BANQ

Lorraine G. Poulin: une exposition en héritage

Lorraine G. Poulin: une exposition en héritage - Claudia Collard : Culture

Les enfants de Lorraine G. Poulin, René, Andrée, Danielle et Suzanne en compagnie de son mari, Gaétan Poulin. L'exposition posthume est en montre à la Galerie d’art du CSM jusqu’au 22 mars. Les enfants de Lorraine G. Poulin, René, Andrée, Danielle et Suzanne en compagnie de son mari, Gaétan Poulin. L'exposition posthume est en montre à la Galerie d’art du CSM jusqu’au 22 mars.

Magnifier la réalité en l’imprégnant de douceur et de profondeur. Conférer un regard à la fois fidèle et renouvelé, à la nature comme aux objets du quotidien. Lorraine G. Poulin peignait comme elle vivait: avec doigté et respect. L’exposition posthume qui lui est actuellement consacrée à la Galerie d’art du CSM présente 72 de ces tableaux. Un vibrant hommage au talent de celle qui a réalisé un millier de toiles durant les trente années consacrées à son art.

L’expression artistique de Lorraine G. Poulin date de fort longtemps. «Lorsqu’elle étudiait au Couvent, c’est elle qui dessinait les cartes géographiques pour la classe; elle avait congé de devoirs pour ça», se remémore son mari, Gaétan Poulin. Plus tard, elle mettra son talent au service de l’Écho de Frontenac, comme conceptrice publicitaire. Une tâche entièrement manuelle à l’époque, qu’elle accomplissait avec sa fille Danielle. «On travaillait chacune de notre côté puis on commentait nos résultats respectifs. On avait beaucoup de plaisir», relate-t-elle tout sourire.

La créativité de Lorraine a connu un tournant au début des années 80. «C’est en suivant des ateliers avec Angèle Rivest, une artiste de Val-Racine, qu’elle a renoué avec la peinture. Durant les années qui ont suivi, son loisir s’est transformé en passion», transmet M. Poulin. En 1989, elle complétait un certificat en arts plastiques de l’Université du Québec. Ont suivi diverses formations à l’Atelier des Sables, aménagé chez Diane Boulet et André Tanguay, desquelles ont émergé le «Groupe des 7», créant de nouvelles opportunités de perfectionnement. En plus de Lorraine G. Poulin, le noyau artistique était composé de Diane Boulet, Diane Côté, Diane Roy, Réjeanne Théberge, Ginette Martin et Pierrette Garant.

Au cours de sa carrière artistique, Lorraine a pris part à plusieurs expositions, notamment à chacune des éditions de la Galerie d’art estivale du Centre Mgr-Bonin. Ses œuvres se retrouvent aujourd’hui partout au Québec et même hors des frontières du pays. La région constituait sa plus grande source d’inspiration. «Elle avait toujours sa caméra avec elle. Lorsqu’on était sur la route, il fallait s’arrêter si elle trouvait un endroit à son goût. Une rivière qui tourne, une vieille grange… Ça lui servait de matériel pour un tableau», raconte Gaétan Poulin. Lorsqu’elle peignait, sa concentration n’avait d’égal que son souci du détail. «Elle pouvait passer des heures sur des roches de rivière pour atteindre l’effet désiré.» L’acrylique était sans contredit son médium de prédilection. «Contrairement à l’huile, elle n’avait pas besoin de mettre son tableau de côté pour qu’il sèche avant de pouvoir y retourner. Elle préférait continuer tant qu’elle était dans l’inspiration.» Et si l’inspiration prenait une pause, il en était de même pour la toile. Une des toiles exposée, sa dernière, est inachevée. «Lorraine me disait qu’elle n’était pas finie, qu’il manquait quelque chose», partage Gaétan en montrant un tableau qui semble pourtant complété.

La profondeur et l’aspect lumineux caractérisent tant les natures mortes que les paysages signés Lorraine G. Poulin. «Ma mère disait souvent qu’il faut pouvoir «entrer» dans un tableau», transmet sa fille Suzanne. L’exposition offre aussi un voyage dans l’antre créatrice de l’artiste, dont les tableaux sont placés en fonction de thématiques qu’elle avait elle-même choisies, présentées sur son site internet, lorrainegpoulin.com. «Elle avait choisi de classer ses œuvres ainsi et il était important pour nous de respecter ce qu’elle aimait», ajoute Suzanne, qui en profite pour souligner le précieux apport des membres de la Commission des arts, de la culture et du patrimoine qui ont contribué à l’installation de l’exposition, qui se poursuit jusqu’au 22 mars.

Les tableaux sélectionnés proviennent exclusivement de collections privées, prêtées par des membres de la famille de Lorraine G. Poulin. Les toiles en montre permettent de redécouvrir les paysages de la région, qui composent la signature de l’artiste prolifique. D’ailleurs les «Poulin» étaient très prisés des visiteurs en quête d’un souvenir de leur visite à Lac-Mégantic. «La plupart des tableaux représentant des endroits représentatifs de la ville, comme le parc des Vétérans, ne se trouvent pas dans l’exposition parce qu’ils ont été vendus», transmet sa fille Suzanne. Une présentation numérique intégrée à l’exposition livre toutefois un aperçu de ces scènes typiquement méganticoises.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
  2. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
  3. Nouvelles mesures à la plage
  4. Sept ans après: un devoir de mémoire
  5. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  6. Début de l’autocueillette
  7. Chantier du Pont de fer
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises