Ni soumis, ni rebelle!

Le temps des fêtes est derrière nous, enfin. Pas le seul, j’imagine, à avoir eu hâte que cette pause obligatoire, dans un climat étrange, se termine. Le confinement aussi? Ce n’est peut-être pas pour demain, comme vient de l’annoncer, mercredi, le gouvernement Legault. 

Pendant dix jours, en jouant à saute-mouton entre les premiers mois de la COVID-19 de 2020 et les prochains mois de la COVID-19 de 2021, je me suis éloigné à des années-lumière des bulletins de nouvelles télé. Levé au tic-tac du réveil-matin, qui n’a pas sonné parce que rien ne pressait, les rideaux tirés pour découvrir, certains matins mais pas tous, une orgie de ciel bleu sillonné par quelques panaches de fumée s’échappant des usines qui ont continué d’opérer dans le parc industriel, puis le reste de la journée à tenter de m’occuper. Le risque, quand tu fous rien, c’est que t’as le temps en masse de réfléchir!
 La télé, okay, mais j’en ai eu plein ma dose des pubs gouvernementales, celles avec François Bellefeuille, qui a perdu son sens de l’humour en me lançant comme message essentiel de «rester chez nous», que c’était mieux «pour ma santé» qu’il disait. Et ces autres pubs de la Société d’assurance automobile du Québec, signées par «votre gouvernement», contre l’alcool et la drogue au volant, genre «Tu voulais une fracture de la colonne?» Ben oui, toé chose! «J’ai toujours voulu une fracture de la colonne!» «Tu voulais une fracture du crâne?» Ben oui, toé chose! «Une fracture du crâne, c’est tellement un beau cadeau!» À preuve que l’humour ne peut pas servir toutes les causes! 
À travers une campagne qui se voulait percutante, la Société d’assurance automobile souhaitait rappeler aux Québécois qu’il est primordial d’adopter les bons réflexes lorsque l’on consomme alcool et drogue… avant de prendre le volant! Surtout que l’alcool et les drogues sont aujourd’hui identifiés par Québec comme des produits essentiels. Tout le monde sait ça! Il suffit donc d’imposer un couvre-feu en début de soirée et comme ça, la consommation aura meilleur goût, sans la part de risques! 
Les succursales de la SAQ et de la SQDC (Société québécoise du cannabis) sont demeurées ouvertes, protégées par la liste des produits essentiels! Si t’as pas de toaster pour ton déjeuner, parce que le tien a rendu l’âme, allume-toi un joint, man, et ça va passer! 
Désolé, l’humour barbant et absurde servi à l’excès! Je veux bien croire que notre gouvernement a voulu nous protéger, mais certaines mesures de confinement défient la logique. La logique n’est ni soumise ni rebelle. La logique haït l’humour. Les décrets gouvernementaux en temps de confinement devraient contenir une bonne dose de «gros bon sens», tout simplement. Ce qui aiderait à mieux digérer les mesures les plus draconiennes. 
Quand Marc et Suzanne se sont retrouvés un bon matin avec le grille-pain hors circuit, il n’y a pas eu moyen dans le temps des fêtes de renouveler l’appareil, pourtant «essentiel» si tu veux te faire des «toasts». Pas moyen non plus pour Pierre de changer sa poignée de porte brisée… Pas «essentiel», même à portée de main sur les tablettes barricadées du Walmart. 
Pas moyen de changer ta télé qui brise deux jours après Noël, ni ta radio si, confiné dans ta résidence, t’as pris la bonne habitude de suivre le bingo de Manon sur Plaisirs 106,7. L’internet n’est pas «safe» à 100% partout, de sorte que si le réseau plante après le vingtième numéro sorti du boulier, tu viens de «scraper» ta carte à 5$ et voir tes chances de gagner le gros lot s’évanouir. 
Je veux bien croire que «l’essentiel est invisible pour les yeux», comme dirait Le Petit Prince, mais bout de ciarge, le gouvernement serait bien avisé de créer un bureau de commercialisation des produits et services essentiels, avec mandat de dresser une liste de ce qui est essentiel et de ce qui ne l’est pas, et dire pourquoi l’un l’est, essentiel, et l’autre pas! 
On s’est tous souhaité le meilleur pour 2021… en pensant mettre volontiers 2020 derrière nous! Mais tant que le virus nous collera au c…, tant que les risques de propagation nous seront annoncés comme élevés, très élevés même, tant que la situation sera jugée sous contrôle un jour puis hors de contrôle le lendemain, rien ne pourra présager une année 2021 plus normale… à visage découvert et avec contact! Condamné à vivre dans une bulle en attendant que la tempête passe?

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier
    Actualités Municipalité

    Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier

    Claudia Collard / 17 janvier 2022
  • Priorité à la 3e dose
    Actualités Santé

    Priorité à la 3e dose

    Claudia Collard / 13 janvier 2022
  • Report du spectacle de P-A Méthot
    Actualités

    Report du spectacle de P-A Méthot

    Claudia Collard / 11 janvier 2022
  • Fin des tests PCR pour la population générale
    Actualités Santé

    Fin des tests PCR pour la population générale

    Claudia Collard / 10 janvier 2022
  • Appel à la population
    Actualités

    Appel à la population

    Rémi Tremblay / 6 janvier 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier
  2. Priorité à la 3e dose
  3. Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique
  4. Report du spectacle de P-A Méthot
  5. Fin des tests PCR pour la population générale
  6. Appel à la population
  7. Vivre l’école au-delà des murs
Nécessaire le couvre-feu?
King Dave: quand la souffrance devient rage
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Préposé au service à la clientèle
    Woburn
  2. Poste de direction général
    Lac-Mégantic
  3. Responsable de la programmation et de l'animation
    Lac-Mégantic
  4. Préposé à l’accueil
    Lac-Mégantic
  5. Préposé à l’accueil
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises