Avec pas d’casque

Le 50e anniversaire des Soupapes célébré dans la fête et l’émotion

Le 50e anniversaire des Soupapes célébré dans la fête et l’émotion - Claudia Collard : Actualités Communauté
Renée-Claude Drouin (directrice des Soupapes), Anne-Marie Bergeron Richard en compagnie de ses enfants Evely, Ethan et Elyane, ainsi les membres du conseil d'administration Claude Théberge, Nathalie Gendron (présidente) et Marie-Ève Brochu. (Photo Claudia Colalrd)
Le 50e anniversaire des Soupapes célébré dans la fête et l’émotion - Claudia Collard : Actualités Communauté
La fille de Maurice Richard, Anne-Marie Bergeron Richard, lors du dévoilement de la plaque honifique rendant hommage à son père. Dans l'ordre habituel, ses enfants Evely, Ethan et Elyane. (Photo Claudia Collard)

Le 50e anniversaire d’existence des Soupapes de la Bonne Humeur s’est déroulé dans une ambiance festive le 6 juin, célébrant de belle façon le parcours de l’organisme voué aux personnes présentant un handicap et leurs proches. L’événement rassembleur a été l’occasion d’inaugurer la Salle Maurice Richard, rendant hommage à ce bâtisseur qui a œuvré à la défense des droits des personnes handicapées et de leur autonomie dans chacune des sphères de leur vie.


Né d’un besoin de rassemblement, ce milieu de vie a été créé en 1974 par des gens désireux «d’évacuer leurs soupapes de trop plein du quotidien», relate Nathalie Gendron, présidente du conseil d’administration des Soupapes de la Bonne Humeur, rappelant que la mission de l’organisme consiste à soutenir les familles et personnes vivant avec un handicap, améliorer les différents accès aux services adaptés et de loisirs, être visible dans la communauté par des activités de sensibilisation et œuvrer à la défense des droits et des conditions de vie de ses membres.

«Depuis 50 ans, des gens se sont relayés à différents niveaux; dans l’équipe de travail, à la direction, au conseil d’administration et comme membres des Soupapes. Tous ont été habités par ce désir de promouvoir, de défendre, de faire la place à nos gens vivant avec une situation d’handicap. Nous avons fait beaucoup chemin mais ce n’est pas terminé. Nous avons encore une place à prendre car il reste des besoins à combler», transmet Mme Gendron, également mère d’une jeune adulte participant à la vie des Soupapes.

Inauguration de la Salle Maurice Richard
Moment marquant de l’événement, le dévoilement d’une plaque honorant la mémoire de Maurice Richard (1953-2023) et du même coup de la nouvelle dénomination d’un local d’activités des Soupapes. Des membres de sa famille étaient présents pour l’occasion, dont sa fille, Anne-Marie Bergeron-Richard, qui a livré un vibrant témoignage.

Atteint d’amyothrophie spinale, maladie dégénérative se caractérisant par une perte de force musculaire lente mais continue, Maurice Richard était incapable de marcher depuis ses 30 ans. «Quelqu’un qui l’aurait regardé dans sa chaise roulante aurait évidemment vu une personne limitée.  Ça m›a fait réfléchir. Comment lui, limité dans ses capacités physiques, a pu faire autant pour la défense des droits des personnes handicapées, contribuer à la mise sur pied de plusieurs organismes communautaires offrant des services essentiels à leur autonomie et leur pleine intégration en société? Comment cette personne «infirme» il y a 50 ans a pu contribuer à faire évoluer les mentalités afin qu’il devienne aujourd’hui une «personne en situation de handicap», redonnant ainsi la dignité qui lui est due? Le message de mon père était clair: les personnes handicapées sont des acteurs importants de notre société, ils ont des dons et des talents qui peuvent leur permettre de s’épanouir et de servir les autres.»

Celui qui figure parmi les principaux bâtisseurs des Soupapes de la Bonne Humeur a «rassemblé des gens autour d’une vision d’une société plus juste et inclusive des personnes handicapées. Il a vécu la vie d’un combattant, il a milité et bâti pour permettre aux personnes handicapés de s’émanciper», communique sa fille, faisant aussi mention des «50 ans de victoires» célébrés le 6 juin et l’importance pour l’organisme de poursuivre son engagement afin de faire tomber les barrières du jugement et de l’exclusion.
 
«Par exemple, les personnes avec des limitations fonctionnelles dans nos milieux culturels sont sous ou mal représentées. Les personnes handicapées sont en effet le groupe de minorité visible le plus important en nombre mondialement. Il faut travailler à leur faire plus de place dans notre culture, dans nos milieux de travail, à l’école et qu’ils fassent partie de notre quotidien. Les côtoyer, c›est grandir soi-même», partage Anne-Marie Bergeron-Richard.

En terminant, Nathalie Gendron a souligné l’apport de tous ceux et celles, qui ont permis aux Soupapes de croitre au cours des dernières années. «C’est grâce à ces partenaires, familles et amis que nous avons pu réaliser tant de choses ensemble. Votre contribution va bien au-delà du simple soutien financier. Vous avez été nos alliés, nos amis et nos inspirations. Vos encouragements nous ont poussés à aller de l’avant, même lorsque les obstacles semblaient insurmontables. Votre confiance en notre mission nous a donné la force de persévérer, et pour cela, nous vous en serons éternellement reconnaissants. Que ce soit pour les 50 prochaines années ou au-delà, nous sommes impatients de continuer cette incroyable aventure à vos côtés.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Brocanteur à la recherche d’une relève
    Actualités

    Brocanteur à la recherche d’une relève

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
    Actualités

    Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Le plein d’art à Piopolis cet été
    Culture

    Le plein d’art à Piopolis cet été

    Claudia Collard / 18 juillet 2024
  • Scierie Tech ferme ses portes
    Actualités Économie

    Scierie Tech ferme ses portes

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Clovis a changé la vie de Claude Chapdelaine
    Actualités

    Clovis a changé la vie de Claude Chapdelaine

    Rémi Tremblay / 15 juillet 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Brocanteur à la recherche d’une relève
  2. Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
  3. Le plein d’art à Piopolis cet été
  4. Scierie Tech ferme ses portes
  5. Un Super Beach Party à Saint-Ludger
  6. Moonie's Mood au rendez-vous le 18 juillet
  7. Clovis a changé la vie de Claude Chapdelaine
La lumière jaune
Le plein d’art à Piopolis cet été
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Journalier, chauffeur et opérateur en voirie
    Nantes
  2. Ébouteur
    Woburn
  3. Chauffeur Classe 1 ou 3
    Lac-Mégantic
  4. EMPLOYÉ AUX TRAVAUX PUBLICS
    Frontenac
  5. EMPLOYÉ À L’ENTRETIEN DES PARCS, DES INFRASTRUCTURES ET DES BÂTIMENTS
    Frontenac
Répertoire des entreprises