L’innovation du curé Choquette dans l’ADN des Méganticois

L’innovation du curé Choquette dans l’ADN des Méganticois - Rémi Tremblay : Actualités

Le curé Choquette était connu jusqu’en Angleterre comme le «scientiste amateur le plus universel et le plus expert.» En plus de l’église, il a aussi fait construire une centrale électrique destinée à «donner l’éclairage à toute la ville».

Le réalisateur Anthony Ferro a trouvé le fil conducteur de son film documentaire Marcheurs d’étoiles après le tournage des premières séquences portant essentiellement sur les travaux de restauration de la verrière de l’église Sainte-Agnès. Un personnage historique s’est imposé, le curé Joseph-Eugène-Edmond Choquette, qui est devenu le lien d’une histoire locale qui a bien traversé le siècle. «L’ADN des Méganticois pour innover et être avant-gardiste, on peut dire que ça vient du curé Choquette.»

Qu’il en soit ainsi, le «curé électrique», parfois aussi surnommé le «curé innovateur», est devenu le personnage principal présent dans son film d’une durée de 81 minutes, qui sera présenté en première le 6 juillet sur écran géant. «Quand on a commencé à filmer la restauration de la verrière, à ce moment-là on ne savait pas où cela nous conduirait», insiste le réalisateur. La verrière s’est imposée d’elle-même comme symbole de l’audace et de l’innovation dont a fait preuve le curé Choquette, 100 ans avant la tragédie du 6 juillet 2013.

L’équipe de Cache no9 productions a suivi les travaux de restauration menés par l’architecte Rémi Petit jusqu’à Londres et Birmingham, en Angleterre. «C’est Rémi Petit qui m’a mis en contact avec Stéphane Lavallée qui m’a parlé de l’ADN des Méganticois.» Et c’est par la verrière que l’équipe a finalement trouvé son angle pour aborder la tragédie.

La recherchiste Stéphanie Dubeau a travaillé à l’écriture du scénario pendant plus d’un an. «Stéphanie nous a prévenus: les Méganticois sont tannés d’entendre parler de la tragédie, ils sont passés à autre chose.»

Le personnage créatif qu’était le curé Choquette revient quelques fois dans le documentaire que l’équipe de Cache no9 compte bien proposer dans sa version longue à différents festivals, alors que la version courte, retenue par Radio-Canada, ne dure que 52 minutes, pour les besoins du format du petit écran.

Surtout pas un procès 
L’été dernier, la petite équipe de production a séjourné au presbytère Sainte-Agnès durant les huit jours de tournage intensif au cœur du centre-ville en reconstruction. «Nous avons reçu un accueil incroyable», se réjouit le réalisateur. La coscénariste et coproductrice Julie Roussel explique l’approche du documentaire: «On n’essayait pas de faire un procès de la compagnie de chemin de fer; on voulait en parler, mais pas s’y éterniser.»

Le tournage, aux premiers jours du mois d’août, s’est fait dans le contexte de la pandémie. «On a donc tourné dans la petite bulle de la COVID», en prenant bien soin de respecter les consignes sanitaires, d’enchérir Julie Roussel. Le responsable du Camp de jour, André Samson, a même vu à déplacer des enfants du CSM vers la rue Frontenac, pour des images et une chanson qui apparaissent dans la version longue, mais pas dans la version courte.

Le film documentaire est entre bonnes mains. Première percée à l’international pour Cache no9, son récent film La lumière de Léonie a été sélectionné pour le Christian Family Film, à New York, du 30 juillet au 1er août. 

L’avenir des Marcheurs d’étoiles, dans le sillage du curé Choquette, est appelé sans doute à voyager à son tour. Après l’improvisation du début, le réalisateur a trouvé son étoile, son lien entre le passé inspirant, le présent innovant et le futur des Méganticois, sans jamais tomber dans la victimisation. «On a passé par l’histoire, avec la construction du chemin de fer et de l’église, la recherche des archives des Jésuites à Londres. Ici, on reconstruit avec la même mentalité du curé Choquette», en comprend Anthony Ferro.  Rien de moins qu’un précurseur d’Hydro-Québec! 

On peut visionner le documentaire ici.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Le Cameroun venu toucher du doigt le modèle du Granit
    Actualités

    Le Cameroun venu toucher du doigt le modèle du Granit

    Rémi Tremblay / 22 avril 2024
  • L’entente de loisirs se signera sans la première couronne
    Actualités Municipalité

    L’entente de loisirs se signera sans la première couronne

    Rémi Tremblay / 22 avril 2024
  • Un incendie dévaste une résidence de Marston
    Actualités

    Un incendie dévaste une résidence de Marston

    Rémi Tremblay / 18 avril 2024
  • Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
    Culture Musique

    Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête

    Claudia Collard / 16 avril 2024
  • Happening de pure joie cosmique
    Actualités

    Happening de pure joie cosmique

    Rémi Tremblay / 16 avril 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Section de rail abîmée
  2. Le Cameroun venu toucher du doigt le modèle du Granit
  3. L’entente de loisirs se signera sans la première couronne
  4. Un incendie dévaste une résidence de Marston
  5. Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
  6. Happening de pure joie cosmique
  7. La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM
Virage numérique sans déraper
Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Commis comptable
    Lac-Mégantic
  2. Entretien ménager
    Marston
  3. Électromécanicien
    St-Sébastien
  4. 3 préposé(e)s à l’accueil touristique - 1 agent(e) de sensibilisation aux espèces exotiques envahissantes
    Lac-Mégantic
  5. 2e Employé de voirie
    Val-Racine
Répertoire des entreprises