Chaque forte pluie affecte les eaux de la baie

Chaque forte pluie affecte les eaux de la baie - Rémi Tremblay : Actualités

La plage de la baie des Sables est ceinturée par diverses plantes aquatiques. (Photo Robert Bellefleur)

Le phénomène n’est pas apparu au cours de l’été, sauf que la situation s’aggrave après une forte pluie, comme celle du 18 août. 

«Ça tombait assez fort. Le ruisseau de la baie des Sables et les autres qui se jettent dans la baie y déversent après chaque précipitation des quantités importantes de sédiments dans notre lac. Ces apports réguliers de sédiments favorisent le développement d’herbiers de plantes aquatiques qui ne cessent de croître année après année», signale Robert Bellefleur, un résident du chemin de la Baie-des-Sables, dans une communication adressée aux «élus et administrateurs locaux et régionaux.»

M. Bellefleur n’en est pas à sa première alerte. En juillet dernier, téléphone cellulaire à la main, il a capté des images d’érosion et d’envasement à l’embouchure des ruisseaux problématiques. Y compris l’apparition de plans de myriophylles à épis, tous arrachés par des bénévoles peu après leur découverte. Il sonne à nouveau l’alerte: «Il faut considérer dès maintenant que cet apport constant de sédiments dans notre lac favorise la prolifération du myriophylle à épis tout comme celle du Potamot et du myriophylle indigène tout aussi envahissant.»

Il n’hésite pas à affirmer qu’«une large bande de ces diverses plantes aquatiques ceinture dès à présent toute la plage de la baie des Sables. Ces plantes sont actuellement très visibles même à la surface de l’eau, difficile de ne pas les voir.»

L’ennemi commun à ses yeux, l’érosion, «car elle favorise la prolifération des plantes aquatiques envahissantes déjà présentes en surnombre dans le lac Mégantic.»

Un phénomène connu

Le groupe citoyen dont Robert Bellefleur est le porte-parole a en main un document de la MRC du Granit confirmant que le problème d’érosion et de sédimentation de la baie des Sables est connu de longue date. Il avait été communiqué aux élus de Lac-Mégantic et de Nantes en 2017. «La cause principale d’apport de sédiments dans le cours d’eau est le développement résidentiel, commercial et institutionnel du bassin versant, indique-t-on. L’accélération des débits due aux activités de drainage que requiert le développement, jumelé aux épisodes de crues exceptionnelles ont causé un déséquilibre du réseau hydrographique.»

Le secteur Laval Nord y est montré du doigt: «Un des embranchements qui a été jugé des plus problématiques est le fossé réalisé par le MTQ qui conduit les eaux du réseau pluvial du secteur Laval Nord dans un des cours d’eau naturels qui aboutit à la Baie-des-Sables. On y remarque un apport de sédiments évident à la moindre pluie, car les eaux de ruissellement des rues, des stationnements et des cours privées aboutissent très rapidement dans le fossé sans aucune rétention des sédiments.»

La solution au problème est clairement identifiée dans le document, soit la réalisation d’un ouvrage de retenue des sédiments à même le fossé du secteur Laval Nord, qui longe le terrain de l’OTJ de Nantes vers les sites de camping du complexe Baie-des-Sables. Le document détaille trois options: «la création d’une digue, celle de bassins de sédimentation en série et celle d’une série de seuils de rétention avec trappes à sédiments et bassin.» Le coût estimé de ces ouvrages varie de 5 000$ jusqu’à 75 000$, pour l’option d’une digue, «plus onéreuse en raison de l’envergure du chantier et des plans et devis.»

Robert Bellefleur et son groupe prévoient revenir à la charge auprès des élus en septembre. 


Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Construction résidentielle encore au ralenti
    Actualités

    Construction résidentielle encore au ralenti

    Rémi Tremblay / 29 septembre 2020
  • Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
    Actualités

    Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
    Actualités

    Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Territoire huron-wendat:  les municipalités devront faire avec!
    Actualités

    Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!

    Rémi Tremblay / 24 septembre 2020
  • Un mois de culture à Lac-Mégantic
    Culture

    Un mois de culture à Lac-Mégantic

    Claudia Collard / 24 septembre 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Construction résidentielle encore au ralenti
  2. Une portion du rang 10 en chantier
  3. Du soutien bien accueilli au CHSLD de Lambton
  4. Luc Berthold déplore l’«improvisation» fédérale
  5. Territoire huron-wendat: les municipalités devront faire avec!
  6. Un mois de culture à Lac-Mégantic
  7. Des racines au mouvement des Incroyables comestibles
«Notre magnifique territoire»
Un mois de culture à Lac-Mégantic
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Appariteur concierge au Centre sportif Mégantic (2 postes)
    Lac-Mégantic
  2. Collaborateur(trice) juridique
    Lac-Mégantic
  3. Hygiéniste dentaire
    Lac-Mégantic
  4. Manoeuvre/agent d’entretien de la voie - Lac-Mégantic
    Lac-Mégantic
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises