BANQ

La saine famille

Son enfance passée à l’Orphelinat apostolique des Sœurs Antoniennes de Marie a forgé la dévotion de mon père. Attaché aux rites de l’Église catholique, Alfred était accroc à la Messe de Minuit. C’était sans doute son refuge à lui, éloigné à contre-cœur par des centaines de kilomètres des autres membres de sa famille.  


Dans ses mémoires manuscrites, on sent toute l’importance de cette date du 25 décembre dans sa vie de «jeunesse» qui n’en a jamais vraiment été une. Pour cet enfant passé trop vite à l’âge adulte, la Messe de Minuit marquait le temps, davantage que son anniversaire de naissance que je soupçonne de n’avoir jamais fêté. 1943: Il a vingt ans. «Le 25 décembre à La Malbaie, à la Minuit, temps froid et pluvieux.» 1944: «J’ai été à la Minuit à la Chapelle de l’Orphelinat de La Malbaie. Beau temps sec et clair de lune.» Et puis… 1945: «J’ai été à la Minuit à Montréal, avec Gertrude, ma belle-sœur, et Laurent, mon frère, nouveaux mariés. Belle Minuit à l’église de Ville-Émard.» Où il a sans doute entonné le Minuit Chrétien, de sa voix forte et juste. Et libératrice d’une enfance difficile, lui l’abandonné derrière à la mort de son père. 1946: Il ira seul à la Minuit à la Chapelle de l’hôpital Saint-Joseph, où il vient d’être engagé comme infirmier par les Sœurs de la Charité. Deux seuls mots : «Belle température», résume-t-il.  

Juste une parenthèse, tout jeune j’ai vécu la Messe de Minuit à la Chapelle de l’hôpital. Longues à mourir ces trois messes célébrées l’une après l’autre comme les «trois actes d’un même drame sacré!» Un «trois dans un», dans le pur respect de la tradition catholique de ces temps chrétiens! C’était pour nous, les enfants, une torture en trois actes: rester assis sagement pendant presque trois heures, lutter contre le sommeil et contre la peur qu’une fois délivrés de ces fous de Dieu, réunis dans cette humble chapelle, nous soyons trop fatigués pour le réveillon et le dépouillement des cadeaux, au pied de l’arbre.  

Alfred a épousé ma mère en 1947. Maîtresse d’école dans les petites écoles de rang froides en hiver, chaudes en été, et ce pendant 9 ans, elle était allée rejoindre deux de ses sœurs à l’hôpital, comme aide soignante. C’est dans leur milieu de travail que père et mère se sont fréquentés jusqu’à se rendre au pied de l’autel, un matin du mois d’août.  

En prenant épouse, Alfred a jeté l’ancre dans une nouvelle famille. La preuve: «J’ai été à la Minuit à la vieille église de Ste-Agnès. Beaux-frères, belles-sœurs ainsi que ma chère épouse. Belle Minuit. Belle température.» Et une famille élargie, celle des Fortin, qui lui apportait enfin l’appartenance à une grande famille élargie, qui lui avait tant manquée. 

1948: Laissant sa femme et son premier enfant, ma sœur, au chaud au logement, il ira seul à la Messe de Minuit, à la chapelle de l’hôpital. Autre parenthèse, il aimait l’ambiance des chapelles, mon père, qui a d’ailleurs bien failli être curé! Mais sa grand-mère, cette chipie, l’a sorti de l’Orphelinat à 13 ans parce qu’elle avait besoin de bras sur la terre. «Belle température froide.» Alfred se dévoue plus qu’à son habitude, on lui donne la tâche de placier dans la petite chapelle bondée.  

1949: son dernier Noël de la décennie sera particulier. Il note: «Messe de Minuit à l’École Supérieure avec Grand-Père. Beau réveillon en famille avec Grand-Mère, Grand-Père, Denise ma petite fille chérie et ma femme. Beau jour de l’An 1950, Année Sainte, dîner chez les beaux-parents en famille!»  

Autre parenthèse, mon arrière-grand-mère était une vraie démone. Tout le monde avait peur d’elle, sauf mon père, qui en a pris soin comme si c’était sa propre mère! Sa propre mère qui n’en a d’ailleurs jamais fait autant pour lui! 

Les plus vieux d’entre vous gardent, je l’espère, des souvenirs précieux de cette époque où les Fêtes rapprochaient les familles. Où les bûcherons étaient prêts à vendre leur âme au diable et s’envoler sur la chasse-galerie pour vivre le réveillon avec la maisonnée.  

Ma mère est décédée un 26 décembre! Seule avec mon père. Les enfants tous essaimés à des centaines de kilomètres les uns des autres, à vivre leurs propres Noël, avec leur propre famille!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un anneau de glace né de l’implication citoyenne
    Actualités Société

    Un anneau de glace né de l’implication citoyenne

    Claudia Collard / 26 janvier 2021
  • Une succursale de la SQDC bientôt sur Papineau
    Actualités

    Une succursale de la SQDC bientôt sur Papineau

    Claudia Collard / 25 janvier 2021
  • Les cas actifs encore en baisse
    Actualités Santé

    Les cas actifs encore en baisse

    Rémi Tremblay / 21 janvier 2021
  • Douze futurs logements locatifs au centre-ville
    Actualités Immobilier

    Douze futurs logements locatifs au centre-ville

    Claudia Collard / 21 janvier 2021
  • Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale
    Actualités Économie

    Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale

    Claudia Collard / 21 janvier 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Bourses Coup de pouce à deux lauréats
  2. Un anneau de glace né de l’implication citoyenne
  3. Une succursale de la SQDC bientôt sur Papineau
  4. Les cas actifs encore en baisse
  5. Douze futurs logements locatifs au centre-ville
  6. Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale
  7. Résidence incendiée
Vulnérables, nous?
L’art libre de Diane Boulet
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Plusieurs postes disponibles
    Nantes
  2. Responsable des Travaux Publics
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Personnel de production
    La Patrie
  4. Couturières
    Courcelles
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Drolet
Répertoire des entreprises