La maternelle 4 ans: un premier pas dans l'école des grands

La maternelle 4 ans: un premier pas dans l'école des grands - Claudia Collard : Actualités

Nancy Cassidy en compagnie de ses élèves de maternelle 4 ans.

Les enfants viennent de terminer leur collation. Des carottes qu’ils ont eux-mêmes épluchées et de coupées, un des apprentissages de la journée. Juste avant, ils faisaient la sieste, la durée variant selon les besoins de chacun. Pour terminer, un petit bout de livre d’histoires et des chansons avant d’être raccompagnés à l’extérieur, certains jusqu’à leur autobus. Demain matin, madame Nancy sera au même endroit pour accueillir ses élèves, qui auront du temps pour s’amuser dans le petit parc avant d’entrer dans leur classe de maternelle 4 ans.

«J’avais le goût de relever un nouveau défi tout en demeurant dans le préscolaire. J’ai lu le programme trois fois au printemps dernier pour être bien certaine que c’est ce qui me tentait!», partage Nancy Cassidy une fois les autobus partis. Celle qui en est à sa 33e rentrée scolaire enseigne aux 11 élèves qui composent la première cohorte de la maternelle
4 ans de l’école Sacré-Cœur.

Comme Nancy a 26 ans d’expérience comme enseignante de maternelle, elle connait bien l’importance du jeu comme outil d’apprentissage. Un outil d’autant plus pertinent pour un enfant de 4 ans. «On prend l’enfant où il est pour l’amener le plus loin possible, afin qu’il développe son plein potentiel. Ici, le jeu est primordial pour favoriser son développement global.»

Pour cette enseignante, l’établissement d’un lien de confiance constitue l’élément de base aux apprentissages. Avant la rentrée, Nancy a envoyé une photo d’elle à chacun des élèves afin que ceux-ci disposent d’un point de référence dès leur première journée de classe. Et lors de la réunion de parents précédant celle-ci, elle a remis un petit sac de céréales à l’intention de chaque enfant. «À la rentrée, ça nous a permis d’avoir un premier sujet de contact», relate-t-elle.

La rentrée s’est passée tout en douceur. Il faut dire que chez madame Nancy, on est un peu dans un cocon. Divan, table de cuisine et chaise berçante s’intègrent harmonieusement aux aires de jeu. «J’ai organisé ma classe pour qu’elle ressemble à une maison afin de faciliter la transition avec l’école. C’est important ce côté sécuritaire, accueillant, réconfortant, chaleureux. À la rentrée, aucun élève n’a pleuré; ils se sentaient comme chez eux», partage cette «maman d’école», rôle qu’elle accomplit avec tout ce qu’il comporte de douceur, d’empathie, d’écoute et de sensibilité.

«Je veux qu’ils aient du plaisir à apprendre. Ils sont contents d’être à l’école des grands; ils se familiarisent avec les règles dans le corridor, à la cafétéria… Dans la classe, toutes les habiletés sociales sont enseignées par le jeu.»

Pour Nancy, la maternelle 4 ans est à la fois semblable et différente de la maternelle 5 ans. «Par exemple, pour le découpage, on va leur montrer à quoi servent les ciseaux, comment les tenir, faire attention avec la lame. Ils vont apprendre à tenir un livre à l’endroit, tourner une page à la fois… Je dirais que la grande différence c’est qu’on peut tout de suite voir le potentiel de chacun, donc sur quoi on va travailler. En douceur, à leur rythme et toujours sous forme de jeu. C’est vraiment une marche avant la maternelle 5 ans.»

La spontanéité des 4 ans fascine particulièrement Nancy. «Ça me fait tellement rire! Ils disent et font des choses plus spontanément, ils n’ont pas de filtre comme à 5 ans. Et comme ils sont plus petits, ils veulent jouer plus rapidement. Parfois, je peux leur lire seulement quatre pages d’une histoire, parfois ce sera le livre au complet. Pour chaque activité, je m’adapte en fonction de leur attention, qui varie selon le moment de la journée et le jour de la semaine.»

Elle confirme que depuis le début de l’année, ses petits élèves ont déjà fait de grands pas. La douceur sur laquelle Nancy met beaucoup d’accent s’entend notamment dans le ton de leur voix. «Je leur ai appris à utiliser leur «voix de cœur», celle qui vient du cœur. Parce que la «voix de tête» c’est fort et que ça donne mal à la tête. Quand tu parles avec une voix douce, tu es plus respectueux, tu as plus d’empathie», fait-elle valoir.

Qu’il s’agisse de leur transmettre l’importance de l’attitude en comparant schtroumpf joyeux et schtroumpf grognon ou de travailler la motricité par l’épluchage d’une pomme, chaque activité est à la fois jeu et apprentissage. «Je fais le plus beau métier du monde. Je les prépare à aimer l’école, à avoir du plaisir à apprendre. Tout en leur transmettant ma douce folie et en valorisant l’émerveillement.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un anneau de glace né de l’implication citoyenne
    Actualités Société

    Un anneau de glace né de l’implication citoyenne

    Claudia Collard / 26 janvier 2021
  • Une succursale de la SQDC bientôt sur Papineau
    Actualités

    Une succursale de la SQDC bientôt sur Papineau

    Claudia Collard / 25 janvier 2021
  • Les cas actifs encore en baisse
    Actualités Santé

    Les cas actifs encore en baisse

    Rémi Tremblay / 21 janvier 2021
  • Douze futurs logements locatifs au centre-ville
    Actualités Immobilier

    Douze futurs logements locatifs au centre-ville

    Claudia Collard / 21 janvier 2021
  • Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale
    Actualités Économie

    Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale

    Claudia Collard / 21 janvier 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Diane Noury

    J’adore votre article et j’ai fait le même choix que vous cette année. Après environ 26 ans à la maternelle 5 ans , j’avais aussi besoin de changement et de nouveaux défis. Notre histoire se ressemble énormément . Je peux vous dire que je ne regrette en rien mon choix et j’ai du plaisir avec eux ! Bonne année scolaire avec vos 4 ans !

    Répondre 2019-10-22
    1. Un anneau de glace né de l’implication citoyenne
    2. Une succursale de la SQDC bientôt sur Papineau
    3. Les cas actifs encore en baisse
    4. Douze futurs logements locatifs au centre-ville
    5. Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale
    6. Résidence incendiée
    7. Luc Berthold sera de la prochaine bataille
    Vulnérables, nous?
    L’art libre de Diane Boulet
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. Plusieurs postes disponibles
      Nantes
    2. Responsable des Travaux Publics
      Notre-Dame-des-Bois
    3. Personnel de production
      La Patrie
    4. Couturières
      Courcelles
    5. Plusieurs postes disponibles
      Lac-Drolet
    Répertoire des entreprises