Vives inquiétudes chez les restaurateurs locaux

Vives inquiétudes chez les restaurateurs locaux - Claudia Collard : Actualités

Si certains citoyens considèrent la venue éventuelle d’un St-Hubert à Lac-Mégantic comme un choix de plus en matière de restauration, les restaurateurs locaux y voient plutôt une division supplémentaire de la clientèle, créant des impacts allant jusqu’à la fermeture de certains restaurants. Avec en bout de piste, moins de choix pour le client!

Quelques jours avant l’assemblée de consultation publique du 16 janvier portant sur le changement de zonage en vue de permettre l’implantation d’un St-Hubert dans le stationnement du Carrefour Lac Mégantic, la Ville a reçu des lettres signées par 19 restaurateurs locaux. Lettres où les commerçants manifestent leurs inquiétudes, invoquant la saturation du marché et la main-d’œuvre difficile à recruter.

Dans sa missive adressée aux élus, Véronique Gosselin, copropriétaire du Coq du Nord et porte-parole du groupe de restaurateurs, fait valoir que si la venue du nouveau commerce générera des entrées d’argent pour la municipalité à court terme, «à moyen et long terme, certains restaurants ne pourront poursuivre leurs activités et fermeront leurs portes, créant un déséquilibre de l’économie locale que vous défendez.»

L’ajout de joueurs de l’envergure de St-Hubert risque de diviser le marché de la restauration, au point de provoquer des pertes que plusieurs ne pourront encaisser, pertes ayant aussi des impacts sur des familles d’ici, laisse entendre le propriétaire du Renato, Alexandre Lapointe. Bien au fait de la notion de libre marché et des pouvoirs limités dont dispose la Ville, il sollicite le soutien des édiles municipaux «étant donné la situation exceptionnelle à laquelle nous faisons face depuis 2013, souvent sans aide de la part des élus, étant laissés à nous-mêmes dans un milieu d’affaires en manque de synergie.» Dans sa lettre, M. Lapointe dit souhaiter des élus un appui aux restaurateurs, «qui donnent à Lac-Mégantic sa saveur.»

Même son de cloche chez les propriétaires du Thaï Clubstar, Sinh et Mamivane Sisongkham. «Dans un rayon de moins de cinq kilomètres, nous sommes huit restaurants de style restauration rapide et la concurrence est déjà présente. Oui, nous nous distinguons avec notre cuisine thaïlandaise mais le petit bassin de population de Lac-Mégantic a déjà amplement de choix à notre avis», peut-on lire.

Isabelle Lacroix, propriétaire de La Chocolaterie, voit aussi l’établissement d’un St-Hubert comme une menace pour l’avenir de son commerce. «Mon entreprise est très précaire et le fait qu’une autre grosse chaîne s’établisse dans notre ville viendra lui faire mal et à bien d’autres restaurants d’ailleurs. Je dois renouveler mon bail cette année et j’avoue que cela m’inquiète vraiment et je me questionne à chaque jour sur l’avenir de mon commerce. Je vous demande donc, de revenir sur votre décision quant à la venue d’un gros joueur comme celui-là. Pourquoi plutôt ne pas penser à aider les restaurants déjà en place qui ont déjà de la misère à rejoindre les deux bouts et pourquoi ne pas les aider à vivre au lieu de survivre?», adresse-t-elle aux élus méganticois.

La propriétaire des Petits Plaisirs du lac, Sophie Royer, ne croit pas non plus qu’il serait judicieux d’accueillir un nouvel établissement de restauration sur le territoire. «Le bassin de population restant le même, cela ne ferait que nous soustraire une partie de nos revenus. Aussi petite cette perte soit-elle, ce sont ces revenus qui font en sorte que nous pouvons rester en opération», fait-elle valoir, évoquant le manque de main-d’œuvre criant dans le domaine de la restauration. «La pénurie de cuisiniers est déjà une problématique! Un restaurant supplémentaire ne ferait qu’aggraver la situation.»

Cette difficulté de recruter de la main-d’œuvre «contraint les propriétaires à augmenter leur charge de travail, à réduire leurs heures d’opération ou à fermer leurs portes», expose Mme Gosselin, précisant que le projet St-Hubert nécessiterait l’embauche de 40 personnes. «Où trouveront-ils leur personnel dans un milieu pratiquement sans main-d’œuvre disponible?»

Autre crainte des restaurateurs, l’impact sur les achats locaux. «Nos restaurants actuels s’approvisionnent en partie à Lac-Mégantic (épiceries, boucheries, fromagerie, produits de nettoyage, entretien etc.). Notre crainte est que la venue de nouvelles chaînes, qui ont leur propre source d’approvisionnement cause une perte de revenu pour les commerces de la région», transmet Mme Gosselin.

Mis à part l’assemblée publique de consultation du 16 janvier, les élus municipaux de Lac-Mégantic n’ont pas tenu de rencontre avec les restaurateurs locaux à ce jour.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Le monde selon Maude Landry
    Culture Humour

    Le monde selon Maude Landry

    Claudia Collard / 22 juillet 2021
  • Le parcours du combattant de Daniel Arguin
    Actualités Société

    Le parcours du combattant de Daniel Arguin

    Claudia Collard / 22 juillet 2021
  • La nouvelle caserne incendie sera prête pour l’automne 2022
    Actualités Municipalité

    La nouvelle caserne incendie sera prête pour l’automne 2022

    Claudia Collard / 22 juillet 2021
  • Bon mois de juin
    Actualités Immobilier

    Bon mois de juin

    Rémi Tremblay / 21 juillet 2021
  • Denis Roy souhaite un deuxième mandat
    Actualités Municipalité

    Denis Roy souhaite un deuxième mandat

    Rémi Tremblay / 21 juillet 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Le monde selon Maude Landry
  2. Le parcours du combattant de Daniel Arguin
  3. La nouvelle caserne incendie sera prête pour l’automne 2022
  4. Bon mois de juin
  5. Denis Roy souhaite un deuxième mandat
  6. René Côté sollicite un 2e mandat
  7. Rendez-vous avec Zéphir
Discriminés encore!
Le monde selon Maude Landry
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Commis
    Lac-Mégantic
  2. DIRECTION GÉNÉRALE ET AGENT(E) DE DÉVELOPPEMENT
    Lac-Mégantic
  3. Spécialiste Ventes Internet
    Lac-Mégantic
  4. Commis D'Entrepôt - Commis Caisses et Secteur Vente
    Lac-Mégantic
  5. Conseiller en environnement (PGMR)
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises