Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique

Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron, la Sourcière du Nord (à droite) devant les portes du Dispensaire de Gapé-Kpedji.
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Diriger une mission de coopération en Afrique, voilà la nouvelle vie d’Annie (au centre).
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société
Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique -   : Actualités Société

C’était en 2019 qu’Annie Charron effectuait son premier séjour sur le continent africain alors qu’elle venait de créer sa première mission de coopération internationale, Eau Cœur de l’Afrique. Sa courte visite de dix jours allait donner une orientation bien particulière à son avenir; une grande aventure au cœur du Togo débutait. Guidée par un désir ardent de venir en aide aux enfants togolais et par un besoin vital de se connecter au rythme du pays, l’histoire de celle qui se fait appeler «la Sourcière du Nord» s’amorçait pour elle.

Lors de son passage en décembre 2019, après avoir effectué la livraison de gourdes filtrantes dans une petite communauté pour permettre à plus de 300 personnes de boire l’eau du fleuve Zion sans craintes pour leur santé, Annie avait visité quelques villages afin de connaître les enjeux de développement de la région. L’idée de lancer une première mission guidée qui permettrait à d’autres de venir avec elle sur la terre rouge donner au suivant lui trottait dans la tête depuis un bon moment. C’est ainsi qu’à son retour, elle avait choisi de créer un organisme non gouvernemental: La Sourcière du Nord, d’Amour et d’Eau fraiche prenait vie.

Les démarches s’étaient enclenchées: une première campagne de financement voyait le jour pour le projet qu’elle venait de choisir avec un ONG partenaire du Togo: elle et son futur groupe iraient rénover un petit centre médical.

Lorsque la situation sanitaire s’est détériorée en début 2020, plusieurs ont tenté de la dissuader, mais Annie ayant pris un engagement envers le peuple togolais continua ses efforts. Elle put donc, en juillet dernier, se rendre au pays du sourire, accompagnée de trois «braves» Québécois, pour aller rejoindre son coordonnateur de projet sur place ainsi que quelques personnes impliquées avec eux qui allaient permettre la concrétisation de cette rénovation.

La petite histoire du Centre médical de Gapé Kpedji: il a vu le jour le 12 décembre 1989, construit à l’époque par le Canada. C’est le 12 décembre 2019 qu’Annie a pris la décision de donner de l’amour à cet hôpital, non seulement pour redonner un peu de dignité aux gens qui y sont traités, mais aussi désireuse de pérenniser l’investissement de son pays. Synchronicité des dates, était-ce un signe que son engagement envers le Togo ne faisait que commencer? L’histoire nous le dira! Les travaux de rénovation du bâtiment se sont échelonnés sur trois semaines pendant lesquelles les participants ont pu découvrir la force de l’entraide dans le «sans attentes», vivre au rythme africain, s’imprégner de la culture du pays et de l’amour des enfants tout en profitant des week-ends pour découvrir un peu plus des richesses naturelles et de l’histoire du peuple togolais. «Diriger une mission de coopération en Afrique, c’est avant tout accompagner des gens qui vont vivre une grande transformation intérieure, qui seront confrontés à des prises de conscience importantes, et de pouvoir être témoin de ces changements, c’est un privilège inestimable que la vie me donner», partage Annie.

La remise du bâtiment aux responsables et citoyens s’est tenue lors d’une cérémonie bénite par la pluie! Là-bas, on dit qu’un jour de pluie est un jour de chance! Une chance incroyable d’avoir suivi son cœur, de dire Annie, car le jour même de cette célébration agrémentée par la musique et les chants des gens du village, elle apprenait que lors de son passage en 2019, le gouvernement du Togo avait décidé de ne plus financer ce centre médical. Personne ne l’avait alors informée. Elle avait choisi ce projet, poussée par son intuition qu’elle pouvait redonner de la dignité aux femmes qui accouchent à cet endroit. Quelle surprise d’apprendre en discutant avec l’infirmier en chef que les responsables du Ministère reconsidèreraient leur décision. Ce centre dessert vingt villages environnants. Un impact majeur pour des gens qui vivent à plus d’une heure de la capitale et qui doivent emprunter des routes de terre rouge qui peuvent parfois être fermées lors des grandes crues. C’est le cœur rempli de gratitude envers tous les gens qui ont cru en elle, ainsi que les partenaires financiers du projet qu’Annie a pu dire mission accomplie!

L’eau source de vie
Dans ses promesses à la population, Annie avait confirmé qu’elle reviendrait au pays en 2020 pour apporter des filtreurs de rechange aux enfants de Gapé Zévé. Malheureusement, la situation avec le covid a freiné ses ardeurs et elle a convenu que la visite se ferait en même temps que la mission en 2021. C’est ainsi que, grâce à de nombreuses personnes qui se sont procuré soit des filtreurs ou leur propre gourde, la compagnie avec laquelle Annie est partenaire, lui remettait 120 nouvelles gourdes et le nombre nécessaire de filtreurs de rechange pour effectuer le remplacement. Pour plus d’un millier de personnes, maintenant, boire en toute quiétude devenait réalité.

Faire une différence dans un pays comme le Togo, c’est embrasser la vie à pleine main! C’est se lever le matin, en ayant le sentiment de faire partie d’un tout. Selon plusieurs qui connaissent Annie depuis quelques années, l’Afrique l’a transformée, ce qu’elle-même reconnaît. «Avant, j’étais souvent frustrée et dans l’impression que la vie me devait quelque chose parce que je me donnais à fond dans ce que j’accomplissais. J’étais impatiente, sans comprendre pourquoi et je me sentais souvent morte intérieurement. Aujourd’hui, je suis dans la plus grande des gratitudes d’avoir pu comprendre et vivre le véritable moment présent. Ralentir et savourer chaque instant m’a permis de me ramener à l’essentiel: vivre et tout simplement être!

Nous devrions encore entendre parler de la Sourcière du Nord dans les mois et années à venir, car non seulement Annie a choisi de se consacrer à son organisme et à de nombreux projets en cogitation, mais elle s’est établie au Togo pour se rapprocher du peuple et s’impliquer davantage auprès des communautés dans le besoin. Un grand rêve d’enfance qui devient aujourd’hui réalité. Quand on lui demande ce qui lui donne cette force de poursuivre malgré les obstacles qu’elle a pu rencontrer, elle répond que depuis qu’elle s’est déposée pour la première fois sur le sol africain, elle a le sentiment de vivre alors qu’avant, elle existait, simplement. Sa foi, sa confiance en la vie et en l’avenir la poussent à foncer et à utiliser les apprentissages qu’elle a faits tant lors de ses épreuves que dans ses carrières précédentes à Lac-Mégantic.

«Je suis reconnaissante de toutes les expériences que la vie place sur ma route pour me permettre d’être au service de l’humanité tout en m’accomplissant comme gestionnaire de projets et femme d’affaires. Savoir se choisir au quotidien et suivre son cœur représente pour plusieurs femmes un défi grandiose. J’encourage toutes celles qui ont des rêves à se lancer corps et âme dans leurs projets. La vie saura vous accompagner et vous apporter les outils pour assurer votre succès. Pour ma part, je remercie Dieu chaque matin et chaque soir de me donner la force de ne jamais abandonner et de ne jamais douter ni de moi ni de la vie!»

Repartie depuis le début décembre 2021 vers son pays d’accueil, elle tient à dire un très sincère merci à tous les gens, aux entreprises qui ont contribué financièrement à la réalisation de cette première mission guidée de la Sourcière du Nord, d’Amour et d’Eau fraiche. On peut la suivre sur les réseaux sociaux.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier
    Actualités Municipalité

    Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier

    Claudia Collard / 17 janvier 2022
  • Priorité à la 3e dose
    Actualités Santé

    Priorité à la 3e dose

    Claudia Collard / 13 janvier 2022
  • Report du spectacle de P-A Méthot
    Actualités

    Report du spectacle de P-A Méthot

    Claudia Collard / 11 janvier 2022
  • Fin des tests PCR pour la population générale
    Actualités Santé

    Fin des tests PCR pour la population générale

    Claudia Collard / 10 janvier 2022
  • Appel à la population
    Actualités

    Appel à la population

    Rémi Tremblay / 6 janvier 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier
  2. Priorité à la 3e dose
  3. Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique
  4. Report du spectacle de P-A Méthot
  5. Fin des tests PCR pour la population générale
  6. Appel à la population
  7. Vivre l’école au-delà des murs
Nécessaire le couvre-feu?
King Dave: quand la souffrance devient rage
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Préposé au service à la clientèle
    Woburn
  2. Poste de direction général
    Lac-Mégantic
  3. Responsable de la programmation et de l'animation
    Lac-Mégantic
  4. Préposé à l’accueil
    Lac-Mégantic
  5. Préposé à l’accueil
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises