Abonnement

Le capital humain, principale richesse d'une destination

Le capital humain, principale richesse d'une destination - Claudia Collard : Actualités

François Bédard, directeur du Centre mondial d’excellence des destinations.

Pour François Bédard, c’est le caractère unique d’une destination sur le plan humain qui détermine sa valeur touristique. «Il faut toujours partir de la motivation que les gens viennent chez nous pour vivre une expérience, pas pour dormir ailleurs que chez eux. L’attractivité se bâtit par la contribution de chacun. L’idée c’est de travailler ensemble. Ça demande de comprendre comment on est interdépendants et complémentaires. L’idée c’est aussi d’amener les gens d’ici à connaître leur milieu afin que le visiteur soit bien accueilli, quelle que soit sa porte d’entrée.»

Le professeur au département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal et directeur général du Centre mondial d’excellence des destinations (CED), était de passage à Lac-Mégantic pour la seconde fois en deux mois, sous l’invitation de la Société de développement économique du Granit (SDEG). Sa mission, offrir des ateliers en lien avec le Système de mesure d’excellence des destinations, démarche visant à aider les destinations à être plus performantes. Un outil qui servira de guide au nouveau plan quinquennal de développement touristique de la SDEG.

«En tant que natif de Lac-Mégantic, je suis personnellement intéressé à travailler sur ce projet. La démarche minimale est de deux ans mais il s’agit d’une relation de partenariat. Nous ne sommes pas des consultants avec un mandat ayant un début et une fin. Le CED crée une relation avec une destination et cette relation se tisse et se prolonge dans le temps», partage M. Bédard, dont l’expertise est sollicitée à l’échelle internationale.

François Bédard établit d’entrée de jeu la différence entre une région géographique et une destination. «Pour que ce soit une destination, les gens doivent se connaître, se fréquenter. Ce qui n’existe pas au niveau régional. Il faut travailler à la bonne échelle pour susciter une synergie naturelle. Pour que les gens se sentent parties d’une même famille, celle des 20 municipalités de la MRC du Granit.»

Une destination implique aussi l’apport de l’ensemble de ses acteurs. «Si tu vois juste ton entreprise, ça ne fait pas une destination. Même 100 ou 1000 entreprises qui ne travaillent pas ensemble ne font pas une destination. Si on ne prend pas en compte que son entreprise dépend des autres autour, comme groupe on n’est pas concurrentiel. Il faut que tous soient impliqués, incluant les municipalités, organismes et résidants.»

La qualité d’un accueil touristique est donc tributaire du capital humain d’une destination. «Souvent le touriste qui arrive va s’arrêter en premier lieu dans une station-service ou un dépanneur pour demander des renseignements. Les gens qui y travaillent sont donc extrêmement importants. Tant chez les citoyens, commerces, et institutions, il faut développer cette culture populaire, cette connaissance de notre propre milieu. En ce sens, il y a un travail très important à faire auprès des élèves du primaire.» L’objectif avoué, poursuit M. Bédard est qu’en 2020, la région de Mégantic soit un incontournable sur le plan touristique.

L’agent de développement touristique de la SDEG, Jean-François Ruel, est visiblement emballé par le processus enclenché en décembre dernier. «Jusqu’à maintenant, on a 47 projets de développement dans le plan quinquennal. Historiquement, il y avait un petit lac à l’épaule avec des grandes orientations et on disait: «voici ce qui est bon pour nous et (donc) bon pour vous». Maintenant c’est l’inverse. Cette démarche est vraiment novatrice: on part de la base citoyenne pour déterminer nos axes et orientations stratégiques. Le plan de développement va vraiment être le plan de la communauté, des gens qui y ont collaboré et se l’ont approprié.»

En fait, précise M. Ruel, si la démarche est le contenant, le contenu provient du milieu. «Dans la région, il y plein d’experts en tourisme qui ne le savent pas. Il s’agit d’intégrer tout ça, d’être en contrôle de notre destination, afin de s’enrichir collectivement.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un appel pour «serrer la vis» dans les bars
    Actualités

    Un appel pour «serrer la vis» dans les bars

    Rémi Tremblay / 17 septembre 2020
  • Vocation: préposé aux bénéficiaires
    Actualités

    Vocation: préposé aux bénéficiaires

    Claudia Collard / 17 septembre 2020
  • Vision d’avenir pour le Pavillon de la Faune
    Actualités

    Vision d’avenir pour le Pavillon de la Faune

    Rémi Tremblay / 17 septembre 2020
  • CHSLD Lambton: deux résidents décédés
    Actualités

    CHSLD Lambton: deux résidents décédés

    Rémi Tremblay / 17 septembre 2020
  • Rencontre avec la poésie décloisonnée
    Culture

    Rencontre avec la poésie décloisonnée

    Claudia Collard / 16 septembre 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Un bon test pour l’Espace jeunesse
  2. Un appel pour «serrer la vis» dans les bars
  3. Vocation: préposé aux bénéficiaires
  4. Vision d’avenir pour le Pavillon de la Faune
  5. CHSLD Lambton: deux résidents décédés
  6. Paroles de femmes avec Céline Faucher
  7. Rencontre avec la poésie décloisonnée
«Notre magnifique territoire»
Rencontre avec la poésie décloisonnée
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Opérateur de chariot élévateur
    Lac-Mégantic
  4. Entretien ménager Poste de nuit
    Lac-Mégantic
  5. Commis – Caissiers/caissières (Plusieurs postes disponibles)
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises