Oscar Brochu

Ententes intermunicipales en loisirs: Nantes ouverte à la négociation mais...

Ententes intermunicipales en loisirs: Nantes ouverte à la négociation mais... - Rémi Tremblay : Actualités

Le maire de Nantes, Daniel Gendron

Le maire de Nantes, Daniel Gendron, ne ferme surtout pas la porte à une participation financière à l’entente en loisirs concernant le Centre sportif Mégantic et le centre de ski de Baie-des-Sables, mais il se refuse d’hypothéquer sa municipalité à hauteur des 153 678$ demandés par la Ville de Lac-Mégantic pour intégrer le groupe des sept municipalités signataires. «Je comprends que c’est un équipement (le CSM) qui coûte cher, un équipement régional qui doit rester ouvert, mais à un moment donné il y a la capacité de payer dont il faut se rendre compte aussi», dit-il, manifestement ouvert à un retour à la table des négociations.

Sa municipalité de 1450 personnes compte parmi les plus pauvres de la MRC du Granit, rappelle-t-il. «Là-dessus, plus de la moitié sont des personnes âgées qui n’utilisent pas le CSM. Au village, on a deux personnes qui l’ont utilisé l’an passé, le reste, ça vient de Laval-Nord ou proche de Laval-Nord», ajoute le maire, en tenant compte des participants au programme de remboursement des frais d’utilisation mis en place après la fin de l’entente initiale, en 2022. Un programme qui a coûté 27 000 $ à la municipalité. 

L’offre de la Ville, «c’est beaucoup de sous», juge-t-il, considérant l’impact sur le compte de taxes de ses contribuables. «De leur dire qu’on va augmenter leur compte de taxes de 8¢ à 10¢ la première année, d’un autre 5¢ l’année d’après et d’un autre 6¢ pour la troisième année, je ne suis pas sûr que l’augmentation aurait bien passé. »

La sortie de Nantes de l’entente en loisirs a été signifiée à la Ville par voie de résolution, adoptée à l’unanimité le 12 décembre 2023, tout en précisant que la municipalité était consciente de l’importance de l’infrastructure régionale en matière d’offre d’activités sportives. Sa contre-offre de 70 000$ a été refusée par la Ville.

Au cours des négociations, à l’automne 2023, les trois municipalités voisines de Lac-Mégantic, Nantes, Frontenac et Marston, ont demandé que ce soit une firme de gestion qui soit appelée à gérer le Centre sportif. «Ça nous a été catégoriquement refusé», affirme Daniel Gendron. «On a posé des questions sur les quelque 550 000$ versés en salaire, mais ça fait partie des dépenses de la Ville d’engager du personnel et on n’a pas un mot à dire. Sur les investissements à prévoir au bâtiment, on n’aurait pas grand-chose à dire non plus, mais il faudrait payer la note!»

L’idée de reconnaître le Centre sportif Mégantic comme infrastructure régionale et d’en confier les rênes à un comité tout aussi régional pourrait être une solution à l’équilibre à trouver entre le coût de l’infrastructure et la capacité de payer des contribuables. «J’ai voulu rencontrer le député provincial (François Jacques) pour ça, mais il n’a pas voulu. Il m’a dit que ça ne le regardait pas, que c’était un dossier municipal. Maintenant, quand les municipalités ne seront plus capables de payer, parce que le gouvernement n’arrête pas de pelleter des choses dans leur cour, qui devra faire quoi?»

Le maire insiste, Québec doit revoir le mode de taxation des municipalités. «Lors d’une rencontre entre le premier ministre Legault avec 35 maires de la circonscription, au CSM, je lui avais posé la question : quand est-ce que le mode de taxation des municipalités va changer, parce qu’on dépend juste de la taxation et rien d’autre. Si les citoyens ne payent pas, on n’a pas d’argent. J’avais jusqu’à 70 000$ de comptes en souffrances l’automne passé. Parce que les citoyens ne sont plus capables. Tout a augmenté, le gaz, l’épicerie.»

La dépendance des villages à l’égard de la ville et de la ville à l’égard des villages, il comprend très bien. «À l’époque où j’étais conseiller à la Ville, on avait fait faire une étude. Il y a 65% du monde qui travaille dans le parc industriel (à Lac-Mégantic), les autres ne sont pas de Mégantic. Si les citoyens autour ne sont pas là, il n’y a pas de ville; et si la ville n’est pas là, les citoyens autour ne sont pas là non plus. On est pris avec une patate chaude.»

Entre-temps, la municipalité de Nantes maintient son offre de 70 000$ pour la première année, avec une indexation maximale de 2% par année. Et un souhait, la constitution d’un comité pour le développement et les orientations du CSM et du centre de ski sur lequel la municipalité de Nantes siègerait.

Faisant référence à un article de l’Écho du 26 janvier dernier dans lequel la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, indiquait que la balle était maintenant dans le camp de Nantes, Daniel Gendron rétorque : «Je ne suis pas sûr que la balle est totalement dans notre camp. C’est peut-être juste une fausse balle et avant que ça devienne trois prises, il va falloir s’asseoir et discuter plus sérieusement. Quand c’est rendu que tu lis dans le journal qu’il va falloir des tarifs supplémentaires pour les joueurs de hockey qui viennent de l’extérieur (de Lac-Mégantic), et au baseball, pas sûr!»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un incendie dévaste une résidence de Marston
    Actualités

    Un incendie dévaste une résidence de Marston

    Rémi Tremblay / 18 avril 2024
  • Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
    Culture Musique

    Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête

    Claudia Collard / 16 avril 2024
  • Happening de pure joie cosmique
    Actualités

    Happening de pure joie cosmique

    Rémi Tremblay / 16 avril 2024
  • La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM
    Actualités Économie

    La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM

    Claudia Collard / 4 avril 2024
  • Un écoquartier planifié à construire voisin de l’OTJ
    Actualités Immobilier

    Un écoquartier planifié à construire voisin de l’OTJ

    Rémi Tremblay / 4 avril 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Un incendie dévaste une résidence de Marston
  2. Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
  3. Happening de pure joie cosmique
  4. La Ville demande à la SAQ de réaccepter les cartes LM
  5. Un écoquartier planifié à construire voisin de l’OTJ
  6. Un Réseau de bains de nature pour la MRC du Granit
  7. Les p’tits Torrieux se soucient peu de l’éclipse!
Virage numérique sans déraper
Noé Lira : quand l’activisme prend de airs de fête
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Commis comptable
    Lac-Mégantic
  2. Entretien ménager
    Marston
  3. Électromécanicien
    St-Sébastien
  4. 3 préposé(e)s à l’accueil touristique - 1 agent(e) de sensibilisation aux espèces exotiques envahissantes
    Lac-Mégantic
  5. 2e Employé de voirie
    Val-Racine
Répertoire des entreprises