Recyc-Québec

Maurice, ma limo!

Elle en jette, la limousine blanche de Maurice, dans la haute-ville! Comme une affiche qui annonce la bienvenue dans une petite ville à l’image prospère. J’ai jamais osé y entrer, de peur de prendre goût au luxe. Mais je rêve parfois de la louer, comme le font les gens qui ont une occasion spéciale à célébrer.

Dans ma tête, mon aventure de gens riches et célèbres se ferait entre amis, les fesses bien calées dans ce que j’imagine être des banquettes ultra confortables. On se payerait le tour du lac, comme bien d’autres le font. Un vrai Richard Gere dans Pretty woman quand, à la fin du film, il va retrouver son escorte, le haut du corps sorti du toit du véhicule, une fleur entre les dents, avec de la musique classique qui joue à tue-tête.

Ou encore, je rêve de gagner à la loterie et d’appeler: «Maurice, ma limo! En route pour le siège social de Loto-Québec, chauffeur!» Mais, même devenu millionnaire, je n’achèterais pas une limousine. Trop compliqué! Pas très pratique pour trouver une case de stationnement suffisamment longue et large, surtout pas dans le stationnement derrière le centre-ville! J’opterais plutôt pour un modèle plus discret. À quoi bon exposer sa richesse, que j’me dis!

Pour l’instant, ma nouvelle et luxueuse Oldsmobile Royal Eighty-Eight me satisfait pleinement. Sièges et banquette soyeux, un tableau de bord aussi sophistiqué que l’intérieur d’une soucoupe volante comme on en voit dans les vues, des lumières jusque dans le bas des portes. Ils faisaient ça chics, les autos, en 1993! Neuve, elle avait dû coûter la peau des fesses! Mais, 16 ans plus tard, je l’ai eu pour une bouchée de pain. Et elle roule, aussi silencieuse que le cabinet d’un psy.

Quel rapport avec le futur centre sportif? J’en rêve aussi! C’est vrai. Pas sportif pour deux cennes, le bonhomme, mais pour ma descendance, disons que ce serait bien. La piscine, surtout. Non pas que mes enfants ou ma grande petite-fille se soient plaints des cours de natation dans les piscines privées. Ce fut pour elles et lui une belle expérience, mais, tant qu’à bâtir un nouveau centre sportif, profitons-en pour leur offrir ce que vous, les vieux, n’avez pas eu dans «votre» jeune temps. Votre époque c’était celle des grosses bagnoles à 30 000$ qui coûtaient plus cher que bien des maisons!

Le monde politique méganticois a cédé aux pressions économiques et décidé que ça se bâtirait derrière le centre-ville. Que ça coûterait 29 millions de dollars… parce que ça le valait et que les banquiers à Québec et à Ottawa promettent de payer 80% de la facture... à même nos impôts. Un bon deal! Ça va se payer tout seul, qu’ils disent!

Remarquez que, si votre caisse populaire s’offrait à payer 80% du prix de votre prochaine voiture, peut-être bien que vous feriez comme vos élus et que vous pourriez budgéter pour un Hummer plutôt que ces nouveaux petits véhicules économiques qui ressemblent à des boîtes à beurre.

De toutes façons, vous n’aurez pas un maudit mot à dire! Un peu comme le règlement d’emprunt de deux millions et demi qui s’est faufilé en douce, quelque part entre l’excitation des élections et la panique créée par la méchante pandémie.
La première chose que vous saurez, c’est que les aulnes qui poussent sur le terrain vacant et contaminé du CP auront disparu un beau matin pour faire place à un beau gros bâtiment.

Je devrais être content. C’est presque dans ma cour. Et le dépanneur Chez Pit, au coin de la rue, sera peut-être ouvert plus tard les fins de semaine, du moins le soir des matchs de hockey. Nathalie commence à y songer.

Je ne sais pas comment ça va se passer, côté trafic, une fois le nouveau centre sportif en opération, mais ça ne m’inquiète pas trop. J’ose espérer que le comportement des amateurs de sports, tard en fin de soirée, sera aussi civilisé que celui des travailleurs du parc industriel.

Maintenant que les élections sont derrière nous, croisons les doigts et espérons que nos élus vont commencer à être plus ouverts aux informations et aux discussions entourant le dossier du centre récréatif. Plus transparents. Que tout ne soit pas décidé d’avance derrière des portes closes. Que les municipalités voisines se sentent parties prenantes du projet. À date, mettons que je les comprends, nos voisins, de pas être très chauds à l’idée qu’on va les consulter juste quand les murs du temple seront dressés.

Quand on lit que des agents d’immeubles vendent des bâtisses du centre-ville avec des arguments comme «à proximité du futur aréna» et que le dernier bulletin économique d’Emploi-Québec fait grand tapage d’un investissement à venir de 29 millions pour ce projet, dans la MRC du Granit, peut-on nous-mêmes, le populo de la basse-ville, être informés aussi de ce qui se passe? Et de ce qui se négocie furtivement derrière notre dos?

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises