BANQ

Une enseignante heurtée par des commentaires sur les réseaux sociaux

Dans un petit milieu comme le nôtre, nul besoin de nommer une personne pour qu’elle soit aisément identifiée sur les réseaux sociaux. Or, certains parents n’hésitent pas à y critiquer le matériel pédagogique soumis via courriel pour outiller leurs enfants en cette période de confinement. Une de ces critiques a particulièrement heurté une enseignante, qui, sous le couvert de l’anonymat, souhaite susciter une prise de conscience.

Cette enseignante a vu qu’une des critiques en question provenait d’un parent d’élève dans sa classe. «Son nom permet de m’identifier et ses propos portent à penser que je manque de professionnalisme. Pour moi également, c’est difficile le confinement. De tels commentaires m’atteignent beaucoup. Et il ne faut pas oublier qu’il y aura un «après COVID». Soyons donc gentils les uns envers les autres!», lance-t-elle comme un cri du cœur.

Avant de commenter sur les réseaux sociaux, l’enseignante appelle à la réflexion. «Il peut s’agir d’un malentendu, d’un manque d’information en raison d’un courriel qui s’est retrouvé dans les messages indésirables… Les parents de mes élèves savent qu’ils peuvent me joindre au besoin, comme c’est le cas pour la majorité des enseignants. Je suis là pour eux, les parents ne sont pas seuls là-dedans.»

Parce que son travail d’enseignante se poursuit à la maison en dépit du confinement. «Je comprends que de l’extérieur c’est difficile de mesurer le travail qu’on accomplit. C’est comme l’iceberg, on voit surtout la partie qui sort de l’eau. Mais l’enseignement, c’est tellement ce qui se retrouve sous l’eau! En réalité, la seule chose que je ne fais plus, c’est la gestion des comportements d’élèves», communique celle qui consacre une partie de son temps à quérir sur Internet du matériel d’exercices à faire la maison pertinent pour son groupe, majoritairement composé d’élèves à niveau mais comportant aussi des écoliers en difficulté et à haut potentiel.

Et les exercices à la maison sont facultatifs, rappelle l’enseignante, déplorant qu’un «expert» ait évoqué, encore sur les réseaux sociaux, la possibilité qu’un élève en difficulté puisse prendre du retard. «Ça créé de la peur dans la tête du parent. Un enfant ne peut pas prendre du retard parce qu’on n’enseigne rien de nouveau. On est au même endroit qu’au 2e bulletin, les concepts sont compris ou non, et on va se reprendre au retour de l’école. Si des notions n’ont pas été vues, on va repartir de là, qu’on reprenne les classes en mai ou en septembre. Tous les profs sont au fait de ça.»

Consciente que la situation actuelle puisse porter à l’émotivité, elle en appelle tout de même au calme. «Je sais que les commentaires de parents ne sont pas faits par méchanceté, je comprends qu’ils ont des craintes. Mais avant de réagir sur les réseaux sociaux, les parents devraient entrer en contact avec l’enseignant de leur enfant. La communication, c’est primordial. Les enseignants ne s’attendent pas à ce que le parent se transforme en professeur. Ce qu’on veut, c’est que l’élève se garde «en forme». C’est comme faire de l’exercice physique quotidiennement.»

En fait, conclut-elle, les parents enseignent déjà à leur enfant à de multiples occasions. «Tout ce qu’ils font avec leurs enfants à la maison compte. Il ne faut pas l’oublier». Elle termine en citant Richard Migneault, ancien enseignant et directeur d’école, pour qui les valeurs comme l’écoute, l’empathie, la créativité et la curiosité sont des apprentissages qui serviront toute la vie.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
    Actualités

    Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
    Actualités

    Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Territoire huron-wendat:  les municipalités devront faire avec!
    Actualités

    Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Un mois de culture à Lac-Mégantic
    Culture

    Un mois de culture à Lac-Mégantic

    Claudia Collard / 24 septembre 2020
  • Des racines au mouvement  des Incroyables comestibles
    Actualités Société

    Des racines au mouvement des Incroyables comestibles

    Claudia Collard / 24 septembre 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
  2. Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
  3. Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!
  4. Un mois de culture à Lac-Mégantic
  5. Des racines au mouvement des Incroyables comestibles
  6. Pour une couverture cellulaire optimale sur l’ensemble du territoire granitois
  7. Œuvres de Wynne Parkin en exposition
«Notre magnifique territoire»
Un mois de culture à Lac-Mégantic
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Appariteur concierge au Centre sportif Mégantic (2 postes)
    Lac-Mégantic
  2. Collaborateur(trice) juridique
    Lac-Mégantic
  3. Hygiéniste dentaire
    Lac-Mégantic
  4. Manoeuvre/agent d’entretien de la voie - Lac-Mégantic
    Lac-Mégantic
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises