Coordonnateur aux pièces
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises