Bénévoles Lac en fête

Il nous faudra payer un jour!

Loin de moi l’idée de débuter un débat médiatique, mais je veux tout simplement prendre le temps de m’exprimer.

Tout d’abord, si le tracé de la voie de contournement ferroviaire est réalisé tel qu’on nous l’a présenté lors de notre rencontre, ce sera la troisième fois que nous aurons à vivre une expropriation.

La première fois, dans les années 70, pour l’élargissement de la route 204. À ce moment-là, il nous était facile de comprendre que c’était une amélioration nécessaire pour le mieux-être de tous. Quoique le règlement de cette expropriation a été très décevant, compte tenu que le gouvernement nous prenait quatre acres de belle prairie.

La deuxième fois que nous avons eu à céder encore une autre partie de notre terre, c’était pour la voie de contournement routière, le prolongement de la 161. Encore une fois, nous comprenions le besoin de ce projet pour réduire le trafic en ville et rendre le parc industriel plus facilement accessible aux poids lourds. Cette fois, c’est presque huit acres qu’ils nous ont pris.

À vous, M. Pouliot (Opinion de Mario Pouliot- Il se trouvera toujours des mécontents!, en page 4 de notre édition du 25 mai 2018) qui croyez que les propriétaires seront largement compensés, avez-vous déjà été exproprié et largement compensé? Si oui, j’aimerais avoir le nom de votre avocat, car ce ne fut pas le cas pour nous, pour ni l’une ni l’autre des expropriations. Laissez-moi vous dire que nous avons eu un avocat qui travaillait prétendument en notre faveur auprès du Ministère. Un jour, il nous téléphone et nous demande de nous rendre à Sherbrooke pour 13h30 (donc, vous le devinez, nous avons dîné au resto) nous disant qu’il avait une très bonne offre à nous faire pour finaliser le dossier. Tenez-vous bien, il avait ajouté… 50$ ! Incroyable mais vrai. C’est là que j’ai vu qu’une tête sur les épaules pouvait servir parfois qu’à séparer les deux oreilles!

Mais cette fois-ci, cette expropriation est loin d’être logique. Il ne faut pas oublier que la voie actuelle est la «mère» de la ville, tout comme la plupart des voies ferrées ont fait naître villes et villages.

Voilà plus de 100 ans, si la voie ferrée avait passé où le nouveau tracé est proposé, bien, c’est là que se serait développée la ville, il ne faut pas se le cacher. Le trajet proposé est complètement insensé, pas nécessairement parce qu’il passe chez nous, mais à cause des contraintes, ce qui fait que la somme de 133 millions $ prévue à cette fin ne sera jamais suffisante, et de très loin!

Seulement sur la portion de notre terrain convoité, il y a un dénivelé d’environ 100 pieds entre le point le plus bas du tunnel qui passerait sous la route 204 pour aller rejoindre le haut de nos terres, en direction de Frontenac. On prévoit actuellement un canal qui scindera nos terres en entier, en atteignant une profondeur allant jusqu’à 70 pieds. Entre nous, imaginez l’hiver avec les tempêtes de neige! S’ils sont capables de creuser dans le cap un ravin aussi prononcé en hauteur et en largeur, ils sont certainement capables de corriger la voie existante et la rendre sécuritaire, et ça à moindre prix.

Si les trains avaient encore eu le droit de dormir au centre-ville, à la gare tel qu’auparavant, la tragédie comme on la connaît n’aurait jamais eu lieu et moi, j’aurais encore mon petit-fils, tout comme les autres familles auraient encore leurs êtres chers. À qui la faute?

Comme on a permis au train de se stationner à Nantes au lieu du centre-ville, cela aurait dû être un devoir, voire même une obligation de s’assurer que le train y soit laissé de façon sécuritaire.
En mai 2017 se tenait un BAPE et la recommandation a été de favoriser le statu quo ou le statu quo amélioré. Le vote de la population a été de 68% contre la construction d’une nouvelle voie de contournement. J’ai de la misère à comprendre qu’un ou une mairesse travaille pour la minorité. À quoi cela a servi de payer pour cette étude et de ne pas suivre les recommandations?

Réparer et entretenir la voie actuelle ne change rien pour personne, car ceux et celles qui se sont installés près d’elle le sont en toute connaissance des lieux et ils ont, par choix, décidé d’acheter ou de se bâtir à cet endroit. Personne ne les a forcés, ce qui n’est pas le cas pour les expropriés.

Lors de notre convocation, afin de nous informer que les premiers ministres viendraient annoncer qu’ils donnaient le feu vert à la construction, j’ai fait la remarque que la fameuse courbe du centre-ville avait été réparée, mais avec une courbe encore plus prononcée. Madame la Mairesse m’a mentionné : «oui, mais c’est temporaire!» Ma question est : est-ce que même temporaire, on peut se permettre de mettre en péril la vie des gens et détruire encore plus?

Pour moi, faire un nouveau trajet au lieu d’investir sur la voie actuelle, c’est un peu comme si on me faisait une chirurgie à l’épaule alors que j’ai besoin d’un genou ! C’est le cas de le dire : c’est être à côté de la «track»!

Ce dont le transport ferroviaire a besoin, c’est d’être soumis à des règles de sécurité rehaussées et sévèrement sanctionnées en cas de non respect et non d’une nouvelle voie de contournement.
Si toutes ces conditions avaient été en place, la tragédie du 6 juillet 2013 n’aurait jamais eu lieu. Donc, ce n’est pas tant en raison de la qualité de la voie ferrée que du fait qu’il y a eu plusieurs négligences qui a occasionné le désastreux résultat que nous déplorons et que nous payons tous très cher!

C’est facile de toujours augmenter les taxes, mais le citoyen, lui, m’a qu’un choix : payer, sinon… Il ne faut pas faire l’autruche et se planter la tête dans le sable, il nous faudra payer la facture un jour. À quand un gouvernement, qu’il soit fédéral, provincial, régional ou municipal, en verrons-nous un dépenser notre argent comme s’il sortait de sa poche?

Yolande Boulanger

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Violence sexuelle et violence conjugale: projet pilote de tribunal spécialisé
    Actualités Politique

    Violence sexuelle et violence conjugale: projet pilote de tribunal spécialisé

    Rémi Tremblay / 17 août 2022
  • Parcours photographique empreint d’humanité
    Culture

    Parcours photographique empreint d’humanité

    Claudia Collard / 2 août 2022
  • Signalement environnemental dans le lac Mégantic
    Actualités Environnement

    Signalement environnemental dans le lac Mégantic

    Rémi Tremblay / 16 août 2022
  • Simon Gouache ose le risque
    Culture Humour

    Simon Gouache ose le risque

    Claudia Collard / 16 août 2022
  • Pluies torrentielles
    Actualités

    Pluies torrentielles

    Rémi Tremblay / 15 août 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Réal Béland en formule intime
  2. Violence sexuelle et violence conjugale: projet pilote de tribunal spécialisé
  3. Parcours photographique empreint d’humanité
  4. Signalement environnemental dans le lac Mégantic
  5. Simon Gouache ose le risque
  6. Musique aux Sommets du 19 au 21 août
  7. The Strings en spectacle
Aux portes de l’abdication
Parcours photographique empreint d’humanité
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Opérateurs de Production
    Lac-Mégantic
  2. cuisinier(ère)
    Lac-Mégantic
  3. Préposé(e) Serveur(euse)
    Lac-Mégantic
  4. Opérateur de machinerie lourde- mécanicien-journalier
    Lac-Drolet
  5. Employé de voirie
    Sainte-Cécile-de-Whitton
Répertoire des entreprises