Un conseil de transition

Un exercice pas si simple pour les membres du conseil municipal actuel d’apposer leur propre signature sur la reconstruction de Lac-Mégantic. Un an après l’arrivée au pouvoir de tous les nouveaux conseillers et du maire, on doit encore constater que l’ombre de Colette Roy Laroche et de son administration plane toujours. Et c’est bien involontaire de sa part, croyez-le. Le maire Jean-Guy Cloutier et son équipe font tout en leur possible pour donner à la relance une direction qui leur est propre, mais, on l’a bien vu ces derniers jours, l’attention médiatique réclame encore et encore l’ancienne mairesse sous les projecteurs. Une liaison presqu’amoureuse cultivée au fil des ans qui ne s’effrite pas malgré le temps qui passe. Une évidence cette impression que les équipes de télé qui débarquent en ville pour la couverture d’événements cherchent du regard l’ancienne mairesse vers qui tendre un micro.

Même si vous avez plus de chance de croiser Colette lorsqu’elle fait son marché que trônant sur une tribune publique, elle ne sombre pas dans l’oubli. Loin des yeux mais encore très près du cœur. Des nominations, des conférences, des témoignages, l’ancienne mairesse est en demande. Bien malgré elle, j’insiste, car, même si elle semble remise de la fatigue accumulée au cours des deux années difficiles qu’elle et ses conseillers ont vécu dans l’après-tragédie, cette femme-là ne peut qu’être soulagée de vivre sa retraite hors des murs de l’hôtel de ville.

Pendant ce temps-là, au mitan de son court mandat de deux ans, le conseil de ville venu en relève pour deux ans ne peut tout simplement pas avoir atteint aussi vite sa pleine vitesse de croisière.
Qu’est-ce qui a caractérisé l’ancienne administration et qu’on ne peut pas exiger des nouveaux élus en un si court laps de temps? Trois mots clés: vision, leadership et équipe! Les principaux ingrédients d’une recette qui permet de donner espoir en l’avenir pour une ville qui peine encore à s’en sortir tant les défis restent grands.

Vision. Les derniers mois, et sans doute aussi les douze prochains, font essentiellement référence aux plans de reconstruction enchâssés par règlements et élaborés sous l’ancienne administration avec la collaboration étroite des hauts fonctionnaires du gouvernement québécois, surtout, et du fédéral, un peu. En campagne électorale, l’automne dernier, rappelez-vous, les candidats élus n’ont pas énoncé de promesses extravagantes. Ils se sont simplement engagés à tout faire pour éviter aux contribuables des lendemains de veille catastrophiques, des trous béants dans les finances publiques. Le soir même de l’annonce des résultats des élections, les premiers mots de Jean-Guy Cloutier ont porté sur la mission première qu’il s’est donnée: «On a du travail à faire parce qu’on essaie de réduire les dépenses fort probablement sans toucher au bien-être de la population.» Les élus se sont penchés sur le grand livre de comptes. Gérer sur une vision dessinée par les prédécesseurs, avec quelques corrections.

Leadership. Les trois ans qui ont suivi la tragédie ont tellement été intenses pour l’administration de Colette Roy Laroche, avec tellement de dossiers à traiter à la fois, qu’il aurait été illusoire pour les nouveaux élus de s’engager dans des projets majeurs, même si les besoins sont là. Nouvelle caserne de pompier à construire, des rues à refaire dans les vieux quartiers, un hôtel à ériger, par qui et quand? Ils ont donc veillé à ce que les échéanciers de travaux en cours soient respectés. Comme tout bon conseil de transition se doit de le faire, en attendant l’élection générale de l’automne 2017. Est-ce que les membres du conseil actuel ont passé le test du leadership? La question leur sera posée avant la fin de l’année.

Équipe. On le voit ces jours-ci avec l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, quand un nouveau chef se pointe au boulot, ça prend un certain temps pour créer les conditions d’unité autour de lui. S’assurer que les bonnes personnes occupent les bons postes, dégraisser l’appareil, motiver les troupes, tout cela en s’assurant de garder une bonne ambiance sur les lieux de travail. En l’espace d’un an, l’hôtel de ville a subi des changements importants à l’interne: départ du directeur général en fin de contrat, remplacé par celle qui était son adjointe; départ à la retraite de certains cadres, survenant au même moment où l’administration brassait l’organigramme et les structures, embauche d’un tout premier directeur des ressources humaines, départ tout récent celui-là du directeur du Service de sécurité incendie. Au final, il faudra encore un certain temps avant qu’employés et élus soient soudés derrière les mêmes objectifs.

Ce qui retient présentement l’attention des élus c’est la préparation du budget de l’an 2 de l’administration Cloutier. Plus qu’un alignement de chiffres encastrés dans les bonnes colonnes, une orientation sur les priorités pour une année qui demandera encore beaucoup de gestes courageux.

La balle est dans le camp du gouvernement du Québec qui a une grande responsabilité vis-à-vis les citoyens, mais aussi les contribuables de Lac-Mégantic qui accumulent les emprunts pour des dépenses qui, en bout de ligne, ne seront assurément pas toutes remboursées rubis sur l’ongle. Juste rappeler à ce que gouvernement que le dossier Mégantic est «politique» et que ce n’est pas aux Méganticois d’en faire les frais.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
  • C'est la fin pour le Centre récréatif
    Actualités

    C'est la fin pour le Centre récréatif

    Rémi Tremblay / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Nouvelles mesures à la plage
  2. Sept ans après: un devoir de mémoire
  3. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  4. Début de l’autocueillette
  5. Chantier du Pont de fer
  6. Montignac rend hommage à ses finissants
  7. Mesures de déconfinement estival
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises