Les 50 ans de Montignac célébrés

Les 50 ans de Montignac célébrés  -   : Actualités Éducation

En première rangée, dans l’ordre habituel: Yves Gilbert, la mairesse Julie Morin, Jean-Claude Hallée, Gilles Thivierge, Lise Blais, Gaston Quirion, Gisèle Fournier, Solange Gagnon, Jean-Guy Fredette, Jean-Guy Nadeau, Pierrette St-Laurent, Raymond St-Laurent, Solange Duquette. Deuxième rangée: Aurélien Doyon, Paul Dostie, Gilles Beaulé, Pierre Richard, Serge Latulippe, Henri-Paul Tanguay, Léon Ducharme, Germain Fournier, Rock Morin, Laurier Maheux, Gilles Leblanc, Serge Poulin, Margot Poulin, Aline Fortin, Clémence Godbout. Troisième rangée: Alain Perreault, Robert Dallaire, Jacques Verreault, André Audet, Rock Perron, Léo Gaignard, Serge Beloin, Madeleine Bédard.

La toute première cohorte d’enseignants qui a marqué le rythme de la première année scolaire de la Polyvalente Montignac, inaugurée le 2 octobre 1972, a tenu à participer à son 50e anniversaire, souligné le 16 octobre dernier.

Parmi eux, Paul Dostie a usé de sa plume pour sacraliser l’événement. «En 1972, nous avions à peine plus de 20 ans, de l’énergie à revendre et la volonté de refaire le monde. Nous sortions de la révolution tranquille. Bien qu’enseignants, nous refusions l’autorité, la religieuse comme la statutaire : nous avions choisi de nous faire aimer et de faire aimer. Des essais, des erreurs, mais toujours l’envie de changer les choses.»

«50 ans, ça use et ça tue aussi! Chaque page de l’album souvenir compte son lot de disparus rappelant la destination sinon l’inéluctable destin. Consolation, à notre âge, nous n’en sommes plus à la nostalgie, mais aux souvenirs heureux qui ajoutent de la vie à la vie. Redevenus d’humbles élèves, jour après jour, nous apprenons à cueillir l’instant, celui du café matinal ou celui de la lumière du jour.»

La polyvalente, écrit-il, c’était la démocratisation du savoir, l’air du large enfin! Il arrivait encore, durant ces années-là, après la troisième secondaire, que les gars retournent aux champs ou entrent à l’usine et les filles, à l’atelier de couture. Le sentier était tracé. On en voyait poursuivre jusqu’au cégep et à l’université. Les professeurs venaient de partout : du Bas du fleuve en passant par Saint-Philippe-de-Néri, de Québec et Lévis, de la Beauce, Sherbrooke, Montréal et des Laurentides, même du Liban, de la France ou du Maghreb. La diversité ouvre des esprits et des univers.

«À tort ou à raison, on en a dit beaucoup de mal. Il est vrai qu’on y a vu le meilleur comme le pire, des expériences exaltantes, d’autres douteuses, des professeurs fumer en classe ou des élèves faire la grève. Mais tout ça, c’était la vie. L’école était ouverte. La musique, le théâtre, la radio étudiante et le sport, autant de microsociétés avant d’accéder à la grande. La polyvalente, les polyvalentes ont fait beaucoup plus de bien que de mal : elles ont le mérite d’avoir ouvert les fenêtres d’un avenir qui s’annonçait parfois étouffant. Ce n’est pas rien d’avoir participé à ça.» (

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un incendie dévaste une résidence de Marston
    Actualités

    Un incendie dévaste une résidence de Marston

    Rémi Tremblay / 18 avril 2024
  • Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
    Culture Musique

    Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête

    Claudia Collard / 16 avril 2024
  • Happening de pure joie cosmique
    Actualités

    Happening de pure joie cosmique

    Rémi Tremblay / 16 avril 2024
  • La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM
    Actualités Économie

    La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM

    Claudia Collard / 4 avril 2024
  • Un écoquartier planifié à construire voisin de l’OTJ
    Actualités Immobilier

    Un écoquartier planifié à construire voisin de l’OTJ

    Rémi Tremblay / 4 avril 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Pascal-Alain Bergeron

    Gilles Leblanc a été le meilleur professeur que j'ai eu au secondaire.. Ainsi que sa fille, qui m'a enseigné au primaire à Lac-Drolet. Malgré tout l'intimidation que je recevais, mes manquements et etc.. Gilles était le seul prof, et je dit bien le seul, qui ne faisait pas parti des intimidateurs. Merci Gilles

    Répondre 2024-01-28
    1. Un incendie dévaste une résidence de Marston
    2. Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
    3. Happening de pure joie cosmique
    4. La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM
    5. Un écoquartier planifié à construire voisin de l’OTJ
    6. Un Réseau de bains de nature pour la MRC du Granit
    7. Les p’tits Torrieux se soucient peu de l’éclipse!
    Virage numérique sans déraper
    Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. Commis comptable
      Lac-Mégantic
    2. Entretien ménager
      Marston
    3. Électromécanicien
      St-Sébastien
    4. 3 préposé(e)s à l’accueil touristique - 1 agent(e) de sensibilisation aux espèces exotiques envahissantes
      Lac-Mégantic
    5. 2e Employé de voirie
      Val-Racine
    Répertoire des entreprises