Simon Leblanc: un humour efficace sans entracte

Simon Leblanc: un humour efficace sans entracte - Claudia Collard : Culture

Simon Leblanc a provoqué de nombreux fous rires le soir du 11 mars à l’auditorium Montignac.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Simon Leblanc ne passe pas inaperçu. Tout d’une pièce sur scène, le frêle humoriste avait des allures de géant le soir du 11 mars à l’auditorium Montignac. Ses histoires imagées en ont déridé plus d’un, apportant un vent de chaleur au froid sibérien qui sévissait à l’extérieur.

Lui, le gars de la Gaspésie installé à Montréal, raconte son choc culturel avec la grande ville, évoquant une histoire abracadabrante de trafic sur la 40, où sa voiture se retrouve coincée de tous bords tous côtés mais où les variantes d’une sirène d’ambulance l’intiment de se tasser illico. Lui, auparavant résidant du chic Plateau, qui a décidé de déménager à Saint-Henri, un quartier plus «rough» mais où il se sent davantage dans son élément. Peut-être parce que sa bizarrerie passe plus inaperçue.

Parce qu’en terme d’idées disjonctées, il remporte la palme haut la main. Ses histoires sont sans doute agrémentées pour la mêlée mais lorsqu’il relate son expérience consistant à faire fondre une chaudière de plastique dans le four, on a cette étrange impression d’un fond de vérité. Peur panique, bruit suspect, fumée noire, vapeurs à rendre stone, la description avec force d’expressions est si complète que c’est comme si on y était.

Autre folle envolée de rires, celle provoquée par son récit sur la caisse libre-service d’une épicerie. Il fallait le voir mimer l’action de scanner à répétition un concombre, dans le vain espoir que se révèle un code barre pourtant inexistant. Ses tribulations aux urgences sont elles aussi du sport de haute voltige. On voit clairement le trafic de civières dans l’unité des soins intensifs.

Sans décor ni autre artifice, Simon Leblanc n’a pas lésiné sur le langage gestuel, interprétant d’habile façon sa première et dernière expérience de surf au Costa Rica. La planche trop encombrante, les vagues sont grandes et surtout son immense inexpérience couplée au refus de retenir les services d’un instructeur sont présentées ici dans un sketch d’une grande efficacité visuelle. Tout comme l’ensemble de son spectacle, sans entracte, ni en temps, ni en énergie.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sortie du second roman de Marianne Fortier
    Culture Littérature

    Sortie du second roman de Marianne Fortier

    Claudia Collard / 28 juillet 2022
  • Des installations d’art urbain signées Marzell
    Culture

    Des installations d’art urbain signées Marzell

    Rémi Tremblay / 26 juillet 2022
  • Au camp créatif d’Annie Purtell
    Culture Arts visuels

    Au camp créatif d’Annie Purtell

    Claudia Collard / 26 juillet 2022
  • Premier contrat pour la réfection du Barrage du Lac-Aux-Araignées
    Actualités Municipalité

    Premier contrat pour la réfection du Barrage du Lac-Aux-Araignées

    Claudia Collard / 25 juillet 2022
  • Une pause sur le chantier de la rue Laval
    Actualités

    Une pause sur le chantier de la rue Laval

    Rémi Tremblay / 25 juillet 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Sortie du second roman de Marianne Fortier
  2. La magie du rock avec Nic Gignac
  3. Bureau et les tiroirs le 28 juillet
  4. Des installations d’art urbain signées Marzell
  5. Au camp créatif d’Annie Purtell
  6. Premier contrat pour la réfection du Barrage du Lac-Aux-Araignées
  7. Une pause sur le chantier de la rue Laval
Aux portes de l’abdication
Sortie du second roman de Marianne Fortier
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. GARDIEN DE TERRITOIRE BAIE-DES-SABLES
    Lac-Mégantic
  2. HOMME DE VOIRIE AVEC EXPÉRIENCE
    Milan
  3. Opérateur de scie et un journalier
    Lac-Drolet
  4. SECRÉTAIRE ADMINISTRATIF(VE)
    Val-Racine
  5. Préposé(e) à la bibliothèque
    Marston
Répertoire des entreprises