Recyc-Québec

Maudit mouton!

Le gars sort du dépanneur les yeux sortis de la tête, le corps vibrant dans un espace-temps unidimensionnel, probablement sous l’effet de la pinotte. Lui, le port du masque, c’est juste bon pour les moutons! Son discours a le mérite d’être clair. Il se résume en deux mots qu’il crache à pleins poumons: «Ost… d’mouton!» Mon chat Léo a exactement le même problème entre les deux oreilles. Lui, y se prend pas pour de la marde non plus! Dans sa tête de chat, il «est» un lion! Je l’aime bien Léo parce qu’il ne gueule pas à tous vents son état d’être imaginaire!


Faudrait-il se sentir mal du seul fait qu’on se plie aux consignes? Qu’on porte le masque dans les espaces publics intérieurs? Qu’on se désinfecte les mains à même le bénitier mis à la disposition des clients dans les commerces? Qu’on garde nos distances? Qu’on respecte le couvre-feu? Tout le monde rêve d'un jour où cette pandémie sera réléguée aux livres d’histoires et qu’on retrouvera mieux que l’ombre d'une vie.

L’autre jour, il y avait un carnaval d’autos dans la rue, trois ou quatre klaxonnant à la queue leu leu comme aux beaux jours des Bérets blancs, avec des affiches collées aux portières «Confinement=Génocide»! Il faisait beau soleil! Et quand il fait beau, après un long hiver à te cacher après le couvre-feu, t’as juste envie d’éteindre la télé et de vivre au grand air, pas de te faire écœurer par les zombies! T’as envie de marcher, pour éviter que ton char soulève la poussière qui s’est accumulée dans la rue. Déjà que tu as les nerfs à vif, il ne faudrait pas que quelqu’un vienne te piler sur les pieds par mégarde! Ils l’ont dit et répété, les psys, chaque personne a ses bibittes dans la tête qu’il gère le mieux possible jusqu’au moment où la bibitte, si minuscule soit-elle, se transforme en un monstre qui prend le contrôle de son hôte. 

Ça se voit quasi quotidiennement ce genre de poussée de colère, souvent pour un rien. Le monsieur âgé qui s’est pas stationné dans la bonne case et qui se fait gueuler après par une mère de famille qui aurait bien aimé, elle aussi, se garer à la porte du marché et moins marcher avec ses enfants. Le regard malveillant posé sur une personne qui, par mégarde, a oublié de porter correctement son masque, en haut du nez ! 

Et puis, en même temps, la vue d’une toute petite pousse verte qui sort de terre à côté de la maison t’émeut! L’arrivée du printemps t’a étourdi, chamboulé! Chambranlé! Tu sais, parce que c’est écrit dans la porte, que La Berge glacée va ouvrir le 1er avril, et c’est pas un poisson. T’as alors envie d’être sympa avec tout le monde, d’aimer tout le monde, mais loadé comme un gun si quelqu’un te cherche et te regarde avec des gros yeux! Côté sucré, côté givré! Parfois l’un, parfois l’autre

Que vienne le vaccin!
Sur sa page Facebook, une cousine partage: «Le mouton est vacciné depuis hier, douleurs + + au bras, pas bien dormi… Ne peut pas lever son bras. Prenez des tylénols qu’ils disaient, et si ça dure plus que 48 heures, faites le 811. Pauvre petit mouton, il allait si bien avant de se faire vacciner.»

Effets secondaires ou pas, tout le monde vacciné a passé au travers de l’expérience sans trop de dégâts. Je voyais lundi, dans le stationnement de l’Édifice du Granit, rue Laval, où se déroule la vaccination, un tas d’autos qui entrent et qui sortent dans une chorégraphie pas très élégante, à coups de klaxon, parce que l’espace est réduit et une mauvaise manœuvre si vite arrivée. C’est un peu pour ça que les responsables de la campagne ont tenu à administrer le vaccin sur rendez-vous. Pour éviter les bouchons de circulation!

Bon, au risque de me faire traiter de mouton à mon tour, j’essaie de prendre rendez-vous. Je gosse sur le code postal, mais je vais régler le problème, un jour… ! J’ai fait venir mon passeport canadien à l’âge de 67 ans, pour être sûr de traverser les lignes, s’il me venait l’idée d’aller manger aux États. Alors, si l’idée vient aux Américains d’exiger un passeport santé comme preuve que le mouton est vacciné, quand les barrières seront levées, ben je n’attendrai pas encore 67 ans avant de le demander. D’ailleurs, c’est la seule raison de mon rendez-vous avec l’effrayante piqure! AstraZeneca ou Pfizer, je m’en fous, piquez-moi qu’on en finisse et qu’on me laisse un jour m’évader. L’été, ça sert à ça! Alors, pourquoi je m’en priverais?

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Le «réel» quartier artisan prend vie
    Actualités

    Le «réel» quartier artisan prend vie

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
  • Autre saison de golf bien remplie
    Sports Golf

    Autre saison de golf bien remplie

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
    Sports Les Béliers

    Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Route rurale, une histoire en trois tomes
    Culture Littérature

    Route rurale, une histoire en trois tomes

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
  • Des élections dans 13 municipalités
    Actualités Municipalité

    Des élections dans 13 municipalités

    Claudia Collard / 13 octobre 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Le «réel» quartier artisan prend vie
  2. Autre saison de golf bien remplie
  3. Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
  4. Le gardien du Dynamik résiste aux assauts du Sauro
  5. Route rurale, une histoire en trois tomes
  6. Et soudain, la panne!
  7. Concert d’orgue à l’église Sainte-Agnès
Discriminés encore!
Ouvrez l’œil, le cirque vient à vous!
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Agent(e) services aux membres
    Lac-Mégantic
  2. Coordonnatrice, coordonnateur à l’intervention
    Lac-Mégantic
  3. Directeur(trice) général(e) et secrétaire-trésorier
    Marston
  4. Responsable de la patinoire extérieure
    Marston
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises