Une occasion manquée

Il y a 12 000 ans, des autochtones établirent un campement sur les bords du lac et de la rivière Aux Araignées. Suite à des recherches effectuées par l’Université de Montréal, un comité avait été mis sur pied pour développer ce site et y construire un centre d’interprétation au coût de 4 millions de dollars. M. Daniel Gendron était membre de ce comité et il convainquit la Ville de Lac-Mégantic d’acheter le site. Celui-ci appartenait à Messieurs Cliche et Vallée qui étaient également propriétaires du barrage situé à la sortie du lac. Ce barrage, construit au début en bois, avait cédé lors d’un coup d’eau. On avait alors remédié à la situation en ajoutant des roches.

Lorsque j’ai été élu conseiller municipal, M. Jean-Guy Cloutier m’avait confié le département des travaux publics et des bâtiments. On m’avait également nommé au conseil d’administration du site archéologique. M. Jean-Denis Cloutier, ex-maire de la municipalité de Frontenac, siégeait avec moi sur ce conseil. Nous discutions tous les deux de la problématique du barrage : la ville de Lac-Mégantic n’avait pas à être propriétaire de ce barrage et M. Jean-Denis Cloutier était d’accord avec moi, mais que faire?

Nous nous étions mis d’accord que si le barrage était reconstruit à des coûts raisonnables, la municipalité de Frontenac prenait possession du barrage pour une somme symbolique.

Pour réussir, nous avions besoin de M. Miroslav Chum, ingénieur spécialisé en petit barrage, qui fut chargé de la reconstruction du barrage de Lac-Drolet. Nous savions que ses honoraires avaient été d’environ 20 000$ et qu’il préconisait la construction d’un barrage en enrochement (coût estimé 100 000$). La municipalité de Frontenac avait donné son accord de principe pour payer la moitié des coûts de reconstruction.

Pour un coût d’environ 70 000$, la ville de Lac-Mégantic n’était plus propriétaire du barrage et éliminait sa responsabilité de maintenir le niveau d’eau du lac Aux Araignées.

Malheureusement, certaines personnes à la ville de Lac-Mégantic ne voulaient pas travailler avec M. Chum et notre plan tomba à l’eau.


Pierre Mercier

P.S. Il n’y a aucune obligation de reconstruire ce barrage.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
  2. Nouvelles mesures à la plage
  3. Sept ans après: un devoir de mémoire
  4. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  5. Début de l’autocueillette
  6. Chantier du Pont de fer
  7. Montignac rend hommage à ses finissants
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises