Le rail et son capitalisme

À la lumière des évènements troublants de cette saga de la voie de contournement, il appert qu’une suite de circonstances pour le moins inquiétantes a mis en relief la puissance du lobby du rail au Canada. Faudra-t-il relativiser cette notion d’un capitalisme sans restriction des compagnies ferroviaires, notamment le CPKC, où le profit doit régner en roi et maître, au détriment de la sécurité humaine, ainsi que l’ineptie du gouvernement fédéral, lire ici Transport Canada, à agir promptement, et légiférer de façon autoritaire sur la sécurité des gens au Canada. Comme on l’aura constaté dans le documentaire de Philippe Falardeau, et de Nancy Guérin, réparti en quatre épisodes, sur la tragédie de Lac-Mégantic, absolument rien n’a vraiment changé depuis ces 10 dernières années, dans le comportement du gouvernement fédéral (Transport Canada) à agir avec empressement sur la sécurité du rail au Canada, plutôt que de faire des courbettes devant le lobby du rail au Canada et les compagnies ferroviaires qui s’y rattachent. Du moment où un certain ministre Lebel, en 2013, a tout bonnement déclaré, et ce, avec une réelle insolence, qu’il n’y aurait aucune enquête publique sur ce qui s’est avéré être la pire tragédie ferroviaire au Canada, les pièces se sont mises en place sur l’échiquier de l’indifférence (ou de l’impuissance) de Transport Canada. Une tragédie similaire en Europe, ou aux États-Unis, aurait immédiatement été suivie d’une enquête publique, afin de déterminer les circonstances à l’origine d’un accident ferroviaire comportant de nombreuses victimes. Le lobby du rail au Canada est-il devenu puissant à ce point que les morts ne suffisent plus à susciter au niveau des entreprises ferroviaires un état de conscience morale, et d’empathie à l’égard de toutes ces personnes qui ont péri dans cette tragédie, qui en vertu de nombreux faits identifiés, aurait pu être évitée. L’accident ferroviaire de Fields en Colombie-Britannique, en février 2019, où trois employés de Canadian Pacific ont perdu la vie dans une similarité proche de Lac-Mégantic en certains points, illustre le fait que le profit et la rentabilité acquise par tous les moyens supplantent, et de loin, la sécurité humaine. Curieusement, Don Crawford, enquêteur au BST sur le dossier du déraillement à Field, a promptement été retiré de l’affaire par Transport Canada. Dossier clos à ce qu’il semble! Mais où donc se terre Transport Canada dans ces dossiers importants? Mutisme complet sur toute la ligne! Les lanceurs d’alarme chez Canadian Pacific sont traités comme de mauvais employés et, dans certains cas, sont tout simplement congédiés, ceci étant clairement indiqué dans le quatième et dernier épisode de «Lac-Mégantic, ceci n’est pas un accident». Un certain ministre Garneau, au cours de son mandat à titre de ministre de Transport Canada, a même dû plier des genoux et faire marche arrière, ceci deux semaines après avoir fait part d’un contrôle plus sévère sur la sécurité ferroviaire. Dès 2006, un arrêté ministériel du gouvernement du Québec interdisait la prospection minière exactement à l’endroit même où ce projet de voie de contournement élirait domicile. Alors, qu’aura-t-il fallu pour que l’on considère cet arrêté ministériel comme une simple trivialité, et de tasser proprement cet irritant! Ne saurons-nous jamais ce qui se trame derrière les rideaux, entre CPKC et Transport Canada? J’ai posé maintes et maintes fois cette question à Catherine Hudon de Transport Canada, et je n’ai JAMAIS eu de réponse! De surcroit, d’affirmer à qui veut l’entendre, que le tracé proposé est plus sécuritaire, s’avère être une fausseté, en raison du nombre accru de courbes, du nombre beaucoup plus important de wagons, de la vitesse accrue et de l’énergie cinétique déployée beaucoup plus importante (32 fois!), advenant un déraillement.

 
Les mesures d’atténuation proposées dans ce projet insensé disent ce qu’ils disent: nous allons créer un problème mais n’ayez crainte, vous pouvez dormir tranquille, on va l’atténuer! La cellule de crise qui serait à même de coordonner les efforts d’atténuation dans une situation réelle, elle est où au juste? En quoi constitue le plan de contingence dans un tel scénario? Le souvenir de Wakefield, 10 ans après, où les gens sont encore obligés de s’abreuver à l’eau en bouteille, n’inspire-t-il pas un malaise sur un pareil scénario qui pourrait effectivement se produire ici? La possibilité que cela arrive ici n’est que bien trop réelle. Et la lenteur caractéristique avec laquelle le système politique opère n’a rien de vraiment rassurant, s’il est question d’une intervention ponctuelle dans ce dossier!

Il faut sortir le meurtrier du centre-ville! Combien de fois avons-nous entendu ce cri d’alarme de la part de la mairesse de Lac-Mégantic. NON! madame Morin, le meurtrier n’est pas le train! Les coupables sont les gens de Transport Canada qui ont sciemment laissé les compagnies ferroviaires agir au nom de leur cupidité, ignoré crassement les règles les plus élémentaires de la sécurité ferroviaire et tassé sans vergogne la sécurité des gens aux oubliettes. Les coupables sont les gens qui ont volontairement falsifié l’identification de ces produits hautement inflammables en provenance du Dakota du Nord, sur ce train fatidique. Ces combustibles n’auraient jamais transité par Lac-Mégantic, si la nature réelle et véritable de ces produits avait été correctement appelée sur ce convoi! Ce qui a donc malheureusement conduit à la mort et à l’incinération brutale de ces 47 victimes! Les coupables sont les gens qui ont négligé consciemment de remplacer cette locomotive défaillante en tête du convoi fatidique, dont les problèmes mécaniques inhérents à cette locomotive étaient connus. Par conséquent, il serait bon de sortir la tête du sable et de regarder là justement où sont les vrais coupables. Autre point, une locomotive reste un objet inerte de par elle-même, mais elle reste assujettie à la conduite humaine, et aux erreurs conséquentes à ces derniers. La suite d’évènements qui a conduit à cette tragédie n’est imputable justement qu’aux nombreuses erreurs et décisions humaines qui ont mené à cette triste catastrophe, qui va figurer pour longtemps dans les annales des désastres ferroviaires au Canada.
Par conséquent, le nouveau ministre des Transports du Canada, Pablo Rodriguez, le 4e au compteur depuis la tragédie de Lac-Mégantic, saura-t-il redresser la barque (en détiendrait-t-il le pouvoir?) et faire de telle sorte que la sécurité ferroviaire au Canada devienne une réalité tangible, et non pas une farce grotesque comme elle est dans sa forme actuelle. Ou bien ce ministre subira-t-il des contraintes venant de plus haut, qui vont prescrire une énième fois l’inaction, sous le couvert de belles paroles, telle la chanson de Dalida (Paroles, paroles, paroles...). Tout cela reste à voir. Une chose reste certaine, il y aura d’autres tragédies ferroviaires de ce genre au Canada, si rien n’est fait pour apporter un pouvoir véritable à la sécurité ferroviaire et un bémol à cette vision du profit «à tout prix, peu importe les conséquences» du rail, là où l’appât du gain et la rentabilité restent le but ultime, et où l’être humain au final, fait figure de simple dommage collatéral.
 
Roger Venne
Citoyen de Frontenac et membre de la Coalition des Victimes Collatérales (CVC)

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Feu de résidence, rue Champlain
    Actualités Faits divers

    Feu de résidence, rue Champlain

    Rémi Tremblay / 22 février 2024
  • L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie
    Actualités Société

    L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie

    Claudia Collard / 21 février 2024
  • Virage à droite interdit sur feu rouge
    Actualités

    Virage à droite interdit sur feu rouge

    Claudia Collard / 19 février 2024
  • La photographe Geneviève Bureau remporte une médaille d’or
    Culture Photographie

    La photographe Geneviève Bureau remporte une médaille d’or

    Claudia Collard / 19 février 2024
  • Une formation rapide pour joindre les chantiers de construction
    Actualités Éducation

    Une formation rapide pour joindre les chantiers de construction

    Rémi Tremblay / 15 février 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Feu de résidence, rue Champlain
  2. L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie
  3. Sur le chemin des incendies
  4. Virage à droite interdit sur feu rouge
  5. La photographe Geneviève Bureau remporte une médaille d’or
  6. Une formation rapide pour joindre les chantiers de construction
  7. Simon Gouache, Live sur les planches!
Grand chef Metacom
La photographe Geneviève Bureau remporte une médaille d’or
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Employé de voirie et des travaux publics
    Marston
  2. Agent à l’environnement (escouade verte)
    Nantes
  3. Animateur pour le service d’animation estivale de Nantes
    Nantes
  4. Coordonnateur pour le service d’animation estivale de Nantes
    Nantes
  5. Plusieurs postes
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises