La future caserne incendie aurait un net potentiel touristique

La future caserne incendie aurait un net potentiel touristique - Claudia Collard : Actualités

L’emplacement de la future caserne permettrait d’éventuels aménagements aux abords de la Chaudière pour les citoyens.

La promesse de vente du terrain de la rue Komery appartenant à la compagnie ferroviaire Central Maine & Quebec (CMQ) à la ville de Lac-Mégantic en vue de la construction de la nouvelle caserne incendie est signée. Ne reste que l’acte de vente proprement dit, une transaction d’environ 24 000$. Quant à la décontamination, le rapport de caractérisation qui vient d’être complété sera suivi du montage du dossier en vue de l’obtention du permis de construire par le ministère de l’Environnement. Les travaux de décontamination seraient pour leur part admissibles à une subvention.

Ces informations ont été transmises lors d’une seconde rencontre d’information publique sur la caserne, tenue le 20 février avant la séance du conseil. La directrice générale de la Ville, Marie-Claude Arguin, a notamment expliqué, qu’en regard de la tragédie, le programme d’aide gouvernementale provinciale s’applique à l’intérieur d’un certain périmètre et pour un temps limité, «pour des projets générant de l’activité économique».

Or, la future caserne présenterait un net potentiel, tant en matière touristique que sur le plan de l’achalandage commercial. «Les touristes qui viennent à Lac-Mégantic ont deux questions principales: Où était le Musi-Café avant et il est où maintenant? Ils sont où nos pompiers qu’on puisse leur serrer la main? L’agencement du nouvel emplacement du Musi-Café et la construction de la caserne va devenir un attrait touristique qui, par défaut, va générer de l’activité économique vers les promenades Papineau. Et on espère qu’avec le circuit des sculptures, les gens vont migrer vers Fatima et continuer à supporter les nouveaux commerces qui se sont installés dans le secteur. Ce n’est pas un argument qu’il faut prendre à la légère», a communiqué Mme Arguin.

Outre ces considérations, l’emplacement choisi est préférable au secteur du parc industriel, a fait valoir la directrice générale de la Ville. «Tout ce que ça prendrait, c’est, par exemple, un 53 pieds de chez Bestar en train de reculer, qui pourrait faire perdre de précieuses minutes au niveau du temps de réponse. Les pompiers devraient soit attendre, soit rebrousser chemin et reprendre les axes principaux.» Une vidéo a été diffusée le soir de la séance d’information, montrant qu’il est relativement aisé pour le camion échelle de tourner sur Papineau à partir de la rue Komery. Une situation qui risque de rarement se présenter, a toutefois spécifié le directeur du service incendie Denis Godin. «Dans 99% du temps, on passe sur la rue Frontenac; la rue Papineau est une rue secondaire pour nous. On passe par la rue Frontenac, qui donne accès à la rue Dollard, où on a le plus souvent d’interventions. Autrement on passe par les rues Agnès et Salaberry.»

Autre inquiétude des citoyens, une vue sur la rivière obstruée pour la clientèle du Musi-Café. Plan d’implantation à l’appui, Mme Arguin a démontré que ce ne serait pas le cas. «De plus, sur le terrain où sera construite la caserne, il reste encore beaucoup de place entre le stationnement et la rivière. Si le conseil municipal décide que la population veut retrouver l’accès à  la rivière, ce sera possible de le faire.»

Marie-Claude Arguin ajoute que, dans les plans et devis, on s’est assuré du respect des nouvelles normes concernant la gestion des eaux de surface afin d’éviter leur déversement dans la rivière. Les eaux de pluie et celles provenant du dégel de la neige seront d’une part absorbées et d’autre part déviées vers le bassin de sédimentation situé en bas du Musi-Café.

Les plans et devis de la future caserne sont complétés. Suivront leur approbation par le conseil municipal et leur présentation au Comité consultatif d’urbanisme.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un milieu extraordinaire, celui des soins palliatifs!
    Actualités

    Un milieu extraordinaire, celui des soins palliatifs!

    Rémi Tremblay / 24 février 2021
  • La tragédie a engendré des dépenses de 129 M$
    Actualités Municipalité

    La tragédie a engendré des dépenses de 129 M$

    Claudia Collard / 23 février 2021
  • Pas de confinement pour les services de La Bouée
    Actualités Société

    Pas de confinement pour les services de La Bouée

    Claudia Collard / 22 février 2021
  •  Les salariés du Maxi réclament le retour de la prime COVID
    Actualités Économie

    Les salariés du Maxi réclament le retour de la prime COVID

    Claudia Collard / 18 février 2021
  • Une relâche avec des adoucissements
    Actualités Santé

    Une relâche avec des adoucissements

    Rémi Tremblay / 18 février 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Mario Pouliot

    Je ne connais pas de touristes qui se ruent dans les villes pour voir des casernes de pompiers. D'après moi ça doit exister mais c'est sûrement très rare. À la limite ce serait 4 ou 5 touristes par année. Par contre un resto-bar sur le site de l'ancien restaurant L'Auberge et le bar adjacent aurait été un lieu tout désigné pour attirer des milliers de visiteurs. Je n'ai jamais compris pourquoi la ville avait cédé cet espace pour un salon de beauté qui pouvait s'installer n'importe où en ville sans que ça change quoi que ce soit au niveau de sa fréquentation. On dirait que les dirigeants de la ville n'ont pas conscience de la valeur attractive de notre beau lac. Il me semble que tous les terrains avec vue sur le lac et longeant le Boulevard des Vétérans auraient dû être réservés à des entreprises à vocation touristique; des hôtels, des restaurants, des bars avec terrasses et autres. Est-ce qu'on va mettre les salons de beauté et les coiffeurs et coiffeuses sur le bord du lac et mettre les terrasses des restaurants ou des bars sur la rue Frontenac, là où on ne s'entend plus parler quand certains véhicules passent à un ou deux mètres de nous.

    Pour en revenir à la nouvelle caserne des pompiers, si la voie de contournement ferroviaire ne se réalise pas bientôt, cette caserne pourrait se retrouver en droite ligne du prochain train qui déraillera dans notre centre-ville. Cette caserne ne serait alors d'aucune utilité. Je préfèrerais la voir dans le parc industriel, dans un coin à l'abri des déraillements de trains. D'ailleurs je crois que la majorité des incendies qui exigent la présence des pompiers surviennent dans le parc industriel. Ça me semble être l'endroit tout désigné pour une caserne de pompiers et ce n'est pas l'espace qui manquerait si on devait un jour agrandir la caserne quand la population de la ville passera à 15 ou 20 milles âmes, comme certains en rêvent ou croient qu'on en arrivera là, dans quelques années. (???)

    Répondre 2018-03-07
    1. Un fort énorme!
    2. Un milieu extraordinaire, celui des soins palliatifs!
    3. La tragédie a engendré des dépenses de 129 M$
    4. Pas de confinement pour les services de La Bouée
    5. Les salariés du Maxi réclament le retour de la prime COVID
    6. Une relâche avec des adoucissements
    7. Le bois et ses métiers
    La transparence avant l’argent!
    Marie-Lumière, ou le droit de guérir autrement
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. MÉCANICIEN D’ENTRETIEN / soudeur (SCIERIE BOIS FRANC)
      Lambton
    2. Secrétaire de gestion
      Lac-Mégantic
    3. Opérateur de travaux publics
      Nantes
    4. Aviseur technique
      Lac-Mégantic
    5. Préposé(e) serveur(euse)
      Lac-Mégantic
    Répertoire des entreprises