Recyc-Québec

Le visage de la peur

La défaite libérale dans Kamouraska-Témiscouata, lundi, a fait mal au premier ministre Jean Charest. La brutalité du coup qu’il venait d’encaisser se lisait moins dans le discours qu’il a livré devant les supporteurs de sa candidate France Dionne, la cousine de son épouse Michèle, que dans sa propre physionomie qui en disait long sur l’issue de cette bataille dans une circonscription reconnue comme un château fort libéral depuis déjà vingt-cinq ans! Ce soir-là, devant les caméras, le député de Sherbrooke offrait un visage blême aux traits étirés, non pas que son récent voyage en France l’a épuisé outre mesure, mais sans doute parce qu’il prenait soudain conscience de l’ampleur du mécontentement populaire à son endroit.

Derrière lui, sur la tribune, la ministre Nathalie Normandeau affichait un «poker face» impénétrable. Peut-être venait-elle de découvrir dans ses cartes à elle une belle paire d’as. Parce que, si Jean Charest s’en va, la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent et vice-première ministre ferait une bonne candidate à sa succession. Je rêve d’une lutte à deux femmes au poste de première ministre, elle face à Pauline Marois. Une bataille historique qui changerait complètement la donne. Mais bon, ça attendra!

C’est connu, la machine libérale est mieux huilée que celle de ses adversaires politiques pour faire sortir le vote. Cette fois, celle du Parti québécois a mieux travaillé les électeurs au corps à corps. Les péquistes ont envoyé sur la patinoire leur ligne offensive alors que les libéraux ont misé sur la défensive en rappelant Claude Béchard au bon souvenir de ses électeurs du temps. Comme si le Canadien brandissait la mémoire de Maurice Richard pour espérer gagner une finale de la Coupe Stanley. Qu’on croie ou non aux phénomènes paranormaux, encore aucun fantôme n’a marqué le moindre but!

Aujourd’hui, la majorité du gouvernement libéral sur les banquettes de l’Assemblée nationale est réduite à cinq députés: 65 libéraux face à 52 péquistes, quatre adéquistes, un représentant de Québec Solidaire et trois indépendants.

L’instructeur du club libéral, Jean Charest, a déjà dit qu’il n’avait rien à cacher, qu’une commission d’enquête sur la construction et le financement des partis politiques ne donnerait pas de résultat et qu’il fallait laisser travailler l’escouade Marteau pour espérer faire sortir les pommes pourries du panier. S’il veut que l’histoire retienne de lui autre chose que les parfums de collusion et de corruption auxquels on associe injustement, dans le reste du Canada, toute la société québécoise en général, qu’il se plie à la volonté de la majorité et qu’il la déclenche la tabarouette de commission d’enquête. Il en connaît aussi bien que nous le scénario: après des mois de préparation et d’obstinations par avocats et procureurs interposés, il y aura d’un côté du tribunal populaire ceux qui jureront dur comme fer, «si je mens je vais en enfer», qu’ils n’ont pas versé d’argent dans des enveloppes brunes ou blanches et de l’autre, ceux qui jureront dur comme fer, «si je mens je vais en enfer», qu’ils n’ont pas reçu d’argent dans des enveloppes brunes ou blanches. Comme pour la Commission Gomery, on offrira en pâture quelques boucs émissaires qu’on finira par brûler sur le bûcher de l’Inquisition et les âmes des vrais pécheurs seront sauvées.

S’il compte sur la pause de Noël pour faire baisser la pression ou détourner l’attention, il risque gros. Parce que, chaque fois qu’un journaliste déterrera un os, ils seront plusieurs à se garrocher dessus et à le sucer jusqu’à la moelle, à la recherche d’une preuve de traçabilité.

Et plus le temps passera, plus le mal qui ronge le système politique se répandra à d’autres sphères de la société. L’actualité nous apprend que les enveloppes brunes sont en train de s’étendre au système de santé, avec des liasses d’argent offertes à des médecins spécialistes pour passer devant la file d’attente en vue d’une chirurgie. Personne n’est assez naïf pour penser que la corruption n’a jamais atteint les cours de justice, par exemple.

On a tous, chacun de son côté, de ces histoires scabreuses d’un gars qui a vu un gars, qui a vu un gars se sortir du pétrin en graissant un procureur pour s’entendre avec le juge sur une sentence bonbon qui n’entachera pas son dossier et ne l’empêchera pas de voyager à l’extérieur du pays. Un genre d’absolution inconditionnelle!

L’entêtement de Jean Charest va finir par nous entrainer tous dans une période de grande suspicion les uns envers les autres. Seuls les croque-morts auront les mains blanches, car en connaissez-vous des gens, même les plus riches, qui allongeraient des billets pour doubler la file vers leur dernier repos avant leur temps? C’est pourtant ce que Jean Charest est en train de faire. Une mort politique, on s’entend! Une mort dans laquelle il risque d’entraîner d’autres châteaux forts libéraux aux prochaines élections générales.

Qu’il s’offre donc un petit moment de réflexion, ces jours-ci, en allant se recueillir dans une commission parlementaire… celle qui traite de «mourir dans la dignité!»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises