Recyc-Québec

Clin d’œil et coup de chapeau

(Réponse à Jacques Mercier, édition du 21 août 2009, en page 4) Si j’ai bien compris, Jacques, tu me reproches une certaine imprécision et surtout de présenter les Marstonnais sous un angle inapproprié. Pourtant, tu es la preuve vivante que les Marstonnais ont du sang martien : comme bon nombre de tes concitoyens, tu viens d’ailleurs. Tu ne suis pas les saisons comme la plupart d’entre eux, mais tu avoues d’entrée de jeu avoir passé une bonne partie de ta vie à Montréal, une manière de préciser tes origines extraterrestres.

Cependant, j’accepte que tu me reproches mon manque de clarté bien que tous les clins d’œil publiés jusqu’à présent soient de pures fantaisies. Leur caractère ludique est en fait un appel à tous à inventer une mythologie régionale. À la manière de Fred Pellerin –sans prétendre à son talent- je souhaite créer des lieux, des personnages ou des aventures rocambolesques qui confèrent à chaque village une originalité et un humour où l’autodérision autorise la folie imaginative. Les villageois de Saint-Élie de Claxton ont réussi semblable exploit, sommes-nous moins ouverts? Aucun des clins d’œil publiés ne renferme la moindre méchanceté sauf vis-à-vis les politiciens qui ont le don de m’impatienter par les temps qui courent.

Bref, il y a le texte et son lecteur. Bien que le récit soit ludique, le lecteur finit toujours par y trouver ce qu’il cherche. Ce qui n’est pas dans le texte peut être dans l’œil du lecteur. C’est une réalité avec laquelle tout auteur doit composer.

Ton interpellation, Jacques, me donne l’occasion d’expliquer la pédagogie de l’exercice et d’inviter les gens à y participer. Il y a en ville des équipes d’improvisation extraordinaires qui flirtent avec la folie imaginative; pourquoi n’y aurait-il pas, dans chacun des villages, un fou du roi ou une équipe de création qui oserait ajouter à leur histoire locale, un imaginaire, voire une mythologie. Derrière tout ça, il y a aussi le besoin de sortir de la guimauve des guides touristiques d’un «rose nanane sucé longtemps» où les lacs sont toujours magnifiques; les montagnes, majestueuses et la campagne, bucolique. Au mensonge publicitaire, opposer la fiction et l’humour.

Voici les quatre règles que j’ai suivies pour y arriver. Comme c’est un jeu, ne te gênes pas pour corriger ma vision martienne des Marstonnais. D’abord, tu devras tenir compte de la situation géomorphologique: s’il y a un lac, une montagne ou une rivière, il te faudra les intégrer au récit en leur donnant un caractère, sinon du caractère. Par exemple, si j’avais à décrire Sainte-Cécile, j’associerais la montagne à la panse de quelque géant endormi. Et ce serait au péril de leur vie que ses bâtisseurs auraient extrait la pierre de ses entrailles. D’une certaine manière, ils appartiendraient à la trilogie du «Seigneur des anneaux». En ce qui concerne le village de Woburn avec sa marée de montagnes en arrière plan, il semble avoir été déposé sur un rivage au milieu de nulle part, prêt pour la mythologie: il était une fois… Sans le savoir, les gens de Woburn seraient des insulaires perdus sur un océan de verdure.

Ensuite, il te faudra au moins un élément historique, même ténu. Marston a eu ses Écossais; Piopolis, ses zouaves pontificaux… De plus, d’une manière ou d’une autre, il te faudra parler des villageois actuels. À Lambton, j’ai prêté aux producteurs laitiers l’intention de paver la voie lactée; à Marston, j’ai voulu que les Martin, les Lalonde et les Rhéaume animent l’espace aquatique et terrestre tandis qu’à Notre-Dame-des-Bois, c’est la petite fée Legris qui n’en finit plus d’allumer des étoiles dans le ciel que j’ai montrée du doigt. Finalement, il te faudra créer des personnages originaux (Audet: Balloune et Pisse-la-goutte) ou en sortir de leurs contes et romans pour les parachuter dans le village. J’ai installé Alice du «pays des merveilles» à Lambton et Saint Joseph sous l’identité de Joseph Lemont à Notre-Dame-des-Bois. Voilà, Jacques, la recette de base; à toi de la suivre ou de l’enrichir. Au plaisir de te lire.

Cependant, tu devras accepter d’y mettre le temps. Il y a la quête des idées qui emprunte rarement le premier raccourci qui s’offre; il y a le temps qu’il faut pour que les idées s’habituent les unes aux autres, le premier brouillon, le second, la correction et la transcription. Pour être honnête, chacun des clins d’œil que j’ai écrit a demandé l’équivalent d’une journée d’ouvrage, mais quel plaisir quand les idées s’emballent. Tu vois, je n’ai pas la parole aussi facile que tu le prétends: « 5% d’inspiration, 95% de sueur ». C’est la triste réalité. Si j’avais du talent et de la patience, je parviendrais à faire plus court, mais ça, c’est encore plus d’ouvrage. Au fond, peut-être suis-je un peu paresseux.

Amicalement,
Paul Dostie

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises