Cegep Beauce Appalaches

Un premier immeuble d’habitation pour combler le manque de logements

Un premier immeuble d’habitation pour combler le manque de logements  - Rémi Tremblay : Actualités Immobilier

Devant l’immeuble à logements en construction au 630 rue Principale, à Lac-Drolet, dans l’ordre habituel: Béland Audet (Carrefour Industriel Lac-Drolet), le président Simon Couët, le maire de Lac-Drolet Michel Ouellet, le président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins Lac-Mégantic – Le Granit, Marc L’Écuyer, la directrice générale de la Caisse Desjardins, Anny Larouche, et Gilles Poulin l’un des fondateurs du Carrefour Industriel.

Le Carrefour Industriel Lac-Drolet accueillera, en juillet, les locataires de l’immeuble locatif de six logements moyen de gamme actuellement en construction au 630 rue Principale. Le projet d’habitation évalué à 1 million de dollars répond au problème de manque de logements, «principale menace à la rétention et à l’attraction de main-d’œuvre», d’expliquer son président, Simon Couët.

Cet immeuble, mis en chantier à la mi-mars par Hallé Construction, au cœur du village, n’est que la première phase d’un plan de développement que le Carrefour Industriel Lac-Drolet met en œuvre, avec la Municipalité, après être intervenu, depuis 1986, essentiellement dans le secteur de l’industrie et du commerce.

«Chez nous, le dynamisme, le développement, l’innovation ont toujours fait partie de l’ADN de la Municipalité de Lac-Drolet. Les bâtisseurs ont toujours su être des modèles d’entrepreneriat et de développement économique et social.» Pour Simon Couët, il allait de soi que, dans le contexte des défis économiques actuels, le Carrefour Industriel devait s’impliquer. «Notre organisme a comme mission d’être un moteur de développement économique pour la Municipalité de Lac-Drolet. Avec la construction et la revente d’immeubles industriels, la vente de terrains industriels, l’aide à la relocalisation, les prêts pour le développement et la modernisation, notre organisme à but non lucratif a su être visionnaire en variant les projets et les aides aux entreprises, s’ajustant selon les cycles et les contextes économiques du temps.»

Lors du point de presse du 4 avril, le maire Michel Ouellet a louangé l’organisme pour son dynamisme. «Cette organisation a su au cours des années faire la différence et aider grandement plusieurs entreprises à s’installer dans notre parc industriel. À l’époque, l’accessibilité à une usine était le frein que le Carrefour Industriel a su desserrer par la construction et la location à prix modique aux entrepreneurs. Aujourd’hui, le nouveau frein est la disponibilité de logements dans notre communauté, ce qui empêche les industries de recruter efficacement de la main-d’œuvre. Cette première unité d’habitation va donner de l’oxygène au secteur de l’habitation.» La Municipalité a appuyé le projet avec une participation de 250 000$.

Autre partenaire financier, la Caisse Desjardins de Lac-Mégantic – Le Granit. «On sait que l’offre est insuffisante sur le marché pour suivre la demande des familles. C’est clair en ce moment qu’il y a un nombre insuffisant de résidences et de logements. Nous devons favoriser plus activement la construction de nouveaux endroits où les gens vont pouvoir se loger. Au bénéfice de la vitalité économique régionale, nous devons nous donner les moyens d’être attractifs et être capable de loger ces familles-là», a partagé la directrice générale de la Caisse, Anny Larouche. La Caisse a contribué pour un montant de 18 000$ via son Fonds d’aide au développement du milieu.

Le président du conseil d’administration de la Caisse, Marc L’Écuyer, a insisté : «Trois mots me viennent en tête : fierté, engagement et pérennité. Et c’est là notre mission, d’être au service des communautés. Encouragez vos gens à faire affaire avec nous.»

De nouvelles familles
Aux prises avec le phénomène de vieillissement de la population, le village de Lac-Drolet a perdu, au fil des années, une population plus âgée qui s’est rapprochée davantage des services d’une ville, telle Lac-Mégantic. La vie sociale et communautaire s’en est ressentie. Et de nouveaux arrivants se sont intégrés. «Nous allons accueillir au village 45 Mexicains, des travailleurs temporaires pour la période d’avril à novembre. Et c’est sans compter les Colombiens qu’Attraction et Canam à Saint-Gédéon ont besoin. Notre particularité ici, c’est qu’il y a 200 emplois occupés par des femmes», confie le maire Michel Ouellet. Un indice, en quelque sorte, de ce que sera la phase 2 du plan de développement du Carrefour Industriel, après le projet d’habitation.

Avec son permis de 29 places en garderie, le centre de la petite enfance ne peut répondre à toutes les demandes. «Maintenant, il y a les travailleurs, mais il y a aussi les familles et les enfants. En parallèle à notre projet d’habitation, considérant ce besoin très criant, nous travaillons présentement à augmenter de façon considérable le nombre de places en garderie à Lac-Drolet. Accueillir et prendre soin de nos enfants est un devoir que nous avons. Nous avons déjà commencé à travailler à l’élaboration de la structure que prendra l’augmentation des places chez nous. Les différentes options sont en analyse et nous agirons dans les plus brefs délais», a déclaré le président de l’organisme, Simon Couët.

Membre du Carrefour Industriel et l’un des deux porte-parole du Comité 2025, Bernard Gélinas, est tout feu tout flamme! Selon lui, les pistes de solutions aux problématiques du manque de main d’œuvre et du manque de logements applicables à Lac-Drolet peuvent être adaptées ailleurs, dans d’autres villages de la MRC. «On peut ainsi créer un mouvement. Dans les villages, on perd des gens. Les pressions sur les nouveaux logements à Lac-Mégantic viennent non pas de l’extérieur mais de l’intérieur de la MRC. Il y a plus de baby-boomers qui prennent leur retraite et déménagent en ville que de nouveaux-nés qui viennent au monde.» Le doc obstétricien en sait quelque chose. «Si d’autres villages veulent adapter nos pistes de solutions, qu’ils viennent nous voir.»

Il glisse dans la conversation, un indice sur la prochaine étape du plan de développement du Carrefour Industriel, l’automatisation des entreprises locales. Les robots pour aider à répondre aux besoins de la production sont une voie d’avenir qui semble aussi faire partie du nerf de la guerre dans l’édification d’un futur si proche pour Lac-Drolet, avec ses promoteurs qui ont le pied sur l’accélérateur. 

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Code rouge à la poly
    Actualités

    Code rouge à la poly

    Rémi Tremblay / 16 septembre 2022
  • Clémence Rancourt plonge dans l’histoire familiale
    Culture Littérature

    Clémence Rancourt plonge dans l’histoire familiale

    Rémi Tremblay / 22 septembre 2022
  • La culture pour susciter la participation sociale des aînés
    Actualités Société

    La culture pour susciter la participation sociale des aînés

    Claudia Collard / 22 septembre 2022
  • Béliers: deux victoires et deux matchs nuls
    Sports

    Béliers: deux victoires et deux matchs nuls

    Anne-Julie Hallée / 22 septembre 2022
  • Martin Plante: passion percussion
    Culture Musique

    Martin Plante: passion percussion

    Claudia Collard / 21 septembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Code rouge à la poly
  2. Clémence Rancourt plonge dans l’histoire familiale
  3. La culture pour susciter la participation sociale des aînés
  4. Sauro: victoire et défaite en matchs préparatoires
  5. Béliers: deux victoires et deux matchs nuls
  6. Étienne Drapeau pour les Journées de la culture
  7. Martin Plante: passion percussion
«Pis, ça avance ?»
Martin Plante: passion percussion
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur(trice) général(e) et greffier(ère)
    Courcelles
  2. Inspecteur en bâtiment et en l’environnement
    Nantes
  3. Appariteur-concierge
    Lac-Mégantic
  4. ADJOINT.E EXÉCUTIF.VE À LA DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT
    Lac-Mégantic
  5. Personnel de bureau
    Marston
Répertoire des entreprises