Félix dans l’univers des JO

Félix dans l’univers des JO - Rémi Tremblay : Actualités Société

Félix Larochelle

Lac-Mégantic a été une fourmilière de biathlètes à une certaine époque. Parmi d’autres, Félix Larochelle y a tracé et suivi sa voie. À sa deuxième année sur le circuit de la coupe du monde, un accomplissement en soi, le voilà à Beijing, à travailler pour l’équipe canadienne de biathlon pendant les Jeux olympiques, à titre de technicien de fartage. «On skie entre 20 et 30 km par jour pour trouver ce qu’il y a de mieux pour nos athlètes.»

Le fils de Daniel Larochelle est dans son élément dans cet univers de haut niveau où il a fait ses classes. Félix a beaucoup skié et beaucoup voyagé depuis ses premiers parcours et ses premiers tirs sur le site de Baie-des-Sables. Pas vraiment dépaysé sur le site olympique de ZhangJiakou qui accueille les épreuves de ski de fond, biathlon, snowboard, saut à ski et ski bosses. En vrai, peut-être un peu dépaysé en Chine. «Le village de ZhangJiakou, à environ 200 km de Pékin, compte 4,2 millions d’habitants», écrit-il. Un petit «village» chinois deux fois plus peuplé que Montréal, ce n’est possible qu’en Chine. Et la neige n’est pas vraiment de la neige, dans ces montagnes désertiques où règne un froid sibérien soufflé par des vents puissants. «Des chameaux sauvages vivent dans les environs et malgré une température moyenne de -20 Celsius, la totalité de la neige sur le site est artificielle.»

L’absence de neige est chose courante sur le circuit de biathlon, reconnaît-il. «Plusieurs endroits en Europe ont besoin de neige artificielle pour préparer les épreuves de coupe du monde. En janvier dernier, à Oberhof, en Allemagne, ils ont dû souffler la neige à l’intérieur d’un tunnel réfrigéré pour ensuite la déplacer par camions sur les pistes de biathlon.»

Laissons le décor et suivons le technicien. «Mon travail consiste surtout à tester les skis, les cires, les structures et tout autre produit susceptible d’aider la glisse. Le plus incroyable pour moi pendant ces jeux olympiques est de pouvoir y participer avec mon ancien collègue et compétiteur, Jules Burnotte. Nous nous sommes tous les deux entrainés avec le club de Biathlon Estrie très jeunes pour ensuite rejoindre l’équipe du Québec ensemble. Il est aujourd’hui membre de l’équipe canadienne et il compétitionne ici à Pékin, avec l’espoir de faire de bons résultats pour le Canada. Je prépare ses skis et je l’aide dans les derniers réglages avant la course.»

C’est une grande fierté pour la région de voir Félix participer à sa façon aux Jeux olympiques de Beijing, estime Alain Perreault, qui connaît bien son parcours sportif. «Tout jeune, Félix a débuté le ski avec l’école de ski Jack Rabbit de la Baie-des-Sables au début des années 2000. Félix avait beaucoup d’habileté en ski et il est ensuite passé au biathlon avec l’entraîneur Claude Grégoire et plus tard au sein de Biathlon Estrie. Doté d’une grande précision au tir et d’une grande rapidité en ski, Félix a gravi les échelons jusqu’à l’équipe du Québec. En 2014, il a terminé 3e de sa catégorie au Championnat canadien de biathlon et premier au parcours équipe. L’année suivante, il a remporté l’or avec ses coéquipiers aux Jeux du Canada au relais 3x7.5 km. Félix s’est ensuite tourné vers ses études et il a complété un baccalauréat en Administration des affaires de l’Université Laval. Il est présentement analyste financier chez Duvaltex à Québec.»

Facile à deviner que Félix vit là-bas, au sein de l’équipe technique une «super expérience», comme il dit lui-même, malgré... «les règles sanitaires, les mesures de sécurité et la clôture qui entoure le village et nous empêche de voir la vraie Chine!» Au niveau international, le bon fartage peut faire la différence entre un podium et une 20e position, car les écarts entre les coureurs sont minimes, insiste Alain Perreault.

Jules Burnotte et ses coéquipiers ont promis de faire en sorte que les Canadiens n’échappent pas aux caméras d’ici la fin des Jeux. Pour Félix, rester sur les lignes de côté à aider les biathlètes à performer, ça n’a pas de prix!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Fin de la grève chez Maxi
    Actualités Économie

    Fin de la grève chez Maxi

    Claudia Collard / 8 décembre 2022
  • Engouement pour l’actualité astronomique
    Actualités

    Engouement pour l’actualité astronomique

    Rémi Tremblay / 8 décembre 2022
  • Hommage au talent de Dédé Fortin
    Culture

    Hommage au talent de Dédé Fortin

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Bassin de rétention: travaux préparatoires
    Actualités Environnement

    Bassin de rétention: travaux préparatoires

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Réouverture du Maxi?
    Actualités Économie

    Réouverture du Maxi?

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Florilège de Noël à Lambton
  2. Fin de la grève chez Maxi
  3. Une victoire et une défaite pour le Junior A
  4. Engouement pour l’actualité astronomique
  5. Hommage au talent de Dédé Fortin
  6. Bassin de rétention: travaux préparatoires
  7. Réouverture du Maxi?
Le malaise
Hommage au talent de Dédé Fortin
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises