La reconstruction du centre-ville: dossier aux multiples facettes

La reconstruction du centre-ville:  dossier aux multiples facettes - Claudia Collard : Actualités
Parmi les futurs bâtiments du centre-ville figurent aussi la construction de quatre bâtiments de six logements chacun, entre le boulevard des Vétérans et la rue Frontenac.
La reconstruction du centre-ville:  dossier aux multiples facettes - Claudia Collard : Actualités
Sonia Dumont, chargée communications-marketing au Bureau de reconstruction

Plus de quatre ans après la tragédie et deux ans après la décontamination des sols, la reconstruction du centre-ville suscite encore beaucoup de questions au sein de la population. À commencer par celles touchant le projet d’hôtel, dont la réalisation se fait attendre. Au Bureau de reconstruction, on assure que celui-ci demeure une priorité pour la Ville mais qu’une étude de faisabilité a fait en sorte de redéfinir sa nature.

On sait d’ores et déjà que la bannière C Hôtel s’est retirée du projet. Depuis, communique Sonia Dumont, la Ville a fait réaliser une étude pour en vérifier la viabilité. «L’étude a révélé qu’un hôtel de 60 à 80 chambres, que c’est important pour le développement économique de la région et que les performances de cet hôtel seraient même à d’autres comparables dans les Cantons-de-l’Est.»

Toutefois, poursuit la chargée de communications-marketing au Bureau de la reconstruction, l’étude a signalé qu’en raison de sa situation géographique, la ville ne serait pas suffisamment attractive pour le réseau de congrès. «Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de salle de réunion dans cet hôtel mais ça ne peut être un centre de congrès. Par ailleurs, l’hôtel devrait être affilié à une bannière parce que ça facilite le marketing et la diffusion du projet.» Plutôt qu’un complexe haut de gamme, on viserait par la construction d’un hôtel trois étoiles, de type Quality Inn. Mme Dumont communique que le promoteur est toujours le même et qu’un autre est sur les rangs en cas de désistement.

Autre préoccupation, la reconstruction de la salle des Chevaliers de Colomb. À ce titre, Sonia Dumont signale d’emblée que le futur bâtiment ne pourra être érigé sur son emplacement d’origine. «Comme il faut que des cases de stationnement soit exclusivement dédiées à l’hôtel, l’ancien terrain des Chevaliers ne pourrait être utilisé en raison de la proximité. Cette reconstruction est toutefois importante pour la ville, cet organisme redonnant énormément à la communauté», partage Mme Dumont, ajoutant que les Chevaliers de Colomb tiennent aussi à poursuivre leur mission.

Parmi les futurs bâtiments du centre-ville figurent aussi la construction de quatre bâtiments de six logements chacun entre le boulevard des Vétérans et la rue Frontenac, chantier qui débutera à l’automne. Outre la future caserne de Dessercom, deux parcs publics sont à l’agenda de la rentrée. Un espace sera aménagé entre le parc Dourdan et la rue Frontenac, dans la zone du bassin de rétention. Sont également prévus, la reconstruction du stationnement du centre-ville et l’aménagement d’une partie de l’allée piétonnière qui réunira ultimement le parc des Vétérans et la promenade Papineau.

La dimension humaine

Au Bureau, mentionne Mme Dumont, «on a travaillé tout autant la reconstruction de l’être humain que la reconstruction physique. Parce que tu peux avoir les plus belles bâtisses du monde mais si les gens qui y vivent ne sont pas bien, on n’a pas réussi la reconstruction.» Elle parle aussi de l’écoresponsabilité, celle qui va au-delà de la préservation de l’environnement.« L’écoresponsabilité, ça veut dire qu’on améliore la qualité de vie dans un cadre favorable au développement économique. Mais surtout, ça signifie que cette ville est accueillante, à l’écoute de ses citoyens et ouverte sur le monde. On a mis la loupe sur Lac-Mégantic pour des raisons négatives. Maintenant, Lac-Mégantic est toujours sous la loupe, mais plutôt parce qu'on s'intéresse au processus de reconstruction. L’écoresponsabilité, c’est mettre l’humain au centre de cette reconstruction.»

Au fil des ateliers et conférences offertes par le Bureau, Sonia Dumont fait le constat que les Méganticois désireux d’aller de l’avant sont nombreux. Et que les réactions émotives peuvent également servir de carburant à la reconstruction. «Quand tu touches à une émotion, tu touches à quelque chose d’important. Pour que les choses avancent, il faut trouver un consensus qui rallie le plus de gens possible. On veut à la fois l’histoire et le modernisme, l’architecture osée et l’authenticité… Il faut composer avec ces polarités.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
  • C'est la fin pour le Centre récréatif
    Actualités

    C'est la fin pour le Centre récréatif

    Rémi Tremblay / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Normand ALLARD

    Je suis résident de Ville LaSalle à Montréal et je désire montrer mon soutien aux gens de Lac Mégantic. Je lisais dans La Presse que le BAPE, dans son étude d'une voie de contournement, n'exclut pas l'option du statu quo. Je trouve cela inadmissible! Il me semble que l'histoire nous a démontré que le statu quo n'est pas sécuritaire, non!?! Qu'est-ce qui fait que maintenant il l'est? Parce qu'on a resserré certaines règles? Si on leur avait demandé, je suis convaincu que le BAPE aurait dit que tout était sécuritaire avant le désastre...

    Le monde entier a été horrifié de voir cette tragédie, et notre réponse serait que tout est beau, on ne fait rien, on maintient le statu quo?? Je crois que la population de Lac Mégantic mérite notre respect et que les québécois se mobilisent pour sortir la voie ferrée de là, pour qu'ils puissent enfin rebâtir leur centre-ville détruit. Qui voudrait s'investir dans un nouveau centre-ville avec le statu quo? Le statu quo n'est PAS une option. Faisons tout notre possible pour aider la population de Lac Mégantic à rebâtir sans crainte leur nouveau centre-ville.

    Répondre 2017-08-01
    1. Nouvelles mesures à la plage
    2. Sept ans après: un devoir de mémoire
    3. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
    4. Début de l’autocueillette
    5. Chantier du Pont de fer
    6. Montignac rend hommage à ses finissants
    7. Mesures de déconfinement estival
    Docile ou non?
    Festival virtuel pour Songe d’été en musique
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. Directeur général
      Lac-Mégantic
    2. Inspecteur municipal
      Notre-Dame-des-Bois
    3. Agente - Agent de communication
      Lac-Mégantic
    4. Mécanicien
      Lac-Mégantic
    5. Technicien - Service comptable aux entreprises
      Lac-Mégantic
    Répertoire des entreprises