Vivre l’école au-delà des murs

Vivre l’école au-delà des murs  - Claudia Collard : Actualités Éducation
Volubiles, ces écoliers ont animé une visite guidée dans la forêt où se déroule les classes nature.
Vivre l’école au-delà des murs  - Claudia Collard : Actualités Éducation
Des Des élèves de la classe de 3e à la 6e année, qui en ont long à dire sur les avantages de leur école.

Les classes nature, le conseil de coopération mettant leurs idées en avant-plan, l’espace à la créativité et à la nouveauté. Quelques exemples avantageux parmi les nombreux cités par les élèves de l’école de la Rose-des-Vents de Stornoway, où la pédagogie Freinet a cours pour une troisième année scolaire.

Le matin du jeudi 16 décembre, une dizaine d’écoliers de la classe des 3e, 4e, 5e et 6e année étaient réunis pour partager à l’Écho tout le bien qu’ils pensent de leur établissement scolaire, le seul du genre dans le secteur Lac-Mégantic du Centre de services scolaire des Hauts-Cantons. En plus des enfants résidant à Stornoway, les élèves viennent d’un bout à l’autre de la MRC du Granit pour bénéficier de cette pédagogie particulière.

Ce qu’ils aiment ici? Être souvent à l’extérieur, mener des projets intégrant diverses matières (dont l’aménagement d’un jardin potager), voir leurs idées prendre une forme concrète, prendre une part active à la prise de décisions, pouvoir avancer à leur rythme, l’entraide entre élèves dans les apprentissages académiques…

Une fois par cycle, chacune des deux classes tient un conseil de coopération, où des solutions pour régler des problèmes et conflits sont mises de l’avant par les élèves. Ces activités donnent également lieu au partage d’idées et de projets, qui sont tous écoutés. Leur réalisation dépend toutefois de certains critères, dont les enjeux de sécurité, partagent les écoliers, qui sont chaque fois informés des tenants et aboutissants de la décision finale.

«J’aime l’énergie de l’école», dira l’un d’entre eux, partageant que la pédagogie Freinet accorde une grande place au «libre esprit». Une autre élève apprécie particulièrement cette possibilité d’avancer à son rythme et ne pas se sentir jugée si elle ne comprend pas une notion sur le champ.

Les initiatives foisonnent particulièrement entre les murs de l’établissement scolaire regroupant 47 élèves. Parmi les idées mises en route, la création d’un comité responsable de paniers de Noël et un autre destiné à la réalisation d’un journal étudiant. En fait, la porte est ouverte à «tout ce qui est utile à l’école ou à la communauté… et réalisable», fait-on valoir.

Isabelle Boulet, la nouvelle directrice qui entrera en poste après la période des Fêtes, était de passage à l’école le 16 décembre. «Plus je lis sur la pédagogie Freinet, plus j’ai hâte de débuter. Déjà je sens une différence sur le plan de l’intérêt et de la participation des enfants. Il y a une responsabilisation, une vision d’ensemble que les élèves peuvent nommer. Au lieu des enseignants, ce sont les enfants qui rencontrent la direction pour présenter leurs projets; on est vraiment dans la présence, dans la prestance, dans l’exposé oral», fait valoir celle qui œuvre actuellement comme enseignante au primaire. 

À l’extérieur, d’autres élèves guident l’auteure de ces lignes dans la forêt qui borde leur école. Verbomoteurs, leur joie est manifeste à l’idée de partager leurs réalisations dans le cadre des classes nature, qui ont lieu une fois par cycle, alternant entre le cadre prédéfini et la place à la créativité.

Dans le bois, de nombreux «camps», abris construits par les élèves, à l’aide d’outils et autres moyens du bord. «Ce qui est bien aussi c’est qu’on ne sait jamais ce qui va arriver. Par exemple, une journée on pensait améliorer notre camp et finalement, on a trouvé un site archéologique», partage un des enfant avec entrain, ses compagnons renchérissant en nommant toutes leurs découvertes; clous rouillés, vieilles briques, documents anciens et autres artéfacts, trouvés en creusant le sol.

Autres éléments appréciés des jeunes, les activités spéciales du vendredi et les sorties, comme celle à la Biblairie de Sherbrooke, où chaque élève a participé au choix des livres venus garnir la bibliothèque de l’école, à l’aide d’un budget prédéterminé. On apprécie aussi la chaise berçante et le chat-robot en cas de petit bobo. «On est comme une famille ici», illustre une des élèves. Voilà, tout est dit.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Ces mots qui nous élèvent
    Culture

    Ces mots qui nous élèvent

    Claudia Collard / 28 mai 2024
  • Un train croisière pourrait s’arrêter à Lac-Mégantic
    Actualités Tourisme et loisirs

    Un train croisière pourrait s’arrêter à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 28 mai 2024
  • Reconstruction d’un pont sur la 161 à Frontenac
    Actualités

    Reconstruction d’un pont sur la 161 à Frontenac

    Rémi Tremblay / 27 mai 2024
  • Un souper lucratif pour le projet HASM
    Actualités Communauté

    Un souper lucratif pour le projet HASM

    Claudia Collard / 27 mai 2024
  • Fin des opérations pour d’Arbre en arbre
    Actualités

    Fin des opérations pour d’Arbre en arbre

    Claudia Collard / 23 mai 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La pièce Le Placard sur les planches le 30 mai
  2. Ces mots qui nous élèvent
  3. Un train croisière pourrait s’arrêter à Lac-Mégantic
  4. Reconstruction d’un pont sur la 161 à Frontenac
  5. Un souper lucratif pour le projet HASM
  6. Fin des opérations pour d’Arbre en arbre
  7. Le Vent du Nord à Piopolis
Virage numérique sans déraper
Ces mots qui nous élèvent
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Adjoint-e administratif-ive
    Lac-Mégantic
  2. Conseiller-ère en communication
    Lac-Mégantic
  3. Agent.e aair recherché.e
    Lac-Mégantic
  4. Coordonnateur aux pièces
    Lac-Mégantic
  5. Directeur.trice du Service récréatif, de la culture et de la vie active
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises