Réflexion sur l'Espace de mémoire: un processus en faveur du rétablissement

Réflexion sur l'Espace de mémoire: un processus en faveur du rétablissement - Claudia Collard : Actualités

Les membres du comité de l’Espace de mémoire Fabienne Joly, Liette Duquette, Élise Nault-Horvath, Marianne Fillion et Richard Custeau. Absents de la photo : Mélanie Gagné ainsi qu’un eprésentant du conseil municipal de Lac-Mégantic, qui sera déterminé après les élections du 5 novembre.

Un endroit à la fois sobre et vivant. Un lieu pour s’arrêter et se souvenir. Qui démontre la joie et témoigne de la résilience de la communauté. Ces idées et d’autres qui s’ajouteront composeront les bases d’une réflexion amorcée par le comité chargé de définir l’Espace de mémoire, qui prendra place sur l’ancien site du Musi-Café. Un processus qui, au-delà du résultat, revêt déjà une importance capitale en faveur du rétablissement.

Les membres du groupe de travail rencontrés mardi ont tous le souci du bien commun et une raison bien personnelle de s’impliquer. Représentant des familles endeuillées, Richard Custeau, dont le frère Réal est décédé dans la tragédie, souhaite parler au nom de tous ceux qui ont perdu un proche le
6 juillet 2013.«Je veux me consacrer à 100% dans ce comité. Beaucoup d’idées ont été déjà émises par les familles endeuillées et mon objectif est d’amener ces idées à prendre le bon chemin pour que ces familles soient satisfaites.»

Représentante des citoyens, Liette Duquette se sent très concernée par la création de l’Espace de mémoire. «Peut-être parce que je représente une partie de la population plus âgée, qui est affectée par la perte de repères. On souhaite un lieu pour se retrouver. Pas pour pleurer mais plutôt se souvenir d’une façon plus joyeuse.»

Policière pour la Sûreté du Québec de la MRC du Granit, Marianne Fillion représente les premiers répondants (policiers, pompiers et ambulanciers) au sein du comité. Un rôle qui lui tient à cœur, d’autant plus qu’elle est originaire de la région. Même si son rapport à la tragédie était plus chargé affectivement que pour un répondant de l’extérieur, elle relate que ses énergies ont été concentrées sur la tâche à accomplir. «Je ne me suis pas arrêtée à me demander comment je me sentais; je n’avais pas le temps», partage celle qui veut que l’Espace de mémoire témoigne de la capacité d’une communauté à se relever, pour que l’image de Lac-Mégantic surpasse celle de la tragédie. « Il est important de montrer qu’on est passé à travers. On n’oublie pas le passé mais on avance. Tout le monde a cheminé et on peut être fiers d’être rendus là. L’idée est de se rappeler le passé, pas avec douleur mais plutôt avec fébrilité, comme le font les enfants qui se remémorent un bon souvenir», ajoute Mme Fillion.

«Rien n’est encore décidé, mais une chose est certaine, nous ferons de notre mieux pour créer un lieu favorisant le recueillement et une structure permanente afin de faciliter les rencontres et échanges. Ce sera un lieu pour se souvenir mais aussi pour y vivre», a transmis par voie de communiqué la représentante des citoyens Mélanie Gagné, absente lors du passage de l’Écho. En plus d’un représentant du conseil municipal de Lac-Mégantic, qui sera choisi au terme des élections du 5 novembre, le comité de travail compte sur la présence d’Élise Nault-Horvath de l’équipe de proximité et de Fabienne Joly du Bureau de reconstruction.

«C’est le processus qui est le plus important à ce stade-ci et on est présents en soutien à ce processus. On est là pour soutenir la participation citoyenne, le rétablissement à long terme de la communauté», précise Mme Nault-Horvath. Elle et Mme Joly sont toutes deux arrivées ici après la catastrophe, ce qui leur confère un regard qui ajoutera une autre dimension à la réflexion. «Ça permet d’avoir plus de distance tout en ayant les pieds dedans. On voit mieux à quel point la communauté s’est relevée depuis juillet 2013», ajoute l’intervenante du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, installation du Granit, en poste ici depuis septembre 2013. «Le projet d’Espace de mémoire, c’est très significatif pour les gens qui ont vécu la tragédie, mais il peut aussi interpeller les nouveaux arrivants», laisse entendre pour sa part Fabienne Joly.

Cette dernière invite toute personne ayant des idées susceptibles d’intéresser le comité de communiquer avec un de ses membres. «On souhaite que les grandes lignes du projet soient présentées au public pour les commémorations du 5e anniversaire, le 6 juillet 2018», termine Mme Joly.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Voies ferrées: le Bloc demande des actions immédiates au ministre Garneau
    Actualités

    Voies ferrées: le Bloc demande des actions immédiates au ministre Garneau

    Rémi Tremblay / 13 juillet 2020
  • Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!
    Actualités

    Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!

    Rémi Tremblay / 10 juillet 2020
  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Mario Pouliot

    L'idée de cet Espace de mémoire est certainement une bonne chose mais je ne vois pas comment on peut sérieusement envisager une telle réalisation tant et aussi longtemps que nous n'aurons aucun engagement formel qu'une voie de contournement ferroviaire deviendra une réalité ou au moins un engagement ferme qu'elle sera un jour une réalité. Je ne le souhaite pas mais tant que la voie ferrée passera par le centre de notre ville, la possibilité d'un nouveau déraillement est toujours un risque auquel on ne peut échapper. Les simples lois de la physique font en sorte qu'un convoi ferroviaire parti à la dérive va encore dérailler au même endroit puisque c'est l'endroit où la voie ferrée est la plus basse. De plus la courbe de la nouvelle voie ferrée est encore plus prononcée que celle où les wagons assassins ont pris 47 vies parmi nos proches en 2013. Et puis on nous affirme depuis longtemps que le nombre de convois dangereux va se multiplier d'année en année tant que nous consommerons du pétrole. Quand on aura 20 fois plus de convois on multipliera par 20 les possibilités d'accidents majeurs. Et puis je ne me vois pas aller me recueillir dans un Espace de mémoire pendant que des convois de matières dangereuses défileront, de plus en plus nombreux et de façon arrogante, à mes côtés, dans mon dos ou devant moi, en criant en plus, très fort, pour signaler son odieuse présence et pour troubler nos pensées. Dans mon esprit l'Espace de mémoire envisagé ne convient pas à l'endroit envisagé tant qu'il y aura des rails qui couperont le cœur de notre ville. Et si on pouvait demander aux victimes où elles espèrent voir un espace où on pourrait méditer sur leurs sorts je suis convaincu qu'elles diraient "n'importe où, sauf près d'une voie ferrée aussi achalandée qu'achalante".

    Répondre 2017-11-01
    1. Voies ferrées: le Bloc demande des actions immédiates au ministre Garneau
    2. Grand lac St-François : corps du jeune homme retrouvé
    3. Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!
    4. Le parc de Frontenac ouvert aux baigneurs
    5. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
    6. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    7. Nouvelles mesures à la plage
    Docile ou non?
    Festival virtuel pour Songe d’été en musique
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. Directeur du développement
      Lac-Mégantic
    2. Inspecteur(trice) en bâtiment et en environnement
      Stornoway
    3. Plusieurs postes disponibles
      St-Gédéon
    4. Préposée aux bénéficiaires
      Lac-Mégantic
    5. Préposée au service
      Lac-Mégantic
    Répertoire des entreprises