Promutuel

Vers un nouveau portrait de la pauvreté

Vers un nouveau portrait de la pauvreté  - Claudia Collard : Actualités Société

Bien que les indicateurs pour mesurer la pauvreté diffèrent, le manque d’argent est manifeste chez les personnes concernées.

Le plus récent portrait de la pauvreté et de l’exclusion sociale dans la MRC du Granit datant de 2012, une consultation est menée jusqu’au printemps auprès des différents acteurs du milieu afin de mettre les données à jour. Les résultats qui s’en dégageront permettront de cerner les besoins territoriaux et, du même coup, agir en fonction de ceux-ci.

Sorti en 2012, le plus récent portrait de la pauvreté sur le territoire a été dressé à partir des statistiques de 2011. La réalité risque donc d’avoir changé depuis. Par exemple, on ne parlait pas autant de l’inclusion des personnes immigrantes en 2011-2012, fait valoir la directrice générale de la Corporation de développement communautaire du Granit (CDC), Monique Phérivong Lenoir. En contrepartie, l’accès à un logement abordable de qualité risque de demeurer prioritaire, la liste d’attente pour l’édifice Le Concerto témoignant à elle seule d’un tel besoin. «Un loyer abordable, c’est une bouffée d’oxygène pour les gens en situation de pauvreté. Ça leur permet de consacrer une partie de leur budget à autre chose», ajoute-t-elle.

Les constats qui se dégageront de la démarche actuellement déployée à l’échelle nationale par le Collectif pour un Québec sans pauvreté, de passage à Lac-Mégantic le 4 décembre, serviront également à nourrir le portrait de la pauvreté et de l’exclusion sociale sur le territoire granitois. Un portrait dont les axes prioritaires pourront déboucher sur des actions concrètes, via le Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS). La MRC, gestionnaire du Fonds, a mandaté la CDC pour en assurer la coordination, à l’aide d’un comité multisectoriel.

«Il importe au départ de mettre à jour notre plan d’action, voir ce qui a changé depuis 2012 dans la MRC du Granit, pour avoir un portrait qualitatif des enjeux liés à la pauvreté et à l’exclusion sociale. À partir de là on va présenter ces résultats lors d’une journée de mobilisation qui va avoir lieu en avril 2020. La population sera invitée à se positionner sur les principaux axes qui seront déterminés. On sera mieux en mesure de cibler les secteurs à prioriser avec l’argent du FQIS», communique la directrice générale de la CDC.

Les enjeux identifiés au cours de la journée de mobilisation permettront d’établir un cadre de référence pour les promoteurs ayant des projets liés aux objectifs en question, l’argent du FQIS étant mise à la disposition de la communauté pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

À géométrie variable

Comment mesure-t-on la pauvreté? Sur ce point, les indicateurs diffèrent. La mesure du panier de consommation, retenue par le gouvernement fédéral, chiffre à 18 424$ le revenu dont une personne seule vivant à Montréal a besoin pour satisfaire ses besoins de base. La mesure de faible revenu correspond en un pourcentage fixe (50% ou 60%) du revenu familial médian, soit 21 026$ ou 25 232$ pour une personne seule en 2019. Le revenu viable, défini par l’Institut de recherche d’informations socioéconomiques (IRIS), se chiffre pour sa part à 27 205$ en tenant compte de ces mêmes données. L’IRIS définit cet indicateur comme «le niveau de revenu net nécessaire pour être en mesure de se payer le panier de biens et services permettant d’échapper à une situation de pauvreté.» Or, le revenu disponible (net) d’une personne travaillant 35 heures par semaine au salaire minimum est de 20 450$.

«Chaque interlocuteur choisit l’indicateur qui lui convient le mieux. Certaines façons de mesurer la pauvreté sont moins intéressantes pour la personne que pour le gouvernement qui en dispose. Il y a aussi l’isolement social, qui est aussi un facteur de pauvreté. Le fait d’avoir un handicap peut aussi se répercuter sur le revenu disponible, en raison de la difficulté de trouver un emploi plus payant», termine Monique Phérivong Lenoir.



Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Placage Mégantic et Seatply, un partenariat d’avenir
    Actualités Économie

    Placage Mégantic et Seatply, un partenariat d’avenir

    Rémi Tremblay / 18 octobre 2021
  • Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
    Culture Humour

    Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»

    Claudia Collard / 18 octobre 2021
  • Le «réel» quartier artisan prend vie
    Actualités

    Le «réel» quartier artisan prend vie

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
  • Autre saison de golf bien remplie
    Sports Golf

    Autre saison de golf bien remplie

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
    Sports Les Béliers

    Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Placage Mégantic et Seatply, un partenariat d’avenir
  2. Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
  3. Le «réel» quartier artisan prend vie
  4. Autre saison de golf bien remplie
  5. Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
  6. Le gardien du Dynamik résiste aux assauts du Sauro
  7. Route rurale, une histoire en trois tomes
Discriminés encore!
Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Agent(e) services aux membres
    Lac-Mégantic
  2. Coordonnatrice, coordonnateur à l’intervention
    Lac-Mégantic
  3. Directeur(trice) général(e) et secrétaire-trésorier
    Marston
  4. Responsable de la patinoire extérieure
    Marston
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises