Recyc-Québec

Le mauvais combat?

Ce n’est pas la Ville de Lac-Mégantic -qui aligne millions par-dessus millions dans ses «dépenses incompressibles», avec une masse salariale qui dépasse les 4,4 millions et un service de la dette en hausse de 16% en 2013 -qui suscite la grogne populaire ces jours-ci. Non, ce qui attise le feu de la colère en ces temps d’habituelles réjouissances c’est cette fameuse Louise T. qui a lancé un pavé dans la marre juste avant les Fêtes en osant critiquer une partie du contenu de son panier de Noël! Ce qui lui a valu une avalanche de commentaires désobligeants sur le net et quelques réponses plus diplomates dans le journal de la semaine dernière. Bien sûr que même les moins nantis ont le «droit» de s’exprimer -et même le droit de voter- et que le Centre d’action bénévole du Granit, qui gère la banque alimentaire, avait le «devoir» d’apporter des précisions.

La «faute» de Louise T. est d’avoir manifesté son mécontentement à l’endroit d’un service de dépannage, donc de dernier recours, offert par l’ensemble des donateurs de la communauté dans laquelle elle a choisi de venir vivre. La dame aux allergies alimentaires a oublié de les signaler en remplissant son formulaire pour un service de plus en plus en demande, parce que la pauvreté c’est comme la grippe, l’hiver accentue sa force de contagion!

Soyez franc, avez-vous entendu parler de pauvreté l’été dernier? L’avez-vous vue s’étendre sur la plage, profiter de la chaleur et des sports nautiques? L’avez-vous aperçue se masquer derrière des lunettes de soleil ou s’abriter sous le parasol planté au beau milieu du patio? L’avez-vous vue s’évader au chalet ou fuir sur la route des vacances, comme le font les travailleurs ou les mieux nantis? L’avez-vous vue faire la file au sommet des glissades d’eau? Non? C’est pourtant simple à comprendre, l’été la pauvreté fond au soleil ou se réfugie dans la fraicheur de la cuisine! Elle ne se montre pas! Et l’hiver venu, la cloche de la guignolée sonne son inexorable retour… à la télé, au vu et au su de tout le monde, sur un fond de cantiques de Noël qui viennent nous arracher les émotions.

Chère Louise, faut pas en vouloir à tous ces gens qui donnent en pensant sincèrement soulager la misère des autres et encore moins à tous ces bénévoles qui travaillent comme des lutins pour préparer les paniers. Faut même pas en vouloir aux riches d’être riches et aux classes moyennes d’avoir encore les moyens de posséder les biens que les moins bien nantis n’ont pas. Et j’insiste sur «encore», parce que plus le fardeau fiscal s’alourdit, plus les risques sont grands de se retrouver un jour ou l’autre à demander qu’une seule chose au Père Noël, de la nourriture plein son petit panier!

Même si la lutte à la pauvreté et à l’injustice sociale dure depuis des décennies, on ne s’en sort toujours pas! Toujours pas de miracle en vue. Les politiciens ont beau se donner un air charitable, aucun gouvernement n’a encore pris les grands moyens pour faire en sorte de sortir les plus pauvres de la misère. La société a besoin de ses pauvres; ils font tourner l’économie à leur façon, eux aussi! Ils forment la matière première d’une économie sociale fort active qui n’existerait pas sans eux ! Ils sont la mission de tous ces organismes de charité qui ne sauraient pas à quelle sainte cause se vouer autrement.

L’Histoire a démontré que ce sont des couches les plus pauvres d’où éclosent les grandes révolutions. Nos pauvres à nous, qu’on se rassure, ne sont pas des révolutionnaires. À peine si on leur donne la parole, alors ce ne sont pas eux qui vont spontanément sortir dans la rue comme les étudiants, le printemps dernier. Ils n’ont pas de téléphones intelligents, de tablettes numériques ou de iPhone pour sonner le rassemblement et alerter l’opinion publique. Leur heure de gloire à eux, c’est juste la télé pour le temps d’une guignolée. Une saison au complet, ce serait foutument dérangeant et ça nous empêcherait de préparer Noël l’esprit en paix! S’ils devaient se plaindre continuellement, les pauvres, ils s’attireraient bien vite les foudres de la société, des bienpensants, des bien nourris. Ils se feraient tirer des tomates et des doigts d’honneur, encore plus que les «carrés rouges» qui avaient le malheur de réclamer justice. Ils se feraient ostraciser sur la place publique, les jugements seraient impitoyables. «Quel culot, tout de même, de venir mordre la main qui te nourrit!»

Non, les pauvres doivent être gentils et surtout reconnaissants! Prendre ce qu’on leur donne sans dire un mot!

À l’échelle locale où il y a toute une armée de gens qui essaient de sortir les plus pauvres de la misère sans faire de l’argent sur leur dos. Par altruisme, par sens de la justice et du partage. Dans notre petit milieu, on ne cherche pas à mettre un visage à la pauvreté, en sachant fort bien que cette maudite maladie-là peut nous frapper nous-mêmes du jour au lendemain. Il suffit de pas grand chose pour se retrouver d’un coup parmi ceux qui bénéficient de la charité des autres. La pauvreté est un problème trop complexe pour résumer cela en une seule opinion personnelle au sujet des allergies aux noix! Tout le combat de Louise T. ne repose pas juste là-dessus.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises