Le Grand lac Saint-François souffre

Le Grand lac Saint-François souffre -   : Actualités Environnement

Invités par l’Association pour la protection du Grand lac Saint-François, la trentaine de dirigeants du monde municipal pousse un même cri : le lac est en souffrance! C’est du moins la conclusion à laquelle ils en sont arrivés après la rencontre d’une demie journée qui s’est tenue le 22 novembre dernier au Complexe La Source de Saint-Romain. 

Tous les participants s’entendent sur le constat qu’a livré un administrateur de l’Association, Bernard Salmon, sur les maux dont souffre le lac. Les rives non habitées sont envahies par le roseau commun, les cyanobactéries colorent les rives et empêchent la baignade, le myriophylle à épi commence à s’installer, la moule zébrée menace et l’érosion des berges s’intensifie.

L’Association avait invité Mélissa Laniel, une biologiste et spécialiste en gestion de l’eau et en aménagement du territoire pour le groupe RAPPEL, qui a entretenu les élus sur le vieillissement des lacs. Bien que l’étendue d’eau soit naturelle, le Grand lac Saint-François vieillit en accéléré en raison de la présence humaines et des activités qui y sont rattachées. Chalets avec des fosses septiques vieillissantes, déboisement des rives, écoulement de l’eau de surface sur des pelouses engraissées au phosphore et à l’azote, autant de facteurs qui contribuent à l’inquiétude généralisée.

Comme l’a expliqué Mélissa Laniel, «il faut remonter tout le bassin versant où les activités économiques modifient la qualité de l’eau qui finit par se déverser dans le lac.» La biologiste demeure toutefois optimiste. La deuxième partie de sa conférence a porté sur les pratiques exemplaires qui peuvent protéger les lacs. Pour les riverains, la protection des rives passe par la revégétalisation ou encore à laisser la nature reprendre sa place en évitant de tondre les 10 à 15 mètres en bordure de la rive.

Dans le bassin versant du lac, un vaste territoire occupé par 15 municipalités, cesser d’utiliser des engrais et des pesticides sur les pelouses serait une mesure à privilégier. Le monde agricole n’est pas mis de côté en ce qui concerne la qualité de l’eau. Des projets sont en cours avec l’UPA, a indiqué Mélissa Daniel.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Brocanteur à la recherche d’une relève
    Actualités

    Brocanteur à la recherche d’une relève

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
    Actualités

    Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Le plein d’art à Piopolis cet été
    Culture

    Le plein d’art à Piopolis cet été

    Claudia Collard / 18 juillet 2024
  • Scierie Tech ferme ses portes
    Actualités Économie

    Scierie Tech ferme ses portes

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Clovis a changé la vie de Claude Chapdelaine
    Actualités

    Clovis a changé la vie de Claude Chapdelaine

    Rémi Tremblay / 15 juillet 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Jeffrey Marcus en concert
  2. Soirée vivifiante avec Génération Rock
  3. Brocanteur à la recherche d’une relève
  4. Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
  5. Le plein d’art à Piopolis cet été
  6. Scierie Tech ferme ses portes
  7. Un Super Beach Party à Saint-Ludger
La lumière jaune
Le plein d’art à Piopolis cet été
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Journalier, chauffeur et opérateur en voirie
    Nantes
  2. Ébouteur
    Woburn
  3. Chauffeur Classe 1 ou 3
    Lac-Mégantic
  4. EMPLOYÉ AUX TRAVAUX PUBLICS
    Frontenac
  5. EMPLOYÉ À L’ENTRETIEN DES PARCS, DES INFRASTRUCTURES ET DES BÂTIMENTS
    Frontenac
Répertoire des entreprises