Recyc-Québec

CSM: on n’en finira jamais!

(En réponse à M. Philippe Cambron, citoyen de Nantes, pour son texte d’opinion de l’édition du 23 septembre, sur l’accès au Centre Sportif.)

Bon… encore un autre qui veut s’obstiner avec des auteurs d’articles dans la rubrique d’opinions? Un autre qui vient mettre son grain de sel sur les tarifs du centre sportif? Non, en partant c’est mon premier texte, et d’ailleurs, je passe assez vite les opinions quand je survole le journal. Mais je me suis attardé à un de ceux-là, qui n’a pas pu faire autre que me faire réagir. Fortement. En gros, ce jeune et nouveau citoyen de Nantes dit avoir éclaté de rire en voyant la tarification irréaliste de la ville, pour les utilisateurs des municipalités sans entente. Il parle d’un monopole géographique de Lac-Mégantic dans la région. Finalement, il termine en encourageant les citoyens à boycotter le commerce local, en allant faire ses achats ailleurs, à Sherbrooke, aux USA. Cela priverait les élus d’une partie de leurs taxes. Wow, bravo!

Monsieur Cambron, commençons par les tarifs. Les seules municipalités sans entente sont Nantes, Frontenac et Marston. Le groupe des trois qui se sont unies, en croisade, en payant des avocats pour dénoncer les propositions illégales de la ville. Ça n’a pas marché. Elles avaient si peur de signer que l’avis du ministère ne leur suffisait pas. Là-dessus, je vous l’accorde, vous avez de quoi en vouloir à vos élus. Ensuite, bon, le centre est construit, et les tarifs fixés par la ville à ces résidents sont calculés en fonction du coûtant. Il n’y a personne qui essaie de faire de l’argent là-dedans. Si la ville voulait faire de l’argent, il y a longtemps qu’elle vous aurait taxé autre chose. Et si vous vous plaignez de ça en comparant aux prix des plateaux sportifs à Sherbrooke ou Montréal, financés par nos impôts, alors… qu’est-ce qui vous empêche d’y aller?

Pour finir, j’aime bien votre petite morale à la fin. On peut tous faire quelque chose pour manifester notre désaccord… Allons acheter, faire l’épicerie, faire le plein, à l’extérieur. Comme ça, on fait fermer des commerces d’ici, et il y a moins de taxes perçues. Excellent quand le commerce local se bat à coup de campagnes et de pub pour garder les gens de la région qui vont déjà acheter à l’extérieur. S’il n’y a pas de demande pour ici, il n’y aura jamais d’offre. L’offre est mal en point. Mais comme vous dites… achevons-la.

Laurent Mercier-Roy,
Étudiant sec. V

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Un Souper homard payant!
  2. Au-delà des mots… et de la différence
  3. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  4. Proximité et magie signées Marie Mai
  5. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  6. À nous deux Parkinson!
  7. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  3. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  4. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  5. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
Répertoire des entreprises