La guignolée des médias

Hommage aux travailleurs et travailleuses des Industries Manufacturières Mégantic

C’est assis dans mon salon de Trois-Rivières et par l’entremise des réseaux sociaux que j’ai appris la triste et éminente fermeture d’une des entreprises phares de ma ville natale. Une nouvelle qui m’a surprenamment touché, moi qui ai quitté ce patelin depuis bientôt presque vingt ans.

Mais à bien y penser, cette réaction émotive n’est pas si surprenante. Il faut dire que tout jeune,  j’ai habité pendant des années à quelques mètres de l’usine et que le stationnement servait carrément de terrain de jeu pour nous les gamins de Fatima. Cette usine, son environnement immédiat ainsi que les gens qui y travaillaient ont fait partie intégrante de mon enfance. J’ai encore en tête l’image des employés qui sortaient en courant au son de la cloche qui annonçait la fin du « chiffre ». Du haut de mes 7 ans, dieu que je trouvais ça étrange. J’ai grandi et j’ai ensuite compris.

Plus qu’une simple «shop», cette entreprise était le gagne-pain de tant de familles de la région. Ce sont des centaines et des centaines de bouches qui ont été nourries au fil des ans grâce à la fumée qui s’échappait des cheminées de la bâtisse blanche et verte. Faut se le dire, rare sont qui n’ont pas mis les pieds « chez Cliche ».   Après 107 ans d’existence dans le paysage Méganticois, comment pourrait-il en être autrement?

Par cet humble texte, je désire rendre hommage à tous ceux et celles qui ont été ou qui sont encore travailleurs des Industries Manufacturières Mégantic. J’ai une pensée toute particulière pour ma mère qui y a donné ses bras et son cœur avec fierté pendant 47 ans. Pensez-y un instant, 47 ans à se lever jour après jour pour aller travailler pour le même employeur. Un fait, que dis-je, un exploit que nous ne sommes pas près de revoir.

À vous, les travailleurs et les travailleuses, je vous dis bravo. Soyez fiers de votre parcours et de ce que vous avez accompli pour vos familles et l’économie de votre ville pendant cette décennie.

À vous, les Ginette, Colette, Françoise, Diane, Sylvia et nombreux autres hommes et femmes de chez Cliche, je vous lève mon chapeau. Merci, et je vous souhaite sincèrement le meilleur pour la suite des choses.

Stéphane Guay
Trois-Rivières

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Masonite: la Ville coupe son aide financière
    Actualités Municipalité

    Masonite: la Ville coupe son aide financière

    Rémi Tremblay / 3 décembre 2020
  • L’art libre de Diane Boulet
    Culture

    L’art libre de Diane Boulet

    Claudia Collard / 3 décembre 2020
  • Internet haute vitesse: les élus s’impatientent
    Actualités

    Internet haute vitesse: les élus s’impatientent

    Rémi Tremblay / 3 décembre 2020
  • Soins préhospitaliers d’urgence: le programme d’études se met en place
    Actualités Éducation

    Soins préhospitaliers d’urgence: le programme d’études se met en place

    Rémi Tremblay / 3 décembre 2020
  • Le défi des églises
    Actualités Société

    Le défi des églises

    Rémi Tremblay / 2 décembre 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Masonite: la Ville coupe son aide financière
  2. L’art libre de Diane Boulet
  3. Internet haute vitesse: les élus s’impatientent
  4. Soins préhospitaliers d’urgence: le programme d’études se met en place
  5. Le défi des églises
  6. L’ombre de la pandémie sur le magasinage des Fêtes
  7. Nouvelles opérations de revalorisation chez Attraction
«Notre magnifique territoire»
L’art libre de Diane Boulet
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Opérateur(trice) de machineries légères
    Lac-Mégantic
  2. Direction général
    Lac-Mégantic
  3. Responsable de l’entretien de la patinoire extérieure
    Marston
  4. Opérateur de Ligne
    Scotstown
  5. Chargé(e) des communications et du marketing territorial
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises