L’instinct de survie de Gabriel Filippi

L’instinct de survie de Gabriel Filippi - Rémi Tremblay : Actualités

Sa passion pour la montagne a amené Gabriel Filippi sur six des Sept sommets du monde. Au plus haut que l’être humain peut monter entre ciel et terre.

«Il n’y a pas de plus grand dépassement de soi que de grimper la montagne», a-t-il entendu de la bouche de son tout premier guide de montagne, Marcello. Gabriel Filippi, lui le double conquérant de l’Everest et de cinq autres des Sept Sommets du monde, l’admet volontiers aujourd’hui… «J’ai découvert l’alpinisme à un moment où il ne se passait pas grand-chose dans ma vie. Je dois mon gagne-pain et ma vie aux montagnes…» Toute une vie racontée dans Instinct de survie, l’histoire de ses incroyables succès et de ses deuils poignants sortie cette semaine chez Guy St-Jean éditeur.

Version française de The Escapist: Cheathing Death on the World’s Highest Mountains paru un jour plus tôt chez HarperCollins Publishers Ltd., Instinct de survie traverse au fil du récit une vie que le Méganticois d’origine avoue ne pas avoir eu facile, avec des défis souvent surhumains qu’il se devait de relever.

«Je parle rarement de mon père. Je ne pense jamais à lui sur la montagne. Pourtant, certaines personnes, dont ma femme, vous diraient que la raison pour laquelle je cherche à me dépasser jusqu’à frôler la mort, simplement pour gravir une «montagne stupide», est une manière d’accomplir inconsciemment quelque chose de plus grand que ce que mon père n’a jamais attendu de moi», confie-t-il, au premier chapitre. Prologue à une vingtaine d’années d’aventures qui l’ont souvent mené à défier la mort. Un récit habilement ficelé par le journaliste et écrivain Brett Popplewell.

Le fils de Claire Charbonnier est aujourd’hui l’un des plus grands alpinistes du Canada. Il a sa propre entreprise, The Dream Team, et donne des conférences partout au Québec, communiquant ainsi sa passion à l’aide des témoignages de sa propre vie, tracée par une détermination sans pareille à repousser ses limites et à affronter ses peurs avec courage.

Ces derniers mois et encore aujourd’hui, le Méganticois grimpe les montagnes pour le tournage d’une série de capsules à Jeep.ca et Discovery Channel.

Attrapé lundi avant un vol pour Toronto, Gabriel Filippi part en tournée de promotion de son livre en toute confiance. Sa conjointe, Annie, venait de terminer la lecture du livre peu après trois heures du matin. «On voulait un «page turner», avec une fin de chapitre forte et le début d’un autre tout autant. Il y a plein de messages là-dedans. Chacun va s’y retrouver personnellement.»

Dans ce monde où les gens n’entretiennent plus l’instinct comme guide, le livre de Gabriel Filippi va au-delà de la conférence d’affaires. Il touche le lecteur dès les premières pages. Et s’il lui reste encore le massif Vinson à conquérir pour couronner sa quête des Sept sommets, l’alpiniste qui vient de fêter ses 56 ans compte bien y parvenir en 2018. «Je l’ai encore en tête ! Tant que mon corps va me permettre de grimper, je vais le faire. C’est mon oxygène, j’en ai besoin», admet-il, bien davantage que la vue des cônes orange et des chantiers qui paralysent la situation à Montréal où il pose ses sacs entre deux excursions.
«Mon instinct à moi me dicte de vivre le plus à fond que je le peux. Mon message : que les gens apprécient la vie au maximum !»

Il décrit sa mère, Claire, comme «la personne la plus forte et la plus douce que je connaisse.» Il a pris l’habitude de l’épargner des souffrances et des malheurs qu’il a vécus au cours de ses expéditions. «On est mieux de ne pas le savoir sur le coup. De toute façon, je prie tous les jours pour lui», dit Claire, plutôt à l’aise avec cette façon qu’a son désormais célèbre fils à la protéger des moments d’angoisse que doit vivre sa famille rapprochée, chaque fois que Gabriel répond à l’appel des montagnes.

Extrait du livre: «Lorsqu’on commence à gravir des montagnes et qu’on éprouve cette émotion, on ne peut plus s’en débarrasser. Ce n’est pas seulement un sport; c’est une démarche spirituelle qui nous transforme. On en vient à mieux se connaître et on veut découvrir de nouveaux endroits. C’est différent avec chaque montagne…». Mais l’Everest, qu’il a conquis par les deux versants, représente une expérience unique pour l’alpiniste. «Les gens disent que l’Everest est particulier parce que c’est le plus haut sommet, mais il y a ici quelque chose qu’on ne voit nulle part ailleurs. Sur d’autres montagnes, il n’y a que des alpinistes, alors que celle-ci attire toutes sortes de gens. Chacun vient ici pour des raisons différentes, soit pour gravir la montagne, soit pour l’admirer, tout simplement. Elle est plus grande que tout.»
Gabriel Filippi mène sa vie à fond; s’il a souvent été hanté par l’image des corps de ses confrères et consœurs alpinistes qui sommeillent pour l’éternité sur les flancs des plus hauts sommets du monde, il a réglé le malaise avec les amis et les professionnels qui le supportent, lui l’humble gardien des âmes qui errent entre le ciel et la terre!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
  • C'est la fin pour le Centre récréatif
    Actualités

    C'est la fin pour le Centre récréatif

    Rémi Tremblay / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Nouvelles mesures à la plage
  2. Sept ans après: un devoir de mémoire
  3. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  4. Début de l’autocueillette
  5. Chantier du Pont de fer
  6. Montignac rend hommage à ses finissants
  7. Mesures de déconfinement estival
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises