La leçon de vie de Noël

La leçon de vie de Noël  - Rémi Tremblay : Actualités Société
La leçon de vie de Noël  - Rémi Tremblay : Actualités Société
Le maire de Lambton Ghislain Breton a salué l’initiative du citoyen Noël Nolet.

Vivre en pleine nature, c’est son choix à lui, Noël Nolet. Natif de l’Ancienne Lorette et établi depuis une trentaine d’années quelque part dans le rang 4, une route de gravier qui chemine sur des kilomètres et des kilomètres, pas toujours droite, entre Saint-Sébastien et Lambton, son style de vie ressemble à un hymne à la ruralité et à la simplicité. Si le décor champêtre se perd à l’horizon, le paysage humain s’y révèle riche d’expériences et d’expertises.

L’atelier que Noël a érigé de ses mains à quelques dizaines de mètres de sa résidence, une ancienne école de rang datant de 1880 transformée au goût du jour, est un exemple de savoir-faire des anciens: utiliser tout ce qui peut être à la portée de la main ou trouvé dans les cours de recyclage et les ventes de garage. De la fondation à la toiture, l’homme de 76 ans n’a utilisé que des matériaux de seconde main. Le bâtiment repose sur des palettes de plastique. De la tôle recouvre le toit. Les murs sont faits de palettes de bois provenant de manufactures.

«J’ai tout fait moi-même. Ma fille m’a aidé un mois, une amie et même un petit-fils.» Il l’avoue sans peine: «Je suis un maudit ramasseux. Et si quelqu’un a besoin de quelque chose, je lui donne. Après tout, ça m’a été donné!» Noël Nolet est fier d’indiquer que « même les prises de courant et les plaques sont du matériel recyclé», acheté dans une vente de garage. Les châssis, «ce sont les anciens châssis de ma blonde.» Il raconte qu’il est allé donner un coup de main quand sa blonde a fait des rénovations sur sa propre maison. En vérité, il l’admet, construire avec des matériaux recyclés, c’est tout un casse-tête. «Ça n’arrive pas toujours droit», dit-il. Mais trouver des solutions, il aime ça. Et le résultat c’est du solide ! Après un hiver «gel, dégel, le cabanon n’a même pas bougé!»

Tout a été fait dans les règles: permis de démolition d’un ancien bâtiment, puis permis de construction pour l’atelier. Le maire de Lambton est là pour en témoigner. «Ce qu’a réalisé M. Nolet s’inscrit dans les orientations que la municipalité a choisies au niveau de son plan d’action en développement durable. Des actions citoyennes comme celle-ci sont les bienvenues dans la MRC. D’autant plus que l’enjeu environnemental, on en fait une priorité», partage-t-il.

«Le projet de M. Nolet s’intègre parfaitement même aux enjeux du ministère (de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques). Les 3RV: réduction à la consommation, réutilisation, recyclage et valorisation.» Quant au bâtisseur lui-même, «c’est une richesse pour nos milieux qui n’est pas assez utilisée. Cette expertise-là devrait être mise en évidence davantage. Si le faire connaître peut avoir un effet d’entraînement, c’est ce qu’on souhaite», poursuit le maire.

À travers le Québec, comme dans la MRC du Granit, l’enjeu de la main-d’œuvre et du capital humain ne repose pas que sur les forces fraiches. «Nos grands-pères faisaient tout avec rien. On leur doit le respect le plus total», rappelle le maire Breton.

L’importance de s’occuper
M. Nolet a travaillé durant 24 ans à la Coop. «En voyant toute la consommation des autres, ça fait en sorte qu’on se conscientise davantage.» Pour lui, «si t’as de l’argent à jeter par les fenêtres, jette-la!» Même les clous dans les planches et les poutres qu’il récupère, il les entasse pour usage futur et évite ainsi de les jeter dans la nature.

Noël réalise enfin son rêve. «J’étais ti-cul, je devais avoir 6 ou 7 ans, j’allais dans le bois près de chez moi et je me faisais des camps en carton. Ça, dit-il en pointant l’atelier, c’est le plus beau projet que je pouvais avoir pour me changer les idées.» La question lui est posée : et à quoi utiliserez-vous l’atelier? «Peut-être à fabriquer des cabanes à oiseaux, l’important c’est que ce projet va m’occuper!»

Ayant surmonté des problèmes de santé qui en auraient mis plusieurs sur le carreau, Noël se dit en forme pour son âge. Son petit-fils passera le voir cet été. «Grand-papa, j’aimerais ça passer quelques jours avec toi cet été, pour apprendre!» «Le transfert des connaissances, c’est super important», convient le grand-papa.

Transfert d’expertise
À ses débuts dans le monde du travail, Noël occupait un poste d’apprenti-électricien à ,95¢ de l’heure. Des semaines de plus de 48 heures parfois, payées 49$. «Je ne voulais pas faire ça toute ma vie.» Mais pourquoi changer, lui disait sa mère, en lui répétant le proverbe «56 métiers, 56 misères!». «Moi, je dis le contraire.»

Rendre service à autrui, rien ne lui fait plus plaisir. Il ira bientôt préparer le jardin pour une voisine qui a 84 ans. L’un de ses voisins d’en face, Thierry, qui pratique la culture maraîchère, lui demande parfois conseil, ce qu’il s’empresse de donner. C’est ça l’altruisme. La seule religion qu’il met en pratique: aime ton prochain comme toi-même! «C’est ça la vie d’un village, maudit carosse! La vie, quand elle t’apprend quelque chose, fais en sorte de le transmettre aux autres», dit-il en jetant quelques bouts de bois dans le vieux poêle qu’il a construit de ses mains en 1978 et qu’il tient allumé, dehors.

L’amour de la terre, il le tient aussi de ses lectures, plus philosophiques que le Manuel du parfait bricoleur. «Comme disait Blaise Pascal, donnez-moi un point d’appui et je vais soulever la terre.» Le projet est ambitieux, mais réalisable, bout de planche par bout de planche. 

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La Compagnie de Placage Mégantic s’installe rue Notre-Dame
    Actualités Économie

    La Compagnie de Placage Mégantic s’installe rue Notre-Dame

    Rémi Tremblay / 17 juin 2021
  • Son métier: regrettier ou récupérateur!
    Actualités Société

    Son métier: regrettier ou récupérateur!

    Rémi Tremblay / 17 juin 2021
  • Le bassin de la Chaudière scruté à l’infrarouge
    Actualités Environnement

    Le bassin de la Chaudière scruté à l’infrarouge

    Rémi Tremblay / 16 juin 2021
  • Revitalisation de la plage du lac aux Araignées
    Actualités Environnement

    Revitalisation de la plage du lac aux Araignées

    Rémi Tremblay / 16 juin 2021
  • Spectacle de plus en plus triste dans la baie
    Actualités Environnement

    Spectacle de plus en plus triste dans la baie

    Rémi Tremblay / 15 juin 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La Compagnie de Placage Mégantic s’installe rue Notre-Dame
  2. Début de la saison du Festival Saint-Zénon
  3. Son métier: regrettier ou récupérateur!
  4. Le bassin de la Chaudière scruté à l’infrarouge
  5. Revitalisation de la plage du lac aux Araignées
  6. Spectacle de plus en plus triste dans la baie
  7. La bientraitance envers les aînés, un enjeu de société
Discriminés encore!
Un été d’humour offert par le Comité culturel Mégantic
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) de travaux pratiques
    Lac-Mégantic
  2. Directeur général et secrétaire-trésorier
    St-Sébastien
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Aviseur tehcnique
    Lac-Mégantic
  5. Technicien(ne) de travaux pratique
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises