La vie en condos: pas que pour les retraités

La vie en condos: pas que pour les retraités - Rémi Tremblay : Actualités

Les Condos du Phare affichent un taux d’inoccupation de près de 20%. Mais le climat économique et le retour du printemps pourraient relancer les ventes.

Ouverts en juillet 2012, les Condos du Phare affichent, presque cinq ans plus tard, un taux d’inoccupation frôlant les 20%. Et pourtant, de 2013 à 2016, il s’est ajouté sur le territoire de Lac-Mégantic 12 bâtiments multifamiliaux offrant 68 nouvelles unités de logements. Ce qui, selon Statistiques Canada, porterait à 2 870 le nombre de logements privés en ville. Et c’est sans compter les projets sur la table pour la reconstruction du centre-ville. Pour un bassin de population en décroissance, de 5 932 qu’il était en 2011 à 5 654 au recensement de 2016.

Sur les 50 unités offertes par les Condos du Phare, 40 ont été vendues jusqu’à présent, dont 32 unités réservées avant même l’ouverture des portes. Le paradis avec plage au lac et aux abords de la piste cyclable, à moins de 500 mètres du centre-ville. Un mode de vie. Jusqu’à la tragédie, exactement un an plus tard. Copromoteur du projet riverain au lac Mégantic, Serge Bussière ne cache pas que la tragédie a retardé la vente des condos, même si le complexe d’habitation n’a souffert en rien de cette destruction massive. «Le quart ou peut-être même le tiers des unités vendues l’ont été à des gens de l’extérieur ou encore à des Méganticois qui revenaient ici à leur retraite.»

Parmi les occupants, des médecins, professionnels et retraités. Et aussi des travailleurs. Pas de catégorisation! Une seule famille avec enfants, en location pour l’instant. De la masse des délogés du centre-ville, deux sinistrés ont d’abord loué pour ensuite acheter quelques mois plus tard.

La formule d’un syndicat de copropriétaires pour gérer les Condos du Phare a passé le test. Ils sont cinq à y siéger! La vie entre voisins s’y déroule paisiblement, affirme M. Bussière, album photos à l’appui.
Les Condos du Phare affichent à vendre : trois unités de trois pièces et demi, quatre unités de quatre pièces et demi et trois autres de 5 et demi. Dans un marché où l’offre est supérieure à la demande, la confiance est tout de même au rendez-vous.

«L’attrait du condo est toujours là, autant pour la clientèle des retraités, qui ne veulent plus de préoccupations en terme d’entretien de leur terrain, que pour les jeunes qui désirent du tout inclus, tout de suite! Et bonjour la belle vie!»

Il n’y a pas que le printemps qui soit enfin revenu, le climat économique a changé pour le mieux ces deux dernières années, constate le promoteur. «Les retombées économiques des indemnités touchées par des centaines de gens ne se font pas sentir encore, parce qu’ils sont nombreux parmi eux à avoir été bien avisés d’attendre avant d’investir.»

Idéalement, il faudrait la voie de contournement ferroviaire pour donner fière allure au centre-ville à bâtir, reconnaît l’homme d’affaires. Mais si le projet tarde à se réaliser, beaucoup peut être fait quand même pour rendre la vie urbaine meilleure. «Rappelez-vous le souci que nous avions de décontaminer le terrain en profondeur. Ça en valait la peine. Nous avons coulé les fondations en béton armé pour 50 espaces de stationnement intérieur. Il y a beaucoup d’inclus dans la vente d’un condo: quais, des espaces pour remiser les kayaks, les vélos, les motomarines ; il y a même des ateliers de travail.» Et piscine intérieure, la seule dans cette gamme de condos offerte en région, souligne-t-il.

Sur les dix unités en vente, sept occupent deux étages. «Parfait pour une habitation bigénérationnelle», convient le promoteur. Et les petits animaux? Bienvenue aux chiens de 25 livres et moins.
Serge Bussière affiche une confiance à toute épreuve envers l’avenir de la ville. Un taux de chômage presque nul, des emplois affichés comme jamais pour l’expansion des entreprises, de bons salaires dans la sphère des emplois en santé et en éducation…

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sortie du second roman de Marianne Fortier
    Culture Littérature

    Sortie du second roman de Marianne Fortier

    Claudia Collard / 28 juillet 2022
  • Des installations d’art urbain signées Marzell
    Culture

    Des installations d’art urbain signées Marzell

    Rémi Tremblay / 26 juillet 2022
  • Au camp créatif d’Annie Purtell
    Culture Arts visuels

    Au camp créatif d’Annie Purtell

    Claudia Collard / 26 juillet 2022
  • Premier contrat pour la réfection du Barrage du Lac-Aux-Araignées
    Actualités Municipalité

    Premier contrat pour la réfection du Barrage du Lac-Aux-Araignées

    Claudia Collard / 25 juillet 2022
  • Une pause sur le chantier de la rue Laval
    Actualités

    Une pause sur le chantier de la rue Laval

    Rémi Tremblay / 25 juillet 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Sortie du second roman de Marianne Fortier
  2. La magie du rock avec Nic Gignac
  3. Bureau et les tiroirs le 28 juillet
  4. Des installations d’art urbain signées Marzell
  5. Au camp créatif d’Annie Purtell
  6. Premier contrat pour la réfection du Barrage du Lac-Aux-Araignées
  7. Une pause sur le chantier de la rue Laval
Aux portes de l’abdication
Sortie du second roman de Marianne Fortier
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. GARDIEN DE TERRITOIRE BAIE-DES-SABLES
    Lac-Mégantic
  2. HOMME DE VOIRIE AVEC EXPÉRIENCE
    Milan
  3. Opérateur de scie et un journalier
    Lac-Drolet
  4. SECRÉTAIRE ADMINISTRATIF(VE)
    Val-Racine
  5. Préposé(e) à la bibliothèque
    Marston
Répertoire des entreprises